Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Mardi 17/03/2015 à 00:00
Nos os peuvent-ils nous protéger contre le diabète et l'obésité ?

Des chercheurs à l'IRCM découvrent une nouvelle fonction de l'os en lien avec le métabolisme de l'énergie et du glucose. De gauche à droite: Mathieu Ferron, Julie Lacombe, Amélie Germain. Photo: IRCM
Une équipe de chercheurs à l'IRCM dirigée par Mathieu Ferron, professeur et chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier de chercheur tant...) adjoint au Département de médecine de l'Université de Montréal, en collaboration avec des chercheurs à la Columbia University, ont découvert une nouvelle fonction de l'os en lien avec le diabète et l'obésité. Leur percée scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un...), publiée aujourd'hui dans la revue scientifique The Journal of Cell Biology, démontre comment une hormone (Une hormone est un messager chimique véhiculé par le système circulatoire qui agit à distance de son site de production par fixation sur des...) produite par l'os, et qui est contrôlée en partie par la vitamine (Une vitamine est une substance organique nécessaire (en dose allant du microgramme à plusieurs milligrammes par jour) au métabolisme...) K, réussit à influencer le métabolisme de l'énergie et du glucose (Le glucose est un aldohexose, principal représentant des oses (sucres). Par convention, il est symbolisé par Glc. Il est directement assimilable par l'organisme.)

L'équipe du Dr Ferron étudie les ostéoblastes, soit les cellules responsables de la formation osseuse. Plus précisément, les chercheurs s'intéressent à une hormone sécrétée par ces cellules osseuses, nommée ostéocalcine, qui est impliquée dans le contrôle de l'insuline (L'insuline (du latin insula, île) est une hormone peptidique sécrétée par les cellules β des îlots de Langerhans du pancréas. Elle a, avec le glucagon, un rôle majeur dans la régulation des...) et du glucose.

« Nos travaux antérieurs avaient démontré que l'ostéocalcine peut améliorer l'intolérance au glucose chez les souris (Le terme souris est un nom vernaculaire ambigu qui peut désigner, pour les francophones, avant tout l’espèce commune Mus musculus, connue aussi comme animal de compagnie ou de laboratoire, mais aussi...) diabétiques. En effet, nous avons montré que cette hormone augmente la production et la sécrétion d'insuline par le pancréas, ainsi que la sensibilité à l'insuline dans les tissus périphériques comme le muscle (Les muscles sont une forme contractile des tissus des animaux. Ils forment l'un des quatre types majeurs de tissus, les autres étant le tissu épithélial, le tissu conjonctif, le tissu nerveux. Ce tissu forme, avec...) et la masse (Le terme masse est utilisé pour désigner deux grandeurs attachées à un corps : l'une quantifie l'inertie du corps (la masse inerte) et...) grasse » a expliqué le Dr Ferron, directeur de l'unité de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par...) en physiologie intégrative et moléculaire à l'IRCM.

Selon certaines preuves circonstancielles émises par la communauté scientifique, il semblerait que l'ostéocalcine est contrôlée par la gamma-carboxylation, un processus qui modifie le fonctionnement de l'hormone et dépend de la vitamine K. Afin de confirmer ou d'infirmer cette théorie, les chercheurs de l'IRCM ont étudié les enzymes qui modifient l'ostéocalcine et ont observé l'impact qu'elles avaient sur le glucose. Pour ce faire, ils ont examiné des souris dans lesquelles les enzymes responsables de la gamma-carboxylation ou du recyclage (Le recyclage est un procédé de traitement des déchets industriels et des déchets ménagers qui permet de réintroduire, dans le cycle de production...) de la vitamine K avaient été inactivés spécifiquement dans les ostéoblastes.

« Nous avons confirmé que l'activité hormonale de l'ostéocalcine dépend de la vitamine K, laquelle participe au processus de gamma-carboxylation. Plus concrètement, lorsque ce processus est inhibé dans les ostéoblastes, l'ostéocalcine présente dans la circulation (La circulation routière (anglicisme: trafic routier) est le déplacement de véhicules automobiles sur une route.) sanguine est plus active, ce qui se traduit par un meilleur taux de glucose et une meilleure sensibilité à l'insuline qui, par conséquent, protège contre le diabète de type 2 et l'obésité » a ajouté le Dr Ferron.

Combinée à leurs travaux précédents, cette étude a permis aux scientifiques de mieux comprendre une nouvelle fonction de l'os, qui agit comme un organe (Un organe est un ensemble de tissus concourant à la réalisation d'une fonction physiologique. Certains organes assurent simultanément plusieurs fonctions, mais dans ce cas,...) endocrine en produisant une hormone, l'ostéocalcine, pour influencer le métabolisme de l'énergie et la sensibilité à l'insuline.

« Bien que cette percée puisse sembler surprenante à première vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.), elle démontre que l'os est semblable à plusieurs autres organes; il est à la fois un receveur et un émetteur de signaux hormonaux. Une meilleure compréhension du fonctionnement de l'ostéocalcine pourrait éventuellement mener au développement de thérapies pour le diabète de type 2 et l'obésité qui cibleraient la vitamine K ou la gamma-carboxylation dans les ostéoblastes » a conclu le Dr Ferron.

À propos du projet de recherche

Les travaux de recherche ont été subventionnés par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), les National Institutes of Health (NIH) aux États-Unis et la Fondation J.A DeSève. Les autres auteurs de l'étude à l'IRCM sont Julie Lacombe, Ph. D., chercheuse associée, et Amélie Germain, étudiante à la maîtrise. Ils ont travaillé en collaboration avec l'équipe de Gérard Karsenty de la Columbia University à New York (New York , en anglais New York City (officiellement, City of New York) pour la distinguer de l’État de New York, est la principale ville des...).

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Université de Montréal