Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Mardi 12/01/2016 à 00:00
Réduire la transmission du paludisme avec un prédateur
Les moustiques vecteurs du paludisme ayant subi les assauts d'un prédateur alors qu'ils n'étaient que des larves voient leur fécondité et leur longévité réduites. Ce "stress post-prédation" durant le stade larvaire a ainsi des effets à retardement sur la capacité des moustiques adultes à transmettre la maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.). Cette découverte est publiée le 16 décembre 2015 dans la revue Proceedings of the Royal Society B par des chercheurs de l'IRD, du CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français (EPST).) et de l'IRSS (1) au Burkina Faso.


Figure: Le moustique Anopheles gambiae prenant un repas de sang
© James Gathany

Les larves exposées à des punaises prédatrices

Les scientifiques ont étudié en laboratoire les effets de la prédation sur des larves d'Anopheles coluzzi femelles, un des vecteurs majeurs du paludisme (Le paludisme (du latin paludis, « marais »), aussi appelé malaria (de l'italien mal'aria, « mauvais air »), est une...) en Afrique (D’une superficie de 30 221 532 km2 en incluant les îles, l’Afrique est un continent couvrant 6 % de la surface terrestre et 20,3 %...) subsaharienne, collectées au Burkina Faso. Ils les ont exposées à des punaises aquatiques prédatrices de larves de moustiques, les notonectes. Les larves ayant survécu aux assauts des punaises se sont vu offrir, une fois devenues adultes, un repas de sang contaminé par le parasite Plasmodium falciparum, l'agent pathogène (Le terme pathogène (du grec παθογ?νεια ! « naissance de la douleur ») signifie : qui entraîne une maladie. Les germes pathogènes ou les bactéries pathogènes sont...) responsable de la forme sévère du paludisme humain en Afrique.

Des effets à retardement sur la taille, la fécondité et la longévité des moustiques

Les chercheurs ont alors observé leur durée de développement, leur taille adulte, leur fécondité, leur longévité ainsi que leur capacité à développer et transmettre le parasite (appelée "compétence pour P. falciparum").

Résultat: l'exposition des larves à des notonectes ne modifie pas significativement cette dernière faculté. En revanche, elle influence plusieurs traits biologiques chez les femelles moustiques devenues adultes, ayant des rôles clés dans la transmission du paludisme:
- la durée de développement des larves est allongée ;
- la taille adulte des femelles est affectée, celles-ci possédant notamment des ailes plus courtes ;
- mais surtout, leur fécondité s'en trouve fortement réduite: elles ont 1,6 fois moins de chance de développer des œufs, et ceux-ci sont également plus petits que la normale ;
- enfin, le "stress (Le stress (« contrainte » en anglais), ou syndrome général d'adaptation, est l'ensemble des réponses d'un organisme soumis à des contraintes environnementales. Dans le...) post-prédation" réduit leur longévité.

Jusqu'à 34 % de réduction de la transmission

Dernière étape: à l'aide d'un modèle épidémiologique, les chercheurs ont montré que l'exposition des larves de moustiques aux prédateurs pendant leur développement peut diminuer la transmission du paludisme. D'après leurs simulations, ils révèlent ainsi que la présence d'un prédateur (Un prédateur est un organisme vivant qui met à mort des proies pour s'en nourrir ou pour alimenter sa progéniture. La prédation est très courante dans la...) des larves de moustique peut réduire l'étendue des épidémies humaines jusqu'à 34 % à court et long terme.

Ces résultats soulignent l'importance de prendre en compte l'effet des stress environnementaux sur l'écologie et l'épidémiologie du paludisme et celle du maintien de la biodiversité (La biodiversité est la diversité naturelle des organismes vivants. Elle s'apprécie en considérant la diversité des écosystèmes, des espèces, des populations et celle des gènes dans l'espace et dans...) dans les gîtes larvaires des moustiques. Ils ouvrent de nouvelles pistes de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par...) dans le domaine de la lutte contre le paludisme, pandémie (Une pandémie (du grec ancien πᾶν / pãn (tous) et δῆμος / dễmos (peuple)) est une épidémie touchant une part exceptionnellement importante de la...) responsable de près de 438 000 décès dans le monde (Le mot monde peut désigner :) en 2015, selon l'OMS.

Note:

(1) Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical Physics...) de recherche en sciences de la santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.) (Bobo-Dioulasso).


Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: CNRS