Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Jeudi 07/01/2016 à 00:00
Percer le mystère des embryons défectueux

Embryon de souris au stade du clivage. Photo: PNAS.
C'est le rêve de nombreux couples infertiles : avoir un bébé. Des dizaines de milliers d'enfants sont nés par fécondation in vitro, ou FIV, une technique couramment utilisée lorsque la nature n'est pas au rendez-vous. Mais les embryons obtenus par la rencontre d'un spermatozoïde et d'un ovocyte (L'ovocyte est la cellule sexuelle femelle des métazoaires. Seuls quelques-uns évolueront en ovules après maturation.) en éprouvette ont souvent des défauts.

Dans une étude publiée aujourd'hui dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, des chercheurs du Centre de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique désigne...) du Centre hospitalier de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa...) de Montréal (Montréal est à la fois région administrative et métropole du Québec[2]. Cette grande agglomération canadienne constitue un centre majeur du commerce, de...) (CRCHUM) découvrent un élément important pour comprendre comment ces anomalies surviennent dans le développement de l'embryon (Un embryon (du grec ancien ἔμϐρυον / émbruon) est un organisme en développement depuis la première...).

" Environ la moitié des embryons générés lors des traitements de fertilité (Pour le sens commun, la fertilité désigne à la fin du XXe siècle la capacité des personnes, des animaux ou des plantes à produire une descendance viable et abondante. Le terme était...) contiennent des cellules qui présentent un nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) anormal de chromosomes. On les appelle des embryons en mosaïque. Ils sont considérés de mauvaise qualité, et il est généralement recommandé de ne pas les transférer chez la femme. Nous avons étudié les embryons de souris (Le terme souris est un nom vernaculaire ambigu qui peut désigner, pour les francophones, avant tout l’espèce commune Mus musculus, connue aussi comme animal de compagnie ou de...), et nous avons trouvé par quel mécanisme les cellules défectueuses se divisent et persistent dans le développement de l'embryon ", explique Greg FitzHarris, chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier de chercheur tant les domaines de recherche sont diversifiés et impliquent...) au CRCHUM et professeur à l'Université de Montréal.


Greg FitzHarris. Photo: CHUM.
Chez la souris, l'ovocyte normal contient 20 chromosomes, alors qu'il en contient 23 chez l'humain. L'aneuploïdie, c'est-à-dire l'anomalie du nombre de chromosomes dans la cellule, est bien connue en biologie (La biologie, appelée couramment la « bio », est la science du vivant. Prise au sens large de science du vivant, elle recouvre une partie des sciences naturelles et...) de la reproduction (La Reproduction. Eléments pour une théorie du système d'enseignement est un ouvrage de sociologie co-écrit par Pierre Bourdieu et...). " Dans les ovocytes et les embryons, l'aneuploïdie est généralement associée à l'infertilité (L'infertilité (ou stérilité) est la difficulté, voire l'impossibilité, à donner la vie. Ceci s'applique aussi bien à un terrain sur lequel toute tentative de culture agricole est...). Mais jusqu'à présent, on ne comprenait pas pourquoi cette aneuploïdie apparaît. Grâce à de puissants microscopes, nous avons mis en évidence dans ces cellules défectueuses une structure particulière : le micronucleus. C'est un petit noyau, une sorte de satellite (Satellite peut faire référence à :) que l'on trouve à côté du noyau principal. Il contient du matériel génétique (La génétique (du grec genno γεννώ = donner naissance) est la science qui étudie l'hérédité et les gènes.) provenant du noyau principal. En suivant une séquence de divisions cellulaires dans le développement d'un embryon présentant un micronucleus, nous avons observé qu'une cellule hérite forcément du micronucleus. Cela suggère que le micronucleus génère l'aneuploïdie, qui cause à son tour les mosaïques embryonnaires", fait valoir Greg FitzHarris.

