Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Isabelle le Lundi 25/01/2016 à 12:00
Des chats apprivoisés en Chine plus de 3000 ans avant notre ère
Des chats domestiqués ont-ils été apportés en Chine il y a plus de 5000 ans ? Ou des petits félins ont-ils été apprivoisés à cette même époque en Chine ? Il était impossible de trancher entre ces deux hypothèses jusqu'à ce qu'une équipe du laboratoire « Archéozoologie, archéobotanique: sociétés, pratiques et environnements » (CNRS/MNHN), en collaboration avec des collègues anglais et chinois (1), détermine l'espèce à laquelle correspondent les restes de chat (Le chat domestique (Felis silvestris catus) est un mammifère carnivore de la famille des félidés. Il est l’un des principaux animaux de...) datant d'environ 3500 ans avant J.-C. et découverts en Chine, dans des villages d'agriculteurs. Tous ces ossements appartiennent au chat du Bengale, un cousin éloigné du chat sauvage occidental, ce dernier étant à l'origine de tous les chats domestiques modernes. Les scientifiques apportent ainsi la preuve d'un début de domestication du chat en Chine plus de 3000 ans avant J.-C.. Un scénario comparable à celui connu au Proche-Orient (Le Proche-Orient est une région d'Asie et d'Afrique comprenant les pays du sud-est du bassin Levantin (mer Méditerranée). On l'englobe souvent dans le Moyen-Orient. Un...) et en Egypte où les relations entre l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme prépubère est...) et le chat se sont développées suite à la naissance de l'agriculture. Ces travaux (2) sont publiés le 22 janvier 2016 dans la revue PLOS ONE.


Vue latérale du crâne de chat domestique du site néolithique de Wuzhuangguoliang (Shaanxi ; 3200-2800 avant notre ère)
© J.-D. Vigne (Les vignes sont des lianes de la famille des Vitaceae. Ce sont des plantes du genre Vitis largement cultivées pour leur fruit en grappes, le raisin, dont on tire un...), CNRS/MNHN


Le crâne de chat domestique néolithique de Wuzhuangguoliang (Shaanxi ; 3200-2800 avant notre ère). Le support en papier journal facilite le calage des clichés photogrammétriques pour les reconstitutions en 3D.
© J.-D. Vigne, CNRS/MNHN

Le chat est l'animal (Un animal (du latin animus, esprit, ou principe vital) est, selon la classification classique, un être vivant hétérotrophe, c’est-à-dire qu’il se nourrit de...) domestique le plus courant aujourd'hui, avec plus de 500 millions de représentants. Tous les chats domestiques actuels descendent de la forme africaine et proche-orientale du chat sauvage (Felis silvestris lybica). Selon des travaux publiés en 2004, les débuts du rapprochement entre l'homme et le chat se sont déroulés au Proche-Orient, dès 9000 à 7000 avant J.-C., avec la naissance de l'agriculture.

En 2001, des chercheurs de l'Académie des sciences de Pékin ont découvert des ossements de chat dans le nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.) de la Chine (province de Shaanxi), datés d'environ 3500 avant J.-C., dans des villages d'agriculteurs. Est-ce la preuve d'un rapprochement entre des petits félins chinois et l'homme dès le 4e millénaire avant J.-C. en Chine ? Ou est-ce le résultat d'une importation des premiers chats domestiques depuis le Proche-Orient jusqu'en Chine ? Impossible de trancher entre ces hypothèses sans avoir identifié l'espèce à laquelle appartiennent les ossements trouvés. Il existe en effet au moins quatre formes différentes de petits félidés en Chine, mais la sous-espèce à l'origine du chat moderne (Felis silvestris lybica) n'y a jamais été répertoriée.


