Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Vendredi 12/02/2016 à 00:00
Sentiment de sécurité dans les rues éclairées en lumière blanche
Cette recherche de l'Université de Grenade, publiée dans la revue Safety Science, a analysé la perception de sécurité et de bienêtre qu'ont les piétons lorsqu'ils circulent dans des rues avec des types et des niveaux déterminés d'éclairage. 275 piétons de Grenade ont participé à celle-ci.

Le travail démontre que les piétons manifestent une réactivité très supérieure face à des questions déterminées d'un test quand les niveaux d'éclairage sont plus élevés et/ou la lumière (La lumière est l'ensemble des ondes électromagnétiques visibles par l'œil humain, c'est-à-dire comprises dans des longueurs d'onde de 380nm...) est de couleur (La couleur est la perception subjective qu'a l'œil d'une ou plusieurs fréquences d'ondes lumineuses, avec une (ou des) amplitude(s) donnée(s).) "jaune-sodium", malgré que la sécurité perçue soit majeure quand la lumière est blanche.

Les piétons se sentent plus sûrs dans les rues qui sont éclairées avec des lumières blanches que dans celles où l'on utilise des lumières jaunâtres, techniquement dénommées "jaune-sodium", même si les premières sont plus polluantes dans certains aspects. Une des possibles raisons est que cette lumière permet d'identifier plus facilement les visages des personnes.

C'est ce qui s'ensuit d'une étude multidisciplinaire réalisée par des scientifiques de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa...) de Grenade, membres des départements d'Ingénierie (L'ingénierie désigne l'ensemble des fonctions allant de la conception et des études à la responsabilité de la construction et au contrôle des équipements d'une installation technique ou...) Civile et de Psychologie Sociale, qui ont analysé, entre autres variantes, la perception de sécurité et de bienêtre que ressentent les piétons lorsqu'ils circulent dans des rues avec des types et des niveaux déterminés d'illumination.

À ce travail ont participé 275 piétons de Grenade, auxquels on a appliqué un questionnaire (Les questionnaires sont un des outils de recherche pour les sciences humaines et sociales, en particulier la psychologie, la sociologie, le marketing et...) après avoir parcouru les rues pendant un horaire où l'allumage (Pour s'enflammer, le mélange air-essence, un gaz contenu dans le cylindre doit subir une élévation de température permettant de porter une partie de sa masse au-dessus de sa température d'inflammation (ti-380°C).) public fonctionnait pour que leurs réponses ne se voient pas conditionnées par des souvenirs ou autres impressions étrangères à l'objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut être désigné par une étiquette verbale. Il est défini par les...) de l'étude.

Ce travail suggère de plus que les lumières à contenu élevé en longueurs d'onde (Une onde est la propagation d'une perturbation produisant sur son passage une variation réversible des propriétés physiques locales. Elle transporte de...) bleues (comme certaines employées dans l'éclairage public avec lumière blanche) produisent une inhibition majeure de mélatonine, "l'hormone (Une hormone est un messager chimique véhiculé par le système circulatoire qui agit à distance de son site de production par fixation sur des récepteurs spécifiques.) du sommeil (Le sommeil est un état naturel récurrent de perte de conscience (mais sans perte de la réception sensitive) du monde extérieur,...)", ce qui avait déjà été vérifié dans des études de laboratoire par des groupes du monde (Le mot monde peut désigner :) entier et que, pour la première fois, les chercheurs ont ratifié pour l'éclairage public dans des conditions réelles de circulation (La circulation routière (anglicisme: trafic routier) est le déplacement de véhicules automobiles sur une route.), à partir des réponses subjectives des piétons.

Cependant, les auteurs du travail avertissent que la quantification de paramètres physiologiques comme l'inhibition de mélatonine ou la sécrétion de cortisol, tous deux très en rapport avec l'éclairage, "est un sujet qui doit être abordé par d'autres types de spécialistes et qu'il ne s'agit en aucun cas de l'objectif de ce travail, qui se centre sur les perceptions des piétons et leur corrélation avec des paramètres quantitatifs des installations d'éclairage".

Étude dans des conditions réelles

Les résultats de ces enquêtes ont été croisés avec des mesures quantitatives des principaux paramètres concernés dans l'éclairage public. L'analyse de l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme un tout », comme l'énonçait...) des données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) et leurs interactions ont démontré quelques hypothèses qui, à cette date, avaient seulement pu être vérifiées en laboratoire sous de strictes conditions expérimentales, tandis que cette étude s'est réalisée dans des conditions réelles.

Entre autres résultats, les chercheurs ont vérifié que la réactivité des piétons face à des questions subjectives de toutes sortes est, dans tous les cas, majeure lorsque les niveaux d'éclairage sont plus élevés.

"Ce résultat, s'il est évident avec quelques-unes des questions du questionnaire, s'avère avec d'autres du moins paradoxal et suppose un appel à la réflexion au moment d'élaborer de nouvelles normes sur l'éclairage public", explique Antonio Manuel Peña García, professeur du Département d'Ingénierie Civile de l'Université de Grenade et principal auteur du travail.

Éclairage et délinquance

Jusqu'à la date, la plupart des travaux sur éclairage public, aussi bien de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique...) que professionnels, se sont centrés sur des aspects objectifs et quantitatifs, c'est-à-dire, dessins d'installations plus économiques et efficaces, accomplissement de la norme (Une norme, du latin norma (« équerre, règle ») désigne un état habituellement répandu ou moyen...) applicable, nouvelles technologies, etc.

D'une autre perspective moins technique, on a également travaillé à l'évaluation des effets de l'éclairage sur la sécurité des personnes et des biens, objectif principal de l'éclairagisme.

"En ce sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine. Par une évolution progressive allant du ralentissement du vieillissement, suivi...), la controverse entre différents auteurs et philosophies de l'éclairage urbain a été telle que, à ce jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par rapport à minuit heure locale) et sa durée dépendent...), il n'existe pas d'accord unanime sur si les niveaux d'éclairage plus élevés augment la sécurité de nos rues ou si, au contraire, ils la réduisent car même les délinquants potentiels semblent avoir besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est souvent fait un classement des besoins humains en trois grandes catégories : les besoins primaires, les besoins...) de niveaux d'éclairage minimums au moment de choisir leurs victimes", souligne Peña.

Entre partisans et détracteurs de niveaux d'éclairage plus élevés afin d'augmenter la sécurité urbaine, "on a à peine prêté attention à un concept très important: la sécurité perçue par les propres usagers des installations d'éclairage public".

Outre le professeur Peña García, ont également participé à cette recherche Mª Del Carmen Aguilar Luzón, professeure du Département de Psychologie Sociale de l'UGR et experte en Psychologie Environnementale, et Antonio Hurtado González, ingénieur (« Le métier de base de l'ingénieur consiste à résoudre des problèmes de nature technologique, concrets et souvent complexes, liés à la conception, à la réalisation et à la mise en œuvre de produits, de systèmes ou de...) industriel de la Mairie de Grenade et membre du groupe de recherche "Éclairagisme pour la Sécurité et la Durabilité", que dirige Antonio Peña.

Référence bibliographique:

Impact of public lighting on pedestrians' perception of safety and well-being. A. Peña-García, A. Hurtado, M.C. Aguilar-Luzón. Safety Science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire Le Robert, « Ce que l'on sait pour l'avoir appris, ce que...). Volume (Le volume, en sciences physiques ou mathématiques, est une grandeur qui mesure l'extension d'un objet ou d'une partie de l'espace.) 78, October 2015, Pages 142-148


Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Université de Grenade