Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Jeudi 18/06/2015 à 00:00
L'appétit vient en... régulant le métabolisme des acides gras dans les astrocytes

Thierry Alquier, chercheur au Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CRCHUM) et professeur adjoint au département de médecine de l'Université de Montréal.
Manger, c'est dans la tête que ça se passe. Le glucose (Le glucose est un aldohexose, principal représentant des oses (sucres). Par convention, il est symbolisé par Glc. Il est directement assimilable par l'organisme.) est notre carburant (Un carburant est un combustible qui alimente un moteur thermique. Celui-ci transforme l'énergie chimique du carburant en énergie mécanique.) énergétique. Nous avons aussi besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est souvent fait un classement des besoins humains en trois grandes catégories : les besoins...) d'acides gras, ces gras naturels fournis notamment par les viandes, les produits laitiers et les graisses végétales pour vivre. Entre autres fonctions, ils renseignent le cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions du corps, dont la motricité volontaire, et...) sur notre état nutritionnel. S'il n'y a pas assez d'acides gras, c'est un signal ( Termes généraux Un signal est un message simplifié et généralement codé. Il existe sous forme d'objets ayant des formes particulières. Les signaux lumineux sont employés depuis...) d'alarme: vite, il faut manger! Si au contraire il y en a trop: il faut cesser de s'alimenter.

Mais dans le cerveau, le ballet biochimique des messagers qui modulent la prise alimentaire est bien complexe. L'équipe de Thierry Alquier, chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner...) au Centre de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche...) du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CRCHUM) et professeur adjoint au Département de médecine de l'Université de Montréal, s'intéresse aux mécanismes par lesquels les acides gras et les lipides agissent dans l'hypothalamus, une région du cerveau, pour contrôler cette balance énergétique, et en bout de ligne, notre poids (Le poids est la force de pesanteur, d'origine gravitationnelle et inertielle, exercée par la Terre sur un corps massique en raison uniquement du voisinage de la Terre. Elle est égale à l'opposé de la résultante des...) corporel.

Ses derniers travaux dévoilent le rôle central des astrocytes dans ce métabolisme. Les astrocytes sont des cellules de soutien pour les neurones dans le cerveau. Ils transportent les acides gras et les lipides jusqu'aux neurones. On a longtemps pensé que les neurones jouaient le premier rôle pour indiquer au cerveau d'ajuster la prise alimentaire et la dépense énergétique en fonction des acides gras et des lipides en circulation (La circulation routière (anglicisme: trafic routier) est le déplacement de véhicules automobiles sur une route.) dans le sang (Le sang est un tissu conjonctif liquide formé de populations cellulaires libres, dont le plasma est la substance fondamentale et est présent chez la plupart des animaux. Un humain adulte...).  «Nos résultats suggèrent que ce ne sont pas les neurones mais plutôt les astrocytes qui détectent ces variations d'acides gras et de lipides», fait valoir Thierry Alquier.


Astrocytes hypothalamiques en culture. En bleu (Bleu (de l'ancien haut-allemand « blao » = brillant) est une des trois couleurs primaires. Sa longueur d'onde est comprise approximativement entre 446 et 520 nm. Elle varie...), le noyau des cellules et en rouge (La couleur rouge répond à différentes définitions, selon le système chromatique dont on fait usage.), les astrocytes. Crédit: Khalil Bouyakdan (étudiant au Ph. D.), CRCHUM.
Son équipe est la première à démontrer dans un article publié le 13 avril 2015 dans Journal of Neurochemistry que les astrocytes communiquent ces informations aux neurones par le biais d'une protéine de liaison aux Acyl-CoA (ACBP), appelée aussi inhibiteur de la liaison au diazépam (DBI). Les chercheurs ont généré des souris (Le terme souris est un nom vernaculaire ambigu qui peut désigner, pour les francophones, avant tout l’espèce commune Mus musculus, connue aussi comme animal de compagnie ou de laboratoire, mais aussi de nombreuses...) où cette protéine a été inactivée génétiquement dans les astrocytes. «Lorsqu'on enlève cette protéine des astrocytes, ça altère leur capacité à métaboliser et à relâcher certains acides gras. De plus, nos études en cours montrent clairement que les animaux qui n'ont plus cette protéine dans les astrocytes sont plus susceptibles de devenir obèses», explique le chercheur.

Cette étude et les travaux antérieurs de l'équipe de Thierry Alquier sur le métabolisme astrocytaire des lipides, publiés dans Journal of Biological Chemistry (2013), ouvrent une toute nouvelle porte (La Nouvelle Porte est la plus récente ouverture pratiquée dans les fortifications de la vieille ville de Jérusalem. Elle se situe au nord-ouest du quartier...) pour mieux comprendre les maladies comme le diabète et l'obésité. Cette découverte pose également des questions importantes sur le rôle de cette protéine dans les pathologies connues pour impliquer le métabolisme des acides gras dans le cerveau telles que l'Alzheimer. On en revient à l'affirmation de départ : c'est vraiment dans le cerveau que tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) se joue (La joue est la partie du visage qui recouvre la cavité buccale, fermée par les mâchoires. On appelle aussi joue le muscle qui sert principalement...).

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Université de Montréal