Mesure, à l'aide de grains de riz, de la capacité crânienne du crâne de chat néolithique de Wuzhuangguoliang (Shaanxi ; 3200-2800 avant notre ère).
© J.-D. Vigne, CNRS/MNHN


J.-D. Vigne mesurant, à l'aide de grains de riz, la capacité crânienne du chat néolithique de Wuzhuangguoliang (Shaanxi ; 3200-2800 avant notre ère), au laboratoire d'archéozoologie du Shaanxi Provincial Institute of Archaeology de Xi'an.
© J.-D. Vigne, CNRS/MNHN

Afin de résoudre cette question, une collaboration de scientifiques principalement du CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français (EPST).), du MNHN, de l'université d'Aberdeen, de l'Académie des sciences sociales de Chine et de l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical Physics est un tel institut.) d'archéologie de la province de Shaanxi a entrepris une analyse de morphométrie géométrique (3), seule à même, en l'absence d'ADN ancien, de différencier les ossements de ces petits félins, aux morphologies très similaires et aux différences souvent indiscernables avec les techniques classiques. Les scientifiques ont ainsi analysé les mandibules de cinq chats du Shaanxi et du Henan datés entre 3500 et 2900 avant J.-C.. Leurs travaux ont été déterminants: ces ossements appartiennent tous au chat du Bengale (Prionailurus bengalensis). Encore très répandu aujourd'hui en Asie (L'Asie est un des cinq continents ou une partie des supercontinents Eurasie ou Afro-Eurasie de la Terre. Il est le plus grand continent (8,6 % de la surface totale terrestre ou 29,4 %...) orientale, ce chat sauvage, cousin éloigné du chat sauvage occidental (Felis silvestris lybica), est connu pour sa propension à fréquenter les zones à forte présence humaine. Tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) comme au Proche-Orient ou en Egypte, le chat du Bengale a sans doute été attiré dans les villages chinois par la prolifération des rongeurs qui profitaient des stocks de céréales.

Ces conclusions démontrent qu'un processus comparable à celui connu au Proche-Orient et en Egypte s'est développé indépendamment en Chine suite à la naissance de l'agriculture qui y est apparue au 8e millénaire avant notre ère. En Orient (L'orient correspond au point cardinal est, et s'oppose à l'occident (l'ouest).), c'est le chat du Bengale (P. bengalensis) et non le chat sauvage occidental (F. silvestris), qui s'est engagé dans un rapprochement avec l'homme. La domestication du chat est donc bien, au moins dans trois régions du monde (Le mot monde peut désigner :), étroitement connectée aux débuts de l'agriculture. Il n'en reste pas moins que les chats domestiques actuels de Chine ne sont pas des descendants du chat du Bengale (4), mais de son cousin F. silvestris lybica. Ce dernier a donc remplacé le chat du Bengale dans les villages chinois après la fin du Néolithique. Serait-il arrivé en Chine avec l'ouverture de la route (Le mot « route » dérive du latin (via) rupta, littéralement « voie brisée »,...) de la soie (De la soie (fibre textile d'origine animale) est produite par de nombreux insectes, araignées et chenilles de certains papillons notamment (Yponomeutes, bombyx). Celle qui sert à produire des tissus de soie est issue...), au moment où les Empires de Rome et des Han ont commencé à établir de liens ténus entre Orient et Occident (L'Occident, ou monde occidental, est une zone géographique qui désignait initialement l'Europe. L'extension de l'espace considéré a varié au cours de...) ? C'est la prochaine question à résoudre.

Notes:

(1) Principalement de l'université d'Aberdeen, de l'Académie des sciences sociales de Chine et de l'Institut d'archéologie de la province de Shaanxi
(2) Ces travaux ont notamment été soutenus par le Labex BCdiv.
(3) La morphométrie géométrique est utilisée pour étudier et analyser la forme d'une structure (elle permet par exemple de comparer des crânes de différentes espèces aux morphologies très proches).
(4) Le chat du Bengale a été de nouveau domestiqué durant les années 1960, et a donné naissance, par croisement avec des chats domestiques issus de l'espèce silvestris, à une race (En nomenclature zoologique, la race est un rang taxinomique inférieur à l'espèce (équivalent au rang de variété dans d'autres disciplines), dans le but de distinguer plus finement à...) de chat, dite « du Bengale ».


Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: CNRS