Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Redbran le Mardi 08/09/2015 à 12:00
Bestiole: un récepteur pilote pour construire les centrales solaires
Une campagne d’essais réalisée avec succès au Four solaire d’Odeillo valide pour la première fois un nouveau concept pour les centrales solaires: l’utilisation de particules solides comme fluide de transfert et matériau de stockage. Un récepteur solaire pilote utilisant ce procédé, baptisé Bestiole, a en effet permis d’obtenir des rendements thermiques très satisfaisants, dans les conditions réelles de fonctionnement d’une centrale solaire (Une centrale solaire est un système de production d'électricité qui utilise l'énergie solaire.). Ces travaux ont été menés dans le cadre du projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et l’intégration d’une...) européen CSP2, coordonné par le laboratoire PROMES.

À l'heure (L’heure est une unité de mesure du temps. Le mot désigne aussi la grandeur elle-même, l'instant (l'« heure qu'il est »), y compris en...) de la transition énergétique, la conversion efficace de l'énergie solaire et son stockage constituent un défi et une urgence. Dans une centrale solaire thermodynamique (On peut définir la thermodynamique de deux façons simples : la science de la chaleur et des machines thermiques ou la science des grands systèmes en équilibre. La première définition est aussi la...), le rayonnement solaire (En plus des rayons cosmiques (particules animées d'une vitesse et d'une énergie extrêmement élevées), le Soleil rayonne des...) concentré est utilisé pour chauffer un fluide (Un fluide est un milieu matériel parfaitement déformable. On regroupe sous cette appellation les gaz qui sont l'exemple des fluides compressibles, et les liquides, qui sont des fluides peu compressibles. Dans certaines conditions...), en général un liquide (La phase liquide est un état de la matière. Sous cette forme, la matière est facilement déformable mais difficilement compressible.), dans un récepteur. La chaleur (Dans le langage courant, les mots chaleur et température ont souvent un sens équivalent : Quelle chaleur !) est ensuite transférée à de la vapeur () puis convertie en électricité grâce à une turbine (Une turbine est un dispositif rotatif destiné à utiliser la force d'un fluide (eau, vapeur, air, gaz de combustion), dont le couple est transmis au moyen d'un arbre.) à vapeur. Pour assurer la production d’électricité en absence de soleil (Le Soleil (Sol en latin, Helios ou Ήλιος en grec) est l'étoile centrale du système solaire. Dans la classification astronomique, c'est une étoile de...), un stockage thermique (La thermique est la science qui traite de la production d'énergie, de l'utilisation de l'énergie pour la production de chaleur ou de froid, et des transferts de chaleur...) est intercalé entre le récepteur et la turbine. Cette architecture (L’architecture peut se définir comme l’art de bâtir des édifices.) permet également d’hybrider les sources d’énergie primaires (par exemple énergie solaire et bio fuels) pour sécuriser la production d’énergie. La limite de température de fonctionnement des centrales solaires commerciales est actuellement de 550°C et la durée de stockage à pleine puissance (Le mot puissance est employé dans plusieurs domaines avec une signification particulière :) peut atteindre 15h.

Le projet européen CSP2 « Concentrated Solar Power in Particles », coordonné par le laboratoire Procédés, matériaux, énergie solaire (PROMES, CNRS/Université de Perpignan) et impliquant 7 partenaires industriels et universitaires de 5 pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de...), a pour but d’accroître la température de fonctionnement de la centrale afin d’améliorer le rendement thermodynamique tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) en maintenant la fonction de stockage du système. Dans ce cadre, des chercheurs du Laboratoire de génie chimique (LGC, CNRS/INP Toulouse/Université Paul Sabatier) et de PROMES se sont associés avec une idée commune: utiliser des particules solides comme fluide de transfert et matériau de stockage (brevet CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français (EPST).) [1]).

Dans un premier temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.), il fallait faire circuler les particules dans des tubes et des réservoirs, comme un liquide. Les chercheurs sont parvenus à contraindre des particules fines (de l’ordre de 60 microns de diamètre) en les mettant en suspension ( Le fait de suspendre des particules En chimie, la suspension désigne une dispersion de particule. En géomorphologie, la suspension est un...) dans l’air (L'air est le mélange de gaz constituant l'atmosphère de la Terre. Il est inodore et incolore. Du fait de la diminution de la pression de l'air avec l'altitude, il est...) et à contrôler leur circulation (La circulation routière (anglicisme: trafic routier) est le déplacement de véhicules automobiles sur une route.) en jouant sur la pression (La pression est une notion physique fondamentale. On peut la voir comme une force rapportée à la surface sur laquelle elle s'applique.) dans les différents composants du système. Le LGC a étudié l’hydrodynamique de ces suspensions et PROMES a développé la technologie (Le mot technologie possède deux acceptions de fait :) solaire, d’abord avec un tube unique, puis avec un récepteur solaire pilote de 150 kW comportant 16 tubes et dont l’ingénierie a été réalisée par l’entreprise française COMESSA.

Il fallait ensuite expérimenter ce récepteur solaire pilote, surnommé « Bestiole », au foyer du four (Un four est une enceinte maçonnée ou un appareil, muni d'un système de chauffage puissant, qui transforme, par la chaleur les produits et les objets. En cuisine, il permet de cuire des...) solaire de 1 MW d’Odeillo (France). Réalisée en avril-mai 2015, cette campagne (La campagne, aussi appelée milieu rural désigne l'ensemble des espaces cultivés habités, elle s'oppose aux concepts de ville, d'agglomération ou de...) d’essais a été un succès ! Les chercheurs ont fait circuler des débits de solide de 0,8 à 1,6 T/h ; chauffé le solide jusqu’à 600°C en moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres de l'ensemble s'ils...) et 700°C dans certains tubes ; fait fonctionner le pilote des journées entières, et mesuré des rendements thermiques entre 70 et 90%.


Arrivée du récepteur pilote « Bestiole » au four solaire d'Odeillo. © PROMES
Les perspectives de ce projet sont nombreuses: d’une part réaliser un démonstrateur préindustriel à l’échelle de la centrale à tour de Thémis (4 MW -thermique- et 1,5 MW -électrique-), et d’autre part explorer les applications du système dans le domaine du traitement thermique (Le traitement thermique d'une pièce consiste à lui faire subir des transformations de structure grâce à des cycles prédéterminés de chauffage et de refroidissement afin d'en...) de particules réactives par énergie solaire.

Note:
[1] Brevet CNRS B10028FR, 20 octobre 2010


Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source et illustration: CNRS