Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Isabelle le Mardi 19/05/2015 à 00:00
Même les neurones ont besoin de leur bonne étoile

Les neurones du cerveau illustrés dans un « brainbow ». Les atrocytes ne sont pas démontrés. Courteoisie Jeff Lichtman/Harvard University. Licence: CC BY NC ND 2.0.
La mastication, la respiration, la marche et bien d'autres fonctions corporelles n'exigent aucune «réflexion» de notre part, mais sont tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) de même contrôlées par le cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions du corps, dont la motricité volontaire, et constitue le...). Le traitement cérébral de ces fonctions intéresse grandement les scientifiques.

L'équipe d'Arlette Kolta, professeure à la Faculté de médecine dentaire de l'Université de Montréal, a démontré que les astrocytes, des cellules gliales en forme d'étoiles présentes dans le cerveau, jouent un rôle important en ce sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine. Par une...).

Les cellules gliales ne sont pas des neurones. Les scientifiques ont longtemps cru que leur rôle principal se limitait à assurer un soutien aux neurones. Les conclusions des travaux de l'équipe de Mme  Kolta contribuent à remettre en cause ce point (Graphie) de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) et ce que l'on sait sur le  fonctionnement du cerveau.

Cet organe (Un organe est un ensemble de tissus concourant à la réalisation d'une fonction physiologique. Certains organes assurent simultanément plusieurs fonctions, mais dans ce cas, une fonction est...) compte des milliards de cellules, et toutes les fonctions cérébrales reposent sur la capacité des neurones de communiquer entre eux. Cet échange se fait au moyen de signaux électriques, dans lesquels est codé le message (La théorie de l'information fut mise au point pour déterminer mathématiquement le taux d’information transmis dans la communication...) que les neurones se transmettent d'un à l'autre.

«Selon le point de vue qui prévaut actuellement, et qui accorde aux neurones un rôle central, les changements dans l'activité électrique neuronale dépendent seulement des propriétés intrinsèques des neurones et de l'information qu'ils se transmettent. Or, nos résultats démontrent que les cellules gliales contribuent grandement au contrôle de l'activité électrique des neurones et, par conséquent, aux fonctions neuronales», indique Mme Kolta.


Une astrocyte. Crédit: GerryShaw. Licence CC BY-SA 3.0
En utilisant différentes méthodes pour mesurer l'activité électrique des neurones dans le système trigéminal, responsable des sensations et des fonctions motrices du visage, Mme Kolta et son équipe ont pu observer l'activité cérébrale pendant la mastication (La mastication est un phénomène qui fait appel aux muscles de la mâchoire. Elle constitue la première phase de la digestion (ce qui est souvent ignoré). Les aliments contenus dans la cavité buccale sont...).

«Dans ce circuit sensori-moteur, nous avons découvert un mécanisme de régulation de la concentration de calcium extracellulaire par les astrocytes, qui déterminent ainsi l'activité électrique des neurones environnants. Nous croyons que les neurones trigéminaux que nous avons observés remplissent une fonction double, selon l'activité électrique, qui peut être tonique ou phasique», explique Philippe Morquette, premier auteur de l'étude.

L'activité tonique ressemble à ce que nous entendons lorsque nous décrochons le téléphone : la connexion continue entre les différentes parties du système. Alors que l'activité phasique serait plutôt comparable à la sonnerie qui se fait entendre une fois le numéro composé.

En mode tonique, les neurones transmettent fidèlement aux autres neurones l'information qu'ils reçoivent par les afférences sensorielles, soit les voies par lesquelles l'information sensorielle se rend au cerveau et au système nerveux. En mode phasique, ils génèrent une commande (Commande : terme utilisé dans de nombreux domaines, généralement il désigne un ordre ou un souhait impératif.) motrice rythmique, par exemple celle à l'origine d'un mouvement répétitif comme la mastication.

«Le mode phasique dépend de l'activation (Activation peut faire référence à :) d'un courant qui est modulé par la concentration en calcium dans le milieu extracellulaire. Nous avons démontré que les astrocytes sont à l'origine du passage d'un mode à l'autre et donc vraisemblablement d'une fonction à une autre. Ce changement de mode ne peut se produire lorsque les astrocytes sont "inactivés" ou que le mécanisme décrit est bloqué. Ce mécanisme repose sur une protéine qui se lie au calcium et qui est libérée uniquement par les astrocytes», ajoute Mr Morquette.


Astrocytes (en rouge) et neurones (en blanc). Crédit: Jason Snyder. Licence: CC BY 2.0.
L'étude de l'équipe de Mme Kolta, publiée le 4 mai dans la revue Nature Neuroscience, est la première à démontrer le rôle des astrocytes dans la régulation de la concentration de calcium hors des neurones, appuyant l'idée selon laquelle ces cellules contribuent de façon importante au traitement de l'information neuronale. «Le mécanisme de régulation de la concentration de calcium que nous avons décrit pourrait avoir de vastes conséquences, étant donné le nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de fonctions pouvant être affectées par des changements dans la concentration extracellulaire de cet ion (Un ion est une espèce chimique électriquement chargée. Le terme vient de l'anglais, à partir de l'adjectif grec ἰόν (ion), se...) et par la répartition très étendue de la protéine S100 bêta, celle qui se lie au calcium», explique Mr Morquette.

Ces conclusions ont une très grande importance, et ne permettent pas seulement de mieux comprendre la mastication. «Les mécanismes engagés participent à un large éventail de fonctions cérébrales. Ils sont à l'origine d'autres mouvements répétitifs essentiels, par exemple pour la locomotion et la respiration (Dans le langage courant, la respiration désigne à la fois les échanges gazeux (rejet de dioxyde de carbone, CO2, appelé parfois de façon impropre « gaz carbonique », et absorption de...). Ils se mettent en place dans le cortex (En biologie, le cortex (mot latin signifiant écorce) désigne la couche superficielle ou périphérique d'un tissu organique.), l'hippocampe et ailleurs. De plus, ils sont associés à de nombreuses fonctions importantes, comme celles permettant l'attention, l'apprentissage (L’apprentissage est l'acquisition de savoir-faire, c'est-à-dire le processus d’acquisition de pratiques, de connaissances, compétences,...) et la mémoire. Enfin, il est bien connu que les astrocytes sont suractivés dans des situations pathologiques associées à une hausse de la décharge phasique, comme lors d'une crise d'épilepsie par exemple. Nous croyons aussi que le mécanisme décrit intervient dans ces situations», affirme Mme Kolta.

À propos de cette étude

Philippe Morquette, Dorly Verdier, Aklesso Kadala, James Féthière, Antony G Philippe, Richard Robitaille et Arlette Kolta ont publié l'article An astrocyte-dependent mechanism for neuronal rhythmogenesis dans Nature Neuroscience, le 4 mai 2015. Mme Kolta et M. Morquette sont affiliés au Département de neurosciences et au Groupe de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances...) sur le système nerveux central de la Faculté de médecine de l'Université de Montréal. Mme Kolta est aussi affiliée à la Faculté de médecine dentaire de l'Université et au Réseau de recherche en santé buccodentaire et osseuse du Fonds de recherche Québec - Santé. L'étude a été financée par les Instituts de recherche en santé du Canada (subvention 14392).

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Université de Montréal
 
Vendredi 24 Novembre 2017 à 00:00:12 - Energie - 0 commentaire
» Une start-up pour des batteries de plus en plus rapides
Jeudi 23 Novembre 2017 à 00:00:06 - Vie et Terre - 0 commentaire
» Un bon odorat pour une bonne croissance
Le point sur...