Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Isabelle le Samedi 23/05/2015 à 00:00
Découverte d'un traitement pour bloquer la progression de la sclérose en plaques
Un médicament prometteur qui vise à stopper l'évolution de la sclérose en plaques pourrait bientôt voir le jour grâce à une découverte d'une équipe du Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CRCHUM). Les chercheurs ont identifié une molécule appelée MCAM, et ils ont démontré que de bloquer cette molécule pouvait retarder le début de la maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.) et freiner significativement sa progression. Ces résultats encourageants, tirés d'essais in vitro (In vitro (en latin : « dans le verre ») signifie un test en tube, ou, plus généralement, en dehors de l'organisme vivant ou...) chez l'humain et in vivo (In vivo (en latin : « au sein du vivant ») est une expression latine qualifiant des recherches ou des examens pratiqués sur...) chez la souris (Le terme souris est un nom vernaculaire ambigu qui peut désigner, pour les francophones, avant tout l’espèce commune Mus musculus, connue...), sont publiés dans Annals of Neurology.

«Nous pensons avoir identifié une première thérapie qui aura un impact sur la qualité de vie (La vie est le nom donné :) des personnes atteintes par la sclérose en plaques en diminuant significativement le handicap et la progression de la maladie», affirme le Dr Alexandre Prat, auteur principal de l'étude, chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner...) au CRCHUM et professeur au Département de neurosciences (Les neurosciences correspondent à l'ensemble de toutes les disciplines biologiques et médicales qui étudient tous les aspects, tant normaux que pathologiques,...) de l'Université de Montréal.

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie neurologique qui se manifeste par des paralysies, des engourdissements, des pertes de vision, des déficits d'équilibre et de la marche (La marche (le pléonasme marche à pied est également souvent utilisé) est un mode de locomotion naturel. Il consiste en un déplacement en appui alternatif sur les jambes, en position debout et en ayant toujours au moins...) qui mènent à un handicap (On nomme handicap la limitation des possibilités d'interaction d'un individu avec son environnement, causée par une déficience qui provoque une incapacité,...) chronique. Il n'existe pas de cure efficace. La maladie touche particulièrement les jeunes adultes des pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas...) nordiques. Au Canada, environ 75 000 personnes en sont atteintes.

Le cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions du corps, dont la motricité volontaire, et constitue le siège...) est normalement protégé des agressions par la barrière hémato-encéphalique. Cette barrière sang-cerveau empêche les cellules du système immunitaire - les lymphocytes - de pénétrer dans le système nerveux central. Chez les personnes atteintes par la sclérose en plaques, il y a des fuites. Deux types de lymphocytes, CD4 et CD8, trouvent le moyen de franchir cette barrière protectrice. Ils attaquent le cerveau en détruisant la gaine de myéline qui protège les neurones, ce qui entraîne une diminue la transmission de l'influx nerveux et la formation de plaques.

En 2008, l'équipe du Dr Prat a identifié une molécule d'adhésion cellulaire, appelée MCAM (Melanoma Cell Adhesion Molecule), qui joue (La joue est la partie du visage qui recouvre la cavité buccale, fermée par les mâchoires. On appelle aussi joue le muscle qui sert principalement à ouvrir et fermer la bouche et à mastiquer.) un rôle crucial dans le dérèglement du système immunitaire observé dans la sclérose en plaques. «Nos études ont montré que la molécule MCAM est nécessaire pour la migration des lymphocytes CD4 et CD8 à travers la barrière hémato-encéphalique. Si on bloque l'interaction (Une interaction est un échange d'information, d'affects ou d'énergie entre deux agents au sein d'un système. C'est une action réciproque qui suppose l'entrée en contact de sujets.) de MCAM avec la protéine à laquelle elle se lie normalement, on diminue l'activité de la maladie», dit-il. Parallèlement, la firme de biotechnologie (L’OCDE définit les biotechnologies comme "l’application de la science et de la technologie aux organismes vivants à d’autres matériaux vivants ou non vivants, pour la production de...) Prothena Corporation a découvert des éléments complémentaires à MCAM, ce qui a mené à une collaboration entre les chercheurs du CRCHUM et Prothena.

Les résultats sont très positifs. «Nous avons observé une diminution d'environ 50% de la maladie sur les souris atteintes d'une forme de sclérose en plaques appelée encéphalomyélite auto-immune expérimentale (EAE). Ce qui est particulièrement intéressant, c'est qu'on peut freiner la maladie dès les premiers symptômes en plus d'avoir un impact sur sa progression, ce qui est une première», fait valoir le Dr Prat.

La sclérose en plaques se développe chez la plupart des patients en deux phases. Pendant 10 à 15 ans, il y a des poussées de symptômes entrecoupées de rémissions. Par la suite, la maladie progresse et le handicap s'aggrave, menant à l'utilisation de la canne ou de la chaise roulante. Actuellement, aucun des médicaments disponibles sur le marché n'affecte la progression de la maladie.

De son côté, Prothena a développé un anticorps monoclonal qui a le potentiel de freiner la progression de la maladie. Cet anticorps appelé PRX003 bloque la molécule MCAM et empêche ainsi les lymphocytes destructeurs de migrer vers le cerveau. La firme Prothena a l'intention d'entamer les essais cliniques de cet anticorps PRX003 chez des volontaires sains d'ici la fin juin, avant de poursuivre avec une étude chez des personnes atteintes de psoriasis (Le psoriasis est une maladie de la peau d'origine mal connue, en partie génétique. Cette affection dermatologique touche 1 à 3 % de la population mondiale, aussi...) en 2016. Au-delà du psoriasis, les anticorps destinés à bloquer MCAM pourraient être utilisés pour traiter plusieurs maladies, dont les formes progressives de la sclérose en plaques.

À propos de cette étude

Cette étude a été financée par les Instituts de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension...) en santé du Canada (IRSC), la Société canadienne de la Sclérose en plaques et le Fonds de recherche du Québec - Santé (FRQS). Alexandre Prat est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la sclérose en plaques. Au CRCHUM, Alexandre Prat, Hania Kebir (La classe Kebir est une classe de patrouilleur, petit navire de guerre, dans la marine algérienne.) et Nathalie Arbour détiennent un brevet sur MCAM. Chez Prothena Biosciences, Ken Flanagan et Ted Yednock sont en attente de brevet sur les traitements avec les antagonistes de MCAM. Pour plus d'informations, consultez le résumé de l'article dans Annals of Neurology.

À propos du CRCHUM

Le Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CRCHUM) améliore la santé chez l'adulte par un continuum de recherche universitaire de haut niveau qui, en améliorant la compréhension des mécanismes étiologiques et pathogéniques, favorise le développement, l'implantation (Le mot implantation peut avoir plusieurs significations :) et l'évaluation de nouvelles stratégies préventives, diagnostiques et thérapeutiques. Le CRCHUM offre un environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la...) de formation assurant une relève engagée dans une recherche d'excellence.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CRCHUM)
 
Jeudi 23 Novembre 2017 à 00:00:06 - Vie et Terre - 0 commentaire
» Un bon odorat pour une bonne croissance
Mardi 21 Novembre 2017 à 12:00:21 - Physique - 0 commentaire
» Photosynthèse: de l’huile dans les rouages