Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Redbran le Mardi 12/01/2016 à 12:00
Reconstituer les objets anciens grâce à de nouvaux outils numériques
De nouveaux outils numériques pourraient accélérer les recherches sur le patrimoine culturel.

Les archéologues auront bientôt accès à de nouveaux outils numériques pour faciliter la reconstitution d'objets cassés et pour estimer l'impact de l'érosion. Les progrès associés dans la numérisation (La numérisation est le procédé permettant la construction d'une représentation discrète d'un objet du monde réel.) prédictive pourraient ouvrir de nouvelles opportunités commerciales.


Illustration: PRESIOUS/EUROPA

Le projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et...) PRESIOUS, financé par l'UE, a développé des outils logiciels qui pourraient améliorer l'efficacité du travail des archéologues européens dans un contexte (Le contexte d'un évènement inclut les circonstances et conditions qui l'entourent; le contexte d'un mot, d'une phrase ou d'un texte inclut les mots qui l'entourent. Le concept de contexte issu traditionnellement de l'analyse...) de budgets serrés, et montré que la simulation par ordinateur (Un ordinateur est une machine dotée d'une unité de traitement lui permettant d'exécuter des programmes enregistrés. C'est un ensemble de circuits électroniques permettant de...) peut aider grandement les chercheurs dans plusieurs disciplines, y compris la préservation des objets du patrimoine culturel. Une fois le projet terminé, ces outils seront disponibles en téléchargement (En informatique, le téléchargement (en anglais download) est l’opération de transmission d’informations — programmes, données, images,...) gratuit pour les archéologues, et l'entreprise partenaire du consortium aura utilisé certaines des avancées.

"Nous nous sommes attaqués à certaines des difficultés que rencontrent les archéologues dans leur travail quotidien", explique le professeur Theoharis Theoharis de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission...) norvégienne des sciences et des technologies.

"Par exemple, pour mieux comprendre l'évolution des monuments dans certaines conditions d'érosion, nous avons développé un logiciel (En informatique, un logiciel est un ensemble d'informations relatives à des traitements effectués automatiquement par un appareil informatique. Y...) de simulation, dans le cadre de nos contraintes en temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) et en ressources. Il permet aux archéologues de scanner (Un scanneur, ou numériseur à balayage est l'équivalent du terme anglais scanner, qui vient du verbe anglais to scan, signifiant « balayer » dans le sens de « parcourir une certaine étendue ».) un objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut être désigné par une étiquette verbale. Il est défini par les relations externes...) en pierre et de simuler son érosion dans diverses conditions."

Un deuxième objectif était de développer un logiciel pour aider les archéologues à assembler des objets cassés et fragmentés, comme un puzzle 3D. "Dans une excavation, les archéologues trouvent souvent des milliers de fragments", souligne le professeur Theoharis. "Leur assemblage est d'une complexité (La complexité est une notion utilisée en philosophie, épistémologie (par exemple par Anthony Wilden ou Edgar Morin), en physique, en biologie (par exemple par...) quadratique, un problème que les informaticiens comprennent bien." Le projet a réalisé un outil (Un outil est un objet finalisé utilisé par un être vivant dans le but d'augmenter son efficacité naturelle dans l'action. Cette augmentation se traduit par la simplification des...) qui propose automatiquement des assemblages possibles à partir des fragments numérisés.

Une troisième solution développée (En géométrie, la développée d'une courbe plane est le lieu de ses centres de courbure. On peut aussi la décrire comme l'enveloppe de la famille...) a été un logiciel capable de remplir les trous dans des objets reconstitués et dotés d'une symétrie. Même quand on a réussi -avec difficulté- à remettre les morceaux en place, il manque souvent des pièces au puzzle. Le nouvel outil logiciel reconnaît les symétries et les motifs géométriques de l'objet, et propose des suggestions logiques pour boucher les trous et faciliter la restauration.

"Mais pour développer ces solutions, il nous a fallu surmonter un obstacle majeur: la dépense et le travail intensif que demande la numérisation", souligne le professeur Theoharis. "Nous avons constaté qu'un opérateur (Le mot opérateur est employé dans les domaines :) formé a besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est souvent fait un classement des besoins humains en trois grandes catégories : les...) de deux heures (L'heure est une unité de mesure  :) et demie pour numériser rien qu'un seul morceau. Aussi notre quatrième action a été d'accélérer la numérisation, avec l'aide de l'entreprise partenaire."

Pour cela, les chercheurs ont mis au point (Graphie) la numérisation prédictive, qui utilise des informations 3D provenant de référentiels d'objets déjà numérisés. Cette technique est utile lorsque la réduction des coûts est impérative et qu'une numérisation de précision n'est pas nécessaire au but final, ce qui est parfois le cas en archéologie.

"Nous avons envisagé de commercialiser notre logiciel, mais nos partenaires universitaires ont compris que les utilisateurs visés, les archéologues, rencontrent de sévères contraintes de financement", constate le professeur Theoharis. "En conséquence, ces outils seront gratuits une fois le projet terminé (en janvier 2016). Nous avons en outre beaucoup de données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) et de résultats de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique...) que nous comptons rendre disponibles en ligne. Ils concernent de nombreux problèmes relatifs au patrimoine culturel et que nous aurions aimé aborder, aussi nous espérons qu'en mettant ces informations à la disposition de tous, les recherches continueront."

Les retours des archéologues, collectés lors de plusieurs conférences, séminaires et démonstrations, ont été très positifs, et le professeur Theoharis est certain que les outils de PRESIOUS contribueront directement à préserver le patrimoine culturel de l'Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité occidentale...).

Pour plus d'informations voir: projet PRESIOUS

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Cordis