Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Adrien le Mercredi 03/02/2016 à 00:00
Aspirine et prééclampsie: tout est dans la dose

Ce sont les propriétés antiplaquettaires de l'aspirine qui aideraient à prévenir l'hypertension de grossesse.
C'est la dose qui fait le poison, veut l'adage. Mais c'est aussi la dose qui fait la solution, serait-on tenté d'ajouter à la lumière des travaux de l'équipe d'Emmanuel Bujold, de la Faculté de médecine, sur le recours à l'aspirine pour prévenir l'hypertension de grossesse (La grossesse est le processus physiologique au cours duquel la progéniture vivante d'une femme se développe dans son corps, depuis la conception jusqu'à ce qu'elle puisse...). L'humble médicament semble, en effet, un remède de choix pour atténuer cette menace qui plane (La plane est un outil pour le travail du bois. Elle est composée d'une lame semblable à celle d'un couteau, munie de deux poignées, à chaque extrémité de la lame. Elle permet le...) sur les femmes enceintes, surtout celles qui attendent plus d'un enfant, à condition toutefois de trouver le bon dosage (En chimie analytique, le dosage est l'action qui consiste à déterminer la quantité d'une substance précise (l'analyte) présente dans une autre ou dans un mélange (la matrice).).

Environ 5% des femmes enceintes souffriront d'une forme d'hypertension de grossesse appelée prééclampsie. Dans les cas de grossesses multiples, ce risque est de 2 à 4 fois plus élevé. La prééclampsie se manifeste par une hausse importante de la tension (La tension est une force d'extension.) artérielle, une présence de protéines dans l'urine (L'urine est un liquide biologique composé des déchets de l'organisme. L'urine est secrétée par les reins par filtration du sang, puis par récupération des...) et un risque accru de donner naissance à un bébé de petit poids (Le poids est la force de pesanteur, d'origine gravitationnelle et inertielle, exercée par la Terre sur un corps massique en raison uniquement du voisinage de la Terre....) pour son âge gestationnel. Si elle n'est pas traitée, cette condition peut conduire à l'éclampsie et causer des convulsions, qui mettent en péril la vie (La vie est le nom donné :) de l'enfant et de la mère. Chaque année, ce problème entraîne la mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus général, incluant par...) d'environ 76 000 femmes et 500 000 enfants dans le monde (Le mot monde peut désigner :).

Comme la prééclampsie semble causée par une mauvaise circulation (La circulation routière (anglicisme: trafic routier) est le déplacement de véhicules automobiles sur une route.) sanguine dans le placenta (Le placenta est un organe unique qui connecte physiquement et biologiquement l'embryon en développement à la paroi utérine. Durant toute la grossesse, le placenta apporte...) et que les plaquettes sanguines peuvent être en cause, des chercheurs ont proposé de prévenir le problème en recourant à l'aspirine, un médicament réputé pour ses propriétés antiplaquettaires. En 2010, une méta-analyse publiée par l'équipe du professeur Bujold concluait que la prise quotidienne de 100 à 150 mg d'aspirine - un comprimé pour enfant en contient 80 mg - pendant les 16 premières semaines de grossesse réduisait de plus de moitié le risque de prééclampsie chez les femmes qui attendent un enfant.

De là à penser que l'aspirine pouvait aussi prévenir cette condition dans les cas de grossesses multiples, il n'y avait qu'un pas, que la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada a franchi en 2014 en recommandant la prise quotidienne de 80 mg d'aspirine à ces futures mères. Cette dose équivaut à celle prescrite lorsqu'il n'y a qu'un bébé. Pour évaluer la pertinence de cette mesure, Emmanuel Bujold et ses collaborateurs ont passé en revue six essais cliniques randomisés portant sur plus de 900 grossesses multiples. Leurs analyses, parues dans un récent numéro de l'American Journal of Perinatology, montrent que l'aspirine ne réduit pas le risque de prééclampsie sévère. «Dans ces études, la dose moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des...) d'aspirine prise quotidiennement était sous les 70 mg, signale le professeur Bujold. Il se pourrait que ce soit insuffisant pour produire un effet. Il se pourrait même qu'une dose de 80 mg soit trop basse pour réduire le risque de prééclampsie lié aux grossesses multiples. Pour tirer la question au clair, nous avons mené une étude avec des doses allant de 80 à 160 mg. Les résultats, qui seront publiés prochainement, montrent que l'aspirine donne des résultats pour les grossesses multiples, mais à une dose plus élevée que celle présentement recommandée.»

L'étude publiée dans l'American Journal of Perinatology est signée par Tessa Bergeron, Stéphanie Roberge, Caroline Carpentier et Emmanuel Bujold, de la Faculté de médecine et du CHU de Québec-Université Laval, Baha Sibai, de l'Université du Texas, et d'Affette McCaw-Binns, de l'University of the West Indies en Jamaïque.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Jean Hamann - Université Laval