Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Vendredi 15/01/2016 à 12:00
Une mécanique insoupçonnée déclenche les défenses immunitaires innées

Structure en double hélice de l'ADN. Photo: Shutterstock
À la stupéfaction de chercheurs en immunologie et en génétique, quelques heures suffisent pour qu'un mécanisme encore insoupçonné s'actionne en présence d'un pathogène (Le terme pathogène (du grec παθογ?νεια ! « naissance de la douleur ») signifie : qui entraîne une maladie. Les germes pathogènes ou les bactéries pathogènes sont...). "Dans les heures (L'heure est une unité de mesure  :) qui suivent l'agression par une bactérie, nous observons l'activation (Activation peut faire référence à :) de milliers de gènes dans les cellules du système immunitaire (Le système immunitaire d'un organisme est un ensemble coordonné d'éléments de reconnaissance et de défense qui discrimine le...) inné, celui avec lequel on vient au monde (Le mot monde peut désigner :), et le déclenchement de ses défenses immunitaires", affirme Luis Barreiro, chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier de chercheur tant les domaines de recherche sont diversifiés et...) au Centre de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension...) du CHU Sainte-Justine et professeur au Département de pédiatrie de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux États-Unis, au moment où...) de Montréal (Montréal est à la fois région administrative et métropole du Québec[2]. Cette grande agglomération canadienne constitue un centre majeur du commerce, de l'industrie, de la culture, de la finance et des affaires internationales. Montréal a...). "Nous avons été très surpris qu'une infection bactérienne provoque des milliers de changements dans la méthylation de l'ADN, alors que cette empreinte épigénétique a la réputation d'être très stable et de ne pas réagir aux perturbations de l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les...)", poursuit-il.

Pour arriver à cette conclusion, le chercheur et son équipe ont inoculé une souche vivante de Mycobacterium tuberculosis (le pathogène qui cause la tuberculose (La tuberculose est une maladie infectieuse transmissible et non immunisante, avec des signes cliniques variables. Elle est provoquée par une mycobactérie du complexe tuberculosis correspondant...) chez l'humain) à des cellules dendritiques, dont est constitué le système immunitaire inné. "En plus d'observer des milliers de changements de méthylation de l'ADN très vite après l'infection, on a constaté une importante perte de méthylation, très fortement reliée à l'activation des gènes voisins", poursuit le chercheur principal de l'étude.

Autre fait surprenant, la réaction s'est produite dans les cellules dendritiques, alors que celles-ci ne se multiplient pas. "Normalement, c'est pendant la division (La division est une loi de composition qui à deux nombres associe le produit du premier par l'inverse du second. Si un nombre est non nul, la fonction "division par ce nombre" est la...) cellulaire que la déméthylation se produit. Que ce changement épigénétique se déclenche aussi rapidement dans des cellules qui ne se divisent pas nous a étonnés", enchaîne Alain Pacis, étudiant au doctorat (Le doctorat (du latin doctorem, de doctum, supin de docere, enseigner) est généralement le grade universitaire le plus élevé. Le...) et premier auteur de l'étude. "Il nous faut chercher quelle machinerie rend ce processus possible."

De récentes études suggèrent qu'après une première "rencontre" avec un pathogène ou d'autres stimuli immunitaires, les cellules immunitaires innées gardent l'agression vécue en mémoire (D'une manière générale, la mémoire est le stockage de l'information. C'est aussi le souvenir d'une information.) pour répondre plus rapidement à la prochaine agression, un peu comme le fait le système immunitaire adaptatif. Selon le professeur Barreiro, la capacité de ces cellules à se souvenir des agressions passées pourrait s'expliquer par les changements épigénétiques durables qui se produisent durant la première infection. "Plusieurs indices nous portent à croire que le système immunitaire inné aurait lui aussi une mémoire immunologique, et que la déméthylation de l'ADN pourrait jouer un rôle important dans l'acquisition (En général l'acquisition est l'action qui consiste à obtenir une information ou à acquérir un bien.) de cette mémoire. C'est une autre piste qu'il nous faudra vérifier."

Il reste beaucoup à faire pour élucider tous les mystères entourant la méthylation de l'ADN et les mécanismes par lesquels elle régule (Les régules sont des alliages d'étain ou de plomb et d'antimoine.) le système immunologique inné et lui confère une certaine mémoire. Néanmoins, la découverte des chercheurs jette un nouvel éclairage sur la manière d'envisager le développement de vaccins, notamment en considérant davantage le rôle des diverses perturbations épigénétiques dans le déclenchement de la réponse immunitaire.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Université de Montréal