Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Vendredi 12/02/2016 à 00:00
Génétique: éclairage sur les premiers peuplements modernes en Europe
La dispersion de l'homme moderne hors d'Afrique est un sujet encore très débattu. Les informations génétiques anciennes sont rares et la dynamique de peuplement des premiers hommes modernes en Europe est presque inconnue. L'hypothèse scientifique la plus répandue, basée sur les données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un...) génétiques actuelles, semblait indiquer une première dispersion (La dispersion, en mécanique ondulatoire, est le phénomène affectant une onde dans un milieu dispersif, c'est-à-dire dans lequel les différentes fréquences constituant l'onde ne se propagent pas à la...) hors d'Afrique (D’une superficie de 30 221 532 km2 en incluant les îles, l’Afrique est un continent couvrant 6 % de la surface...) vers l'Asie (L'Asie est un des cinq continents ou une partie des supercontinents Eurasie ou Afro-Eurasie de la Terre. Il est le plus grand continent (8,6 % de la surface totale terrestre ou 29,4 % des...) avant une colonisation plus tardive de l'Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité occidentale...). Dans une étude publiée dans Current Biology, une équipe internationale composée de chercheurs du CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français (EPST).) apporte les preuves d'une seule dispersion rapide de tous les non-Africains il y a environ 50.000 ans, non seulement à travers l'Asie, mais aussi en Europe. En outre, les analyses ADN d'anciens chasseurs-cueilleurs couvrant près de 35.000 ans de la préhistoire européenne ont également mis en évidence un changement brutal de population durant la fin de la dernière période glaciaire, il y a environ 14.500 ans.


Fragments d'ossements humains découverts dans la Troisième caverne de Goyet en Belgique. Alors qu'ils avaient été fouillés au 19e siècle, ces vestiges humains n'ont été identifiés que récemment dans le cadre de la révision des collections de ce site.
© I. Crevecoeur (PACEA – CNRS/Univ. Bordeaux/Ministère Culture (La définition que donne l'UNESCO de la culture est la suivante [1] :) et Communication)

A partir de techniques moléculaires et bioinformatiques, des chercheurs de l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical Physics est un tel institut.) Max Planck de Jena et de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études...) de Tübingen en Allemagne, en collaboration avec une équipe de collaborateurs internationaux comprenant des chercheurs du CNRS, ont pu reconstituer le génome (Le génome est l'ensemble du matériel génétique d'un individu ou d'une espèce codé dans son ADN (à l'exception de certains virus dont le génome est...) de l'ADN mitochondrial hérité de la mère (ADNmt) de 35 chasseurs-cueilleurs qui vivaient dans les régions actuelles d'Italie, Allemagne, Belgique, France, République Tchèque et en Roumanie il y a entre 35 000 et 7 000 ans.

L'analyse de cet ADNmt a révélé de manière inattendue que trois de ces individus, découverts en France et en Belgique et vivant avant le Dernier Maximum Glaciaire, appartiennent à l'haplogroupe M qui est à ce jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le...) absent au sein (Le sein (du latin sinus, « courbure, sinuosité, pli ») ou la poitrine dans son ensemble, constitue la région ventrale supérieure du torse d'un animal, et en...) des Européens actuels où seul des haplogroupes "plus récents" sont représentés. La réduction de la taille des populations et la perte de diversité génétique (La diversité génétique est une caractéristique décrivant le niveau de variétés des gènes au sein d'une même espèce...) pourrait expliquer la perte de l'haplogroupe M en Europe. En effet, lorsque le Dernier Maximum Glaciaire débute il y a environ 25.000 ans, les populations de chasseurs-cueilleurs européens se retirèrent dans un certain nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de zones refuges supposées plus au sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.). "Avant cette période, la plus froide de la dernière glaciation, on constate une grande variation dans les types d'haplogroupes présent en Europe mais le Dernier Maximum Glaciaire semble avoir réduit cette variabilité ", explique Isabelle Crevecoeur, chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier de chercheur tant les domaines de...) au laboratoire De la préhistoire a l'actuel: culture, environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux...) et anthropologie (PACEA - CNRS/Univ. Bordeaux/Ministère Culture et Communication) et co-auteure de l'étude.

L'étude va plus loin car, bien que des remplacements de population à grande échelle (La grande échelle, aussi appelée échelle aérienne ou auto échelle, est un véhicule utilisé par les...) aient déjà été démontrés au cours du Néolithique (-6000 à -2100) et de l'Âge du bronze (Le bronze est le nom générique des alliages de cuivre et d'étain. Le terme airain désigne aussi le bronze, mais est plutôt employé en poésie et dans les textes littéraires,...) (-2200 à -800), il semblerait que lorsque les conditions climatiques sont devenues plus favorables, au début du Tardiglaciairen il y a environ 14 500 ans, les chasseurs-cueilleurs européens aient été largement remplacés par une population d'une source maternelle différente (En mathématiques, la différente est définie en théorie algébrique des nombres pour mesurer l'éventuel défaut de dualité d'une application définie à l'aide de la trace,...). C'est la première fois qu'une équipe de chercheurs trouve des preuves d'un changement majeur, et aussi ancien, de la population en Europe.

De plus, en se basant sur les datations radiocarbone des ossements étudiés comme points de calibration moléculaire de l'ADNmt, les auteurs ont aussi pu réviser le taux de mutation de l'ADNmt - la vitesse (On distingue :) à laquelle l'ADN accumule des mutations au fil du temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) - et dater précisément l'origine des deux types d'ADNmt non-africains, N et M, à il y a environ 50 000 ans, ce qui conforte l'hypothèse d'une dispersion rapide de toutes les populations non-africaines portant les haplogroupes N et M, non seulement à travers l'Asie mais aussi en Europe. Avant cette étude, la répartition mondiale de l'haplogroupe M et N (en Asie et en Australie) était utilisé comme preuve d'une première sortie d'Afrique de l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme...) moderne vers l'Asie avant une colonisation plus tardive de l'Europe. La présence des trois individus avec l'haplogroupe M en France et en Belgique prouve qu'en réalité, ces populations "M" sorties d'Afrique se sont répandues partout, même en Europe.

Les analyses futures de l'ADN nucléaire (Le terme d'énergie nucléaire recouvre deux sens selon le contexte :) ancien de nouveaux spécimens couvrant une aire géographique et temporelle plus large devraient permettre d'obtenir une image plus complète de la préhistoire européenne. Les chercheurs espèrent mieux caractériser les conséquences génétiques de la rétraction de population dans des zones refuges observée durant le Dernier Maximum Glaciaire, et identifier la source de la population de chasseurs-cueilleurs arrivant au Tardiglaciaire.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: CNRS-INEE