Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Lundi 25/04/2016 à 00:00
Gaz à effet de serre: élévation du niveau de la mer revue à la hausse
De nouvelles simulations ont été réalisées par une équipe internationale comprenant un chercheur du Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement (LSCE/IPSL, CNRS / CEA / Université Versailles St-Quentin) afin d'étudier les conséquences d'une déstabilisation des calottes antarctique (L'Antarctique (prononcé [ɑ̃.taʁk.tik] Écouter) est le continent le plus méridional de la Terre. Situé au pôle Sud, il est entouré de...) et groenlandaise sur le climat (Le climat correspond à la distribution statistique des conditions atmosphériques dans une région donnée pendant une période de temps donnée. Il se distingue...). Cette étude a conduit les chercheurs à revoir fortement à la hausse les risques climatiques associés. Ainsi, si les émissions de gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendants. Dans l’état gazeux, la matière n'a pas de...) à effet de serre (L'effet de serre est un processus naturel qui, pour une absorption donnée d'énergie électromagnétique, provenant du Soleil (dans le cas des corps du système solaire) ou d'autres...) se poursuivent au rythme actuel, la montée du niveau des mers pourrait atteindre plusieurs mètres dans plus de 100 ans.

Souhaitant évaluer l'impact d'une accélération de la fonte des glaces du Groenland (Le Groenland (prononcez /gʁɔɛn.lɑ̃d/, écrit Groënland dans la graphie française d'avant 1850, Grønland en danois (« terre verte »), Kalaallit Nunaat en...) et de l'Antarctique, les chercheurs d'une collaboration internationale comprenant un chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le...) du LSCE ont réalisé de nouvelles simulations numériques du climat (à l'aide du modèle NASA-GISS) en réponse à différents scénarios de fonte liés à une augmentation des émissions de gaz à effet de serre (Une serre est une structure généralement close destinée à la production agricole. Elle vise à soustraire aux éléments climatiques les...). Ces simulations ont été combinées à des observations (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et...) de l'évolution climatique actuelle et à des reconstitutions des variations climatiques passées.

Les simulations réalisées montrent que si les émissions de gaz à effet de serre se poursuivent au rythme actuel, la fonte des glaces polaires pourrait altérer la circulation (La circulation routière (anglicisme: trafic routier) est le déplacement de véhicules automobiles sur une route.) océanique mondiale en renforçant la stratification de l'océan Austral (Le mot austral (du latin australis) est un adjectif qualifiant ce qui se situe dans l'hémisphère sud.) ce qui provoquerait un ralentissement (Le signal de ralentissement (de type SNCF) annonce une aiguille (ou plusieurs) en position déviée qui ne peut être franchie à la vitesse normale de la ligne.) de la formation d'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) profonde et plus généralement de la circulation méridienne de retournement (dite aussi circulation thermohaline).

Ces changements de circulation moduleraient la structure du réchauffement de surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique,...) de la Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la plus grande et la plus...), avec une accélération du réchauffement dans les régions tropicales, et, à l'inverse (En mathématiques, l'inverse d'un élément x d'un ensemble muni d'une loi de composition interne · notée multiplicativement, est un élément y tel que x·y = y·x = 1,...), un refroidissement des eaux de surface de l'Atlantique Nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.) et de l'océan Austral. Ces modifications de la structure des changements de température de surface entraîneraient des modifications de la répartition des pluies dans la région intertropicale et pourraient favoriser la formation de tempêtes intenses dans l'Atlantique Nord.

Ces changements de circulation entraîneraient également un réchauffement des eaux de sub-surface sous les langues de glace (La glace est de l'eau à l'état solide.) flottantes de l'Antarctique, pouvant conduire à leur désintégration et donc à une accélération de la perte de masse (Le terme masse est utilisé pour désigner deux grandeurs attachées à un corps : l'une quantifie l'inertie du corps (la masse inerte) et l'autre la contribution du corps à la force de gravitation (la...) de l'Antarctique.

Les chercheurs ont évalué le réalisme de ces mécanismes en tirant parti des connaissances sur différentes périodes passées. Il s'avère que les mécanismes précédents expliquent certaines caractéristiques des climats passés, comme le contrôle exercé par la circulation de l'océan Austral sur la concentration atmosphérique en dioxyde de carbone (Le dioxyde de carbone (appelé parfois, de façon impropre « gaz carbonique ») est un composé chimique...) et ainsi sur le climat global et le niveau des mers. Ils sont aussi essentiels pour comprendre les variations climatiques au cours de la dernière période interglaciaire, lorsque le niveau des mers était de 6 à 9 mètres au-dessus du niveau actuel, avec des indications de tempêtes très violentes, alors que la température moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient...) à la surface de la Terre était de moins de 1°C supérieure à la température actuelle: en agissant sur la circulation océanique de l'océan Atlantique, la fonte des glaces avait modifié les gradients de température de l'atmosphère et ainsi agi sur l'intensité des tempêtes.

La poursuite des émissions de gaz à effet de serre au cours de ce siècle pourrait donc entraîner une accélération de la montée du niveau des mers telle qu'elle pourrait conduire à une élévation de plusieurs mètres dans plus de 100 ans. Cette accélération pourrait limiter l'ampleur du réchauffement à la surface de la Terre, par la réorganisation des courants marins, tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) en renforçant, dans certaines régions, l'intensité des tempêtes.

Ce résultat vient compléter ceux d'une autre étude récente qui portait sur la vulnérabilité de la calotte antarctique. À l'aide d'un modèle sophistiqué d'écoulement de la calotte antarctique, cette autre étude a montré une forte vulnérabilité de cette calotte à l'évolution du climat en cas de non diminution des émissions de gaz à effet de serre, concluant que les risques de montée du niveau de la mer (Le niveau de la mer est la hauteur moyenne de la surface de la mer, par rapport à un niveau de référence adéquat.) au-delà de 2050 devaient être fortement revus à la hausse (Pollard - Conto, Nature, 2016).

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: CNRS-INSU