Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Isabelle le Dimanche 11/10/2015 à 00:00
Au bonheur des dames
«Vous serez étonné de la modicité du prix, car c'est un mobilier qui a l'air dispendieux.» La formule de ce texte accompagnant une publicité de meubles parue en 1940 dans un catalogue du magasin Eaton peut nous sembler bien maladroite aujourd'hui. Cependant, elle témoigne à merveille du concept de «distinction» véhiculé par les entreprises de l'époque afin d'inciter les consommateurs à acheter. Pour faire vibrer les cordes sensibles des Québécois, les entreprises misaient également sur les notions de modernité, d'économie, de confort, de rendement et d'efficacité. Un peu comme aujourd'hui, quand on y pense. Toutefois, le moyen par excellence pour pénétrer dans les foyers n'était ni la radio ni la télé (apparue en 1952), mais plutôt les catalogues commerciaux, qui ont connu leur âge d'or de 1920 à 1960 au Québec.

«Avec les catalogues de vente au détail, les entreprises avaient la possibilité de rejoindre une nouvelle clientèle, explique Annie Beauregard. Il y avait une très large diffusion (Dans le langage courant, le terme diffusion fait référence à une notion de « distribution », de « mise à disposition » (diffusion d'un produit, d'une...) des catalogues en milieu rural; les gens attendaient leur exemplaire et avaient hâte de le feuilleter. L'achat par catalogue était une toute nouvelle façon de consommer: le prix était fixe et il y avait possibilité de retourner le meuble si on n'en était pas satisfait, exactement comme pour les achats en ligne de nos jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil...)

Aux fins de son mémoire de maîtrise en ethnologie, Annie Beauregard a scruté à la loupe (Une loupe est un instrument d'optique subjectif constitué d'une lentille convexe permettant d'obtenir d'un objet une image agrandie. La loupe est la forme la plus simple du microscope optique, qui, lui, est constitué de...) 744 annonces parues dans 15 catalogues de cinq grands commerces de l'époque faisant la promotion d'ameublement de cuisine (La cuisine est l'ensemble des techniques de préparation des aliments en vue de leur consommation par les êtres humains (voir cuisinerie). La cuisine est diverse à travers le monde, fruit des ressources naturelles locales, mais...) et de salle à manger: T. Eaton Co, Dupuis Frères, Simpsons-Sears, P.T. Légaré et J.A. Roy incorporée. Entre 1920 et 1930, les meubles les plus annoncés sont les tables, les chaises, les buffets et les armoires à porcelaine, ainsi que les poêles et les berceuses. Progressivement, les poêles à bois ou au charbon vont être remplacés par les cuisinières électriques ou au gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendants. Dans l’état gazeux, la matière n'a pas de forme propre ni de volume propre : un gaz...). Même chose pour la glacière, détrônée peu à peu par le réfrigérateur électrique. La fameuse berceuse de bois, promue jusque dans les années 1950 comme un meuble faisant partie de la cuisine, va trouver de moins en moins sa place dans cette pièce et aller occuper le salon ou la chambre à coucher du bébé. En résumé, les cuisines deviennent de plus en plus organisées, dans la publicité comme dans la vie (La vie est le nom donné :), allégeant du même coup la tâche de la ménagère. Car c'est bel (Nommé en l’honneur de l'inventeur Alexandre Graham Bell, le bel est unité de mesure logarithmique du rapport entre deux puissances, connue pour exprimer la puissance du son....) et bien à la reine du foyer que s'adresse (Les adresses forment une notion importante en communication, elles permettent à une entité de s'adresser à une autre parmi un ensemble d'entités. Pour qu'il n'y ait pas d'ambiguïté, chaque adresse...) cette publicité.

«Entre 1920 et 1960, l'enseignement (L'enseignement (du latin "insignis", remarquable, marqué d'un signe, distingué) est une pratique d'éducation visant à développer les connaissances d'un élève par le biais de...) de l'économie domestique, domaine qui s'adresse exclusivement aux filles dans les écoles, est très important. Le catalogue s'inscrit dans cette mouvance», explique Annie Beauregard.

Toutefois, il n'y a pas que la cuisine qui change. La salle à manger se démocratise: on crée un espace pour recevoir. Dans les publicités vantant les mérites d'une table ou d'un buffet, on parle de «bon goût» et de «perfection des lignes». «Ce luxueux mobilier au joli fini noyer (Le noyer (Juglans) est un genre de plantes appartenant à la famille des Juglandacées, originaire des régions tempérées et chaudes principalement de l'hémisphère...) antique fera l'admiration de vos amis», dit ainsi une publicité de J. A. Roy incorporée datant de 1930.

Au cours des années, les finis, les teintes et les revêtements des meubles se modernisent. Le bois, longtemps matière de base dominante, est concurrencé par les plastiques stratifiés, les métaux tubulaires, chromés ou laminés, de même que par les contreplaqués. À partir des années 1950, les notions d'hygiène et d'entretien prennent de l'importance. On mise sur la rapidité et l'entretien facile, des aspects encore essentiels aujourd'hui lors de l'achat de meubles. Et si les catalogues des grands magasins ne sont plus mis à bord des trains ni à la poste pour rejoindre les gens dans les campagnes, on peut toujours les recevoir sur demande.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Renée Larochelle - Université Laval