Cette démonstration (En mathématiques, une démonstration permet d'établir une proposition à partir de propositions initiales, ou précédemment démontrées à...) a été faite chez la souris, mais il est fort probable que ce mécanisme se retrouve chez l'humain. Choisir le meilleur embryon possible est un élément clé du succès de la fécondation (La fécondation, pour les êtres vivants organisés, est le stade de la reproduction sexuée consistant en une fusion des gamètes mâle et femelle en une cellule unique nommée...) in vitro. Dans les cliniques de fertilité, on fait un examen morphologique de l'embryon trois ou cinq jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par rapport à minuit heure locale) et sa...) après la conception, avant de le transférer dans l'utérus (L'utérus est un organe participant aux fonctions reproductrices chez les mammifères dont la femme. C'est une poche dont l'intérieur très...) de la femme. Ainsi, pour vérifier s'il s'agit d'un embryon en mosaïque, il faut pratiquer une biopsie (Une biopsie correspond au prélèvement d'un échantillon de tissus de l'organisme dans le but de réaliser un examen microscopique.) de l'embryon, c'est-à-dire retirer des cellules embryonnaires pour effectuer une analyse génétique (Une analyse génétique est une technique d'analyse du génome des cellules d'un organisme. Les analyses génétiques se pratiquent sur tout...). Cette méthode est complexe, coûteuse et invasive. " Cette découverte est importante, parce que si les recherches futures prouvent que le phénomène est le même chez l'humain, cela pourrait permettre un dépistage (Le dépistage, en médecine, consiste en la recherche d'une ou de plusieurs maladies ou d'anomalies dites "à risques" chez les individus d'une population donnée. Ces investigations sont suivies ou non de consultations...) très précoce et non invasif de l'aneuploïdie ", estime le Dr Jacques Kadoch, directeur médical de la Clinique de procréation assistée du CHUM.

La question de la discrimination des embryons en mosaïque est controversée. Certains cliniciens estiment que ces embryons défectueux ne doivent pas être utilisés. D'autres font valoir que des enfants en santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.) sont probablement issus d'embryons en mosaïque, ce qui suggère que les embryons peuvent se réparer naturellement. Mais au-delà du débat (Un débat est une discussion (constructive) sur un sujet, précis ou de fond, annoncé à l'avance, à laquelle prennent part des individus ayant des avis, idées, réflexions ou opinions divergentes pour le...) sur l'utilisation ou non des embryons en mosaïque, mieux comprendre les mécanismes au coeur du développement de ces embryons ouvre la voie à un tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) nouveau champ (Un champ correspond à une notion d'espace défini:) de recherche, pense Greg FitzHarris : "Il faut s'assurer que l'embryon se développe normalement, parce qu'en fin de compte nous voulons améliorer les chances de succès pour les couples infertiles lorsqu'ils font appel aux méthodes de procréation médicalement assistée."

Sachant qu'en FIV, seulement 30 à 50% des embryons transférés mènent à une grossesse (La grossesse est le processus physiologique au cours duquel la progéniture vivante d'une femme se développe dans son corps, depuis la conception jusqu'à ce qu'elle puisse survivre hors du corps de la...), sélectionner les meilleurs embryons et s'assurer qu'ils sont sains dès les premiers jours après la conception est un enjeu majeur pour les médecins et les couples infertiles.

À propos de cette étude

L'étude " Micronucleus formation causes perpetual unilateral chromosome (Le chromosome (du grec khroma, couleur et soma, corps, élément) est l'élément porteur de l'information génétique. Les...) inheritance in mouse embryos " a été publiée en ligne dans Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) le 4 janvier 2016. Cette recherche a été financée principalement par la Fondation J.-Louis Lévesque et le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada. Greg FitzHarris est chercheur au CRCHUM et professeur au département d'obstétrique-gynécologie de l'Université de Montréal. Les autres auteurs sont : Cayetana Vázquez-Diez (CRCHUM), Kazuo Yamagata (Kinki University, Japon), Shardul Trivedi (University College London, Royaume-Uni) et Jenna Haverfield (CRCHUM). Pour en savoir plus, consultez l'étude: DOI: 10.1073/pnas.1517628112

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Université de Montréal