Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Isabelle le Jeudi 12/03/2015 à 12:00
Vers un traitement de l'alzheimer
Un pas important dans la lutte contre l'alzheimer vient d'être franchi par une équipe formée de chercheurs de la Faculté de médecine et de la pharmaceutique GlaxoSmithKline. En effet, dans une étude publiée cette semaine dans les Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), ces chercheurs affirment avoir trouvé une façon de stimuler les mécanismes de défense naturelle de l'organisme afin de mieux combattre l'une des principales manifestations de cette maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.), la formation de plaques séniles dans le cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses...).

Cette percée, réalisée sur un modèle animal (Un animal (du latin animus, esprit, ou principe vital) est, selon la classification classique, un être vivant hétérotrophe, c’est-à-dire qu’il se...) par Serge Rivest et son équipe du Centre hospitalier universitaire de Québec, nous rapproche d'un traitement pour les personnes atteintes d'alzheimer et d'un vaccin pour prévenir cette maladie.

L'une des caractéristiques de la maladie d'Alzheimer est la production de bêta-amyloïde, une molécule toxique pour le cerveau. Les cellules de défense du corps humain (Le corps humain est la structure physique d'une personne.) ne parviennent pas à éliminer ce peptide qui forme alors des dépôts extracellulaires désignés sous le nom de plaques séniles. «Le problème n'est pas que ce peptide soit produit, soutient Serge Rivest. Le problème est qu'il n'est pas éliminé.»

Il existe un type de cellules immunitaires, appelées cellules microgliales, qui attaquent la bêta-amyloïde. «Leur action ne suffit toutefois pas à empêcher la formation de plaques, souligne le professeur Rivest. Nous cherchions depuis des années une façon d'augmenter leur efficacité et nous venons de découvrir un moyen d'y arriver.»

Le défi consistait à mettre la main (La main est l’organe préhensile effecteur situé à l’extrémité de l’avant-bras et relié à ce dernier par le poignet. C'est un organe destiné à saisir et manipuler des objets. Chez...) sur un composé qui survolterait les cellules microgliales sans causer de problèmes de toxicité. Après avoir testé 25 molécules, les chercheurs croient avoir trouvé la solution. Il s'agit du MPL que GlaxoSmithKline utilise comme adjuvant (Un adjuvant est quelque chose ou quelqu'un qui aide à l'accomplissement d'un processus.) dans ses vaccins, notamment celui contre le virus (Un virus est une entité biologique qui nécessite une cellule hôte, dont il utilise les constituants pour se multiplier. Les virus existent sous une forme extracellulaire ou intracellulaire. Sous la forme intracellulaire...) du papillome humain. Comme des millions de personnes ont déjà reçu un vaccin contenant cette molécule, l'innocuité de celle-ci ne fait pas de doute.

Chez des souris (Le terme souris est un nom vernaculaire ambigu qui peut désigner, pour les francophones, avant tout l’espèce commune Mus musculus, connue aussi...) transgéniques exprimant les symptômes de l'alzheimer, une injection (Le mot injection peut avoir plusieurs significations :) hebdomadaire de MPL pendant 12 semaines élimine jusqu'à 80 % des plaques séniles. De plus, les fonctions cognitives des souris, mesurées lors de tests d'apprentissage (L’apprentissage est l'acquisition de savoir-faire, c'est-à-dire le processus d’acquisition de pratiques, de connaissances, compétences, d'attitudes ou de valeurs...) d'une nouvelle tâche, sont significativement améliorées.

Le MPL agirait sur deux plans, explique le professeur Rivest. D'une part, il accroît la production des cellules souches sanguines qui donnent naissance aux cellules microgliales. D'autre part, il se fixe à la surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois frontière physique, et...) des cellules microgliales et augmente leur appétit pour la bêta-amyloïde.

Les chercheurs envisagent deux utilisations pour le MPL. La molécule pourrait être administrée par injection intramusculaire aux personnes souffrant déjà d'alzheimer afin de freiner la progression de la maladie. Le MPL pourrait aussi être intégré dans un vaccin qui stimulerait la production d'anticorps contre la bêta-amyloïde. «Ce vaccin pourrait être administré aux personnes atteintes d'alzheimer pour stimuler leur immunité naturelle. Il pourrait aussi être donné aux personnes qui ne sont pas encore malades, mais qui présentent des facteurs de risques», précise le chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier de chercheur tant les...).

Une évaluation clinique d'envergure (L'envergure est la distance entre les extrémités des ailes. Le terme est valable pour définir un oiseau, un chiroptère, un avion (ou planeur).), à laquelle collaborera l'équipe de la Faculté de médecine, devrait être annoncée sous peu par GlaxoSmithKline. «Lorsque nous avons commencé nos travaux sur l'alzheimer il y a une dizaine d'années, notre objectif était d'en arriver à mieux soigner les malades, souligne Serge Rivest. Avec l'appui d'une pharmaceutique majeure, je crois que nous ne sommes plus très loin de ça.»

L'article paru dans PNAS est signé par Jean-Philippe Michaud, Antoine Lampron, Peter Thériault, Paul Préfontaine, Mohammed Filali, Serge Rivest et neuf chercheurs de GlaxoSmithKline.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Jean Hamann - Université Laval
 
Vendredi 24 Novembre 2017 à 00:00:12 - Energie - 0 commentaire
» Une start-up pour des batteries de plus en plus rapides
Jeudi 23 Novembre 2017 à 00:00:06 - Vie et Terre - 0 commentaire
» Un bon odorat pour une bonne croissance