Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Isabelle le Jeudi 11/02/2016 à 12:00
Le cerveau des patients schizophrènes est différent
Des scientifiques démontrent que le cerveau des patients avec schizophrénie est différent en fonction du type dont ils sont atteints.

Une équipe internationale à laquelle participe l'Université de Grenade met en rapport pour la première fois les symptômes de cette maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.) avec les caractéristiques de l'anatomie (L'anatomie (provenant du nom grec ἀνατομία anatomia, provenant du verbe ἀνατέμνειν anatemnein, se traduisant par couper,...) du cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions du corps, dont la motricité volontaire, et...) en employant pour cela des images par résonnance magnétique.

Leur travail, que publie cette semaine la revue NeuroImage, pourrait supposer une importante avancée pour améliorer le diagnostic (Le diagnostic (du grec δι?γνωση, diágnosi, à partir de δια-, dia-, „par, à travers,...) et le traitement de la schizophrénie (Le terme de schizophrénie regroupe de manière générique un ensemble d'affections psychiatriques présentant un noyau commun, mais dites différentes quant à leur...)

Une équipe internationale de scientifiques à laquelle participe l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et...) de Grenade a démontré pour la première fois que l'anatomie du cerveau des patients avec schizophrénie est différente (En mathématiques, la différente est définie en théorie algébrique des nombres pour mesurer l'éventuel défaut de dualité d'une application définie à l'aide de la trace,...) en fonction du type dont ils sont atteints.

Ce travail, que publie cette semaine la revue NeuroImage, pourrait supposer une importante avancée pour améliorer le diagnostic et le traitement de la schizophrénie, vu que pour la première fois les scientifiques sont arrivés à mettre en rapport les symptômes de cette maladie avec les caractéristiques de l'anatomie du cerveau en employant pour cela des images cérébrales avancées.

Ont participé à cette recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances...) les universités de Washington à Saint-Louis et de la Floride du Sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.) (États-Unis), et l'Université de Grenade (Espagne).

Les scientifiques ont démontré, en observant l'anatomie des cerveaux, qu'il existe divers sous-groupes diagnostiqués de schizophrénie avec des symptômes différents.

Pour mener à bien ce travail, les chercheurs ont réalisé une résonance (Lorsqu'on abandonne un système stable préalablement écarté de sa position d'équilibre, il y retourne, généralement à travers des oscillations propres. Celles-ci se produisent à la fréquence propre du système....) magnétique (IRM) moyennant une technique dénommée "images de tenseur de diffusion (Dans le langage courant, le terme diffusion fait référence à une notion de « distribution », de « mise à disposition » (diffusion d'un produit, d'une...)" chez 36 volontaires sains et 47 personnes schizophréniques.

Les explorations réalisées chez les patients avec schizophrénie ont révélé qu'ils présentent plusieurs anomalies dans des parties déterminées du corps calleux, un faisceau de fibres (Une fibre est une formation élémentaire, végétale ou animale, d'aspect filamenteux, se présentant généralement sous forme de faisceaux.) qui connectent les hémisphères gauche et droit du cerveau et qui se considère critique pour la communication (La communication concerne aussi bien l'homme (communication intra-psychique, interpersonnelle, groupale...) que l'animal (communication intra- ou inter- espèces) ou la machine (télécommunications,...) neurale.

Anomalies dans le corps calleux

Quand les chercheurs ont observé des anomalies dans tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) le corps calleux du cerveau, ils ont trouvé que certaines caractéristiques révélées par les scanners cérébraux coïncidaient avec des symptômes spécifiques de la schizophrénie. Par exemple, les patients avec des caractéristiques spécifiques dans une partie du corps calleux ont manifesté un comportement étrange et désorganisé.

Chez d'autres patients, les irrégularités observées dans une partie différente de cette structure cérébrale ont été associées à une désorganisation de la pensée et de la parole (La parole, c'est du langage incarné. Autrement dit c'est l'acte d'un sujet. Si le langage renvoie à la notion de code, la parole renvoie à celle de corps. La parole est singulière et opère un acte de langage qui s'adresse à un...), et à des symptômes négatifs comme le manque d'émotions. D'autres anomalies cérébrales dans le corps calleux ont été associées à des hallucinations.

En 2014, cette même équipe de chercheurs avait démontré que la schizophrénie n'est pas une seule maladie mais qu'il existe un groupe de huit troubles génétiquement différents, chacun desquels présente son propre ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui...) de symptômes.

Dans cette étude, les chercheurs du Département des Sciences de l'Informatique (L´informatique - contraction d´information et automatique - est le domaine d'activité scientifique, technique et industriel en rapport avec le traitement automatique de l'information par des machines telles que les...) et de l'Intelligence Artificielle (L'intelligence artificielle ou informatique cognitive est la « recherche de moyens susceptibles de doter les systèmes informatiques de capacités intellectuelles comparables à celles des...) de l'Université de Grenade, Javier Arnedo et Igor Zwir, ont découvert que différents ensembles de gènes étaient fortement associés à des symptômes cliniques distincts.

La schizophrénie n'est pas une seule maladie

Tel que l'explique Igor Zwir, "la présente étude fournit une preuve de plus que la schizophrénie est un groupe hétérogène de troubles et non pas un seul, comme on le pensait jusqu'à cette date".

Les chercheurs considèrent qu'à l'avenir il sera important d'analyser comment les réseaux de gènes précis sont liés aux caractéristiques spécifiques du cerveau et aux symptômes individuels, afin que les traitements puissent s'adapter aux patients. Actuellement, les traitements pour la schizophrénie tendent à être très généraux, indépendamment des symptômes que présente chaque patient (Dans le domaine de la médecine, le terme patient désigne couramment une personne recevant une attention médicale ou à qui est prodigué un soin.).

Aussi bien pour l'analyse des groupes de gènes que celle des scanners cérébraux, les chercheurs ont développé une nouvelle méthode complexe d'analyse de rapports entre données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) de différents types et de recommandations sur de nouvelles données, similaire à celle qu'emploient des compagnies comme Netflix pour prédire les films qu'ils veulent transmettre.

"Pour mener à bien ce travail, nous n'avons pas analysé d'abord les personnes qui présentaient certains symptômes de schizophrénie pour voir après si elles avaient des anomalies correspondantes dans le cerveau, signale Zwir. Nous avons analysé les données et c'est ainsi que nous avons trouvé ces patrons. Ce genre d'information, combiné avec des données sur le génétique (La génétique (du grec genno γεννώ = donner naissance) est la science qui étudie l'hérédité et les gènes.) de la schizophrénie, sera un jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par rapport à minuit heure locale)...) d'une importance vitale pour aider les médecins à traiter le trouble d'une façon plus précise".

Référence bibliographique:
Decomposition of brain diffusion imaging data uncovers latent schizophrenias with distinct patterns of white matter anisotropy. Javier Arnedo, Daniel Mamah, David A. Baranger, Michael P. Harms, Deanna M. Barch, Dragan M. Svrakic, Gabriel A. de Erausquin, C. Robert Cloninger , Igor Zwir. NeuroImage 120 (2015) 43-54
Voir l'étude http://dx.doi.org/10.1016/j.neuroimage.2015.06.083 


Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Université de Grenade