Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Jeudi 03/03/2016 à 00:00
LIGO: une conviction inébranlable
Il a fallu vingt ans pour concevoir, construire et tester plusieurs technologies innovantes, avec comme moteur la ferme conviction que cette entreprise mènerait à une avancée historique. Voici un extrait d'un entretien réalisé avec Barry Barish, l'un des pères fondateurs de LIGO (LIGO (pour Laser Interferometer Gravitational-Wave Observatory) est un projet d'interféromètre américain, destiné à détecter les ondes gravitationnelles.).


Ces graphes montrent les signaux desondes gravitationnelles enregistrés par les détecteurs jumeaux de LIGO, situés à Livingston (Louisiane)et Hanford (Washington).(Image: Caltech/MIT/LIGO Lab)
Le 11 février, les collaborations LIGO (Observatoire d'ondes (Une onde est la propagation d'une perturbation produisant sur son passage une variation réversible de propriétés physiques locales. Elle transporte de l'énergie sans transporter de matière.) gravitationnelles à interféromètre laser) et Virgo ont publié un article qui fera date dans l'histoire de la physique (L'histoire de la physique essaie de retracer l'origine et l'évolution des idées, des méthodes, des hommes et des connaissances des sciences physiques.), dans lequel elles ont présenté un signal ( Termes généraux Un signal est un message simplifié et généralement codé. Il existe sous forme...) gravitationnel émis par la fusion (En physique et en métallurgie, la fusion est le passage d'un corps de l'état solide vers l'état liquide. Pour un corps pur,...) de deux trous noirs. Ce résultat vient couronner vingtans d'efforts de la part de la grande collaboration scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes scientifiques.) qui exploite les deux observatoires LIGO aux États-Unis. Barry Barish, professeur émérite de physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un sens général et...) et titulaire de la chaire Linde à l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le...) de technologie (Le mot technologie possède deux acceptions de fait :) de Californie, et ancien directeur du Projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et l’intégration...) mondial de conception du Collisionneur (Un collisionneur est un type d'accélérateur de particules mettant en jeu des faisceaux dirigés de particules élémentaires.) linéaire international (ILC), a dirigé le projet LIGO de 1994 à 2005. Le jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par rapport à...) de l'annonce officielle à la communauté scientifique et au public, il se trouvait au CERN pour y donner un séminaire historique qui a captivé tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) l'auditoire, réuni dans un amphithéâtre principal plein à craquer.

M.Barish, ce résultat arrive après vingt ans de travail acharné, de doutes et de difficultés. C'est certes le lot de la recherche, mais quelle a été l'épreuve la plus difficile à surmonter pendant cette longue période ?

«C'était le fait de travailler sur un projet qui dure vingt ans, et de continuer néanmoins à recevoir du soutien et à déployer l'énergie nécessaire pour aller jusqu'au bout. LIGO constitue un exploit technique incroyable. L'installation d'expérimentation que nous avons utilisée pour détecter le signal gravitationnel représentait une énorme extrapolation par rapport à tout ce qui avait été fait jusque-là. L'idée qu'on puisse prendre un risque important dans une aventure scientifique comme celle-là demande beaucoup de soutiens, d'assiduité et de persévérance.»

La confirmation par l'expérience de l'existence des ondes gravitationnelles a une répercussion considérable sur le futur de l'astrophysique et de la physique gravitationnelle. Quelles seront, d'après-vous, les conséquences les plus importantes de votre découverte ?

«Cette découverte ouvre deux nouveaux domaines pour la recherche en physique. Le premier, c'est la théorie de la relativité générale elle-même. L'étude des ondes gravitationnelles est un outil (Un outil est un objet finalisé utilisé par un être vivant dans le but d'augmenter son efficacité naturelle dans l'action. Cette augmentation se traduit par la...) puissant pour sonder le coeur de cette théorie, par l'exploration (L'exploration est le fait de chercher avec l'intention de découvrir quelque chose d'inconnu.) du domaine des champs forts de la physique de la gravitation (La gravitation est une des quatre interactions fondamentales de la physique.). Rien qu'avec ce premier événement (la fusion de deux trous noirs), nous avons créé un véritable laboratoire dans lequel nous pouvons étudier tous ces éléments, et la possibilité de comprendre la relativité générale à un niveau absolument fondamental est maintenant en train (Un train est un véhicule guidé circulant sur des rails. Un train est composé de plusieurs voitures (pour transporter des personnes) et/ou de plusieurs wagons (pour transporter des...) de s'ouvrir à nous.

La seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature...) grande conséquence de cette découverte est que nous pouvons à présent observer l'Univers (L'Univers est l'ensemble de tout ce qui existe et les lois qui le régissent.) avec un "télescope"entièrement nouveau. Jusqu'ici, nous avons construit et utilisé toutes sortes de télescopes: télescopes infrarouge (Le rayonnement infrarouge (IR) est un rayonnement électromagnétique d'une longueur d'onde supérieure à celle de la lumière visible mais plus courte que celle...), ultraviolet (Le rayonnement ultraviolet (UV) est un rayonnement électromagnétique d'une longueur d'onde intermédiaire entre celle de la lumière visible et celle...), radiotélescopes, télescopes optiques... Ces dernières années, les scientifiques ont eu l'idée d'observer les mêmes choses avec des bandes de fréquences différentes.

Toutefois, aucun instrument antérieur de ce type n'aurait pu voir ce que nous avons vu avec les interféromètres de LIGO. La nature a été si généreuse avec nous que le tout premier événement que nous avons observé lève le voile sur une nouvelle astrophysique. Nous avons eu vraiment beaucoup de chance. Pendant les prochaines décennies, ce domaine nous offrira une méthode complètement nouvelle pour mener une quantité incroyable de nouvelles recherches scientifiques.»

Quelle a été votre première pensée lorsque l'événement est apparu sur votre écran ?

«Nous avons d'abord pensé que ça pouvait être une bizarrerie causée par l'instrumentation (Le mot instrumentation est employé dans plusieurs domaines :). Nous avons aussi dû nous demander si quelqu'un avait pu le créer volontairement. Afin de vérifier précisément l'origine du signal, nous sommes remontés jusqu'à la formation des données de l'événement dans les deux interféromètres; nous avons alors constaté que le signal avait été enregistré à un intervalle de 7 millisecondes, soit exactement le temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) attendu pour qu'un même événement apparaisse sur le second interféromètre. Les deux signaux correspondaient parfaitement et cela nous a donné une confiance totale dans nos données.»

Lors du séminaire qui s'est tenu au CERN, vous avez été accueilli et remercié comme une star. C'était un grand honneur pour le public du CERN que vous soyez venu en personne donner cette conférence, juste après l'annonce faite par vos collègues, aux États-Unis. Que retenez-vous de cette expérience ?

«J'ai été très heureux de présenter ce résultat crucial dans le temple de la science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire Le Robert, « Ce que l'on sait pour l'avoir appris, ce que l'on tient pour vrai au sens large. L'ensemble de...). J'ai eu l'impression que nous avions bien présenté nos arguments, car les gens ont montré de l'intérêt pour ce que nous avons fait et ce que nous faisons. Dans ce public très nombreux, personne n'a semblé remettre en question notre méthodologie et notre analyse. Nous avons un seul événement, mais sa qualité a suffi à nous convaincre, mes collègues et moi, qu'il s'agissait d'une véritable découverte. J'ai apprécié de répondre à toutes les questions scientifiques posées par l'assistance, c'était vraiment un beau moment pour moi.»

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Antonella Del Rosso - Copyright CERN