Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Adrien le Samedi 03/09/2016 à 00:00
Le réchauffement climatique anthropique date de 180 ans
S'appuyant sur une synthèse unique de données paléo-climatiques, un groupe international de chercheurs vient de montrer que le réchauffement climatique dû aux activités humaines aurait débuté il y a près de deux siècles, soit au début de la révolution industrielle. En outre, ce réchauffement n'aurait pas débuté de manière synchrone et ne se serait pas déployé au même rythme sur l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme un tout », comme l'énonçait...) de la planète. Réalisés dans le cadre du programme international "Past Global Changes 2k", auquel participent des chercheurs du Laboratoire d'océanographie et du climat (Le climat correspond à la distribution statistique des conditions atmosphériques dans une région donnée pendant une période de temps...): expérimentations et approches numériques (LOCEAN/IPSL, UPMC / CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français (EPST).) / MNHN / IRD) et du Centre européen de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension...) et d'enseignement (L'enseignement (du latin "insignis", remarquable, marqué d'un signe, distingué) est une pratique d'éducation visant à développer les connaissances d'un élève par le biais de communication verbale et...) de géosciences de l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine....) (CEREGE/PYTHÉAS, CNRS / Université Aix-Marseille / IRD / Collège de France), ces travaux révèlent l'extrême sensibilité du climat aux perturbations anthropiques.

Trop rares et incertaines avant 1900, les mesures directes de température ne permettent pas d'estimer la température de la planète avant cette date. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle le changement climatique anthropique est généralement considéré comme un phénomène du XXe siècle. En revanche, le réchauffement imputable à l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme...) depuis 1900 a pu être estimé: il a été en moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres de l'ensemble s'ils étaient tous identiques...) de l'ordre de 1°C.


Image par Henry Gastineau de ferronneries au Pays de Galles du Sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.) pendant la révolution industrielle, vers 1820.
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Gastineau_Nantyglo_1820.jpg
Une équipe de 25 scientifiques provenant d'Australie (L’Australie (officiellement Commonwealth d’Australie) est un pays de l’hémisphère Sud dont la superficie couvre la plus grande partie de l'Océanie. En plus de...), des États-Unis, d'Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité occidentale du...) et d'Asie (L'Asie est un des cinq continents ou une partie des supercontinents Eurasie ou Afro-Eurasie de la Terre. Il est le plus grand continent (8,6 % de la surface totale terrestre ou...) et travaillant ensemble dans le consortium "Past Global Changes 2000 years (PAGES 2K)" a réalisé une synthèse de diverses reconstructions de la température à la surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois frontière physique, et est souvent...) de la planète ayant donné lieu à publication et couvrant les 5 derniers siècles. Ces estimations de températures ont été principalement obtenues à partir de l'analyse de coraux et de sédiments marins pour les températures océaniques et de cernes d'arbres, de spéléothèmes et de carottes de glace (La glace est de l'eau à l'état solide.) pour les températures de l'atmosphère à la surface des continents.

Bien que surprenants, les résultats obtenus par les chercheurs sont clairs: le réchauffement climatique auquel nous assistons a commencé au tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) début de la révolution industrielle, il y a environ 180 ans. Cette étude met donc en évidence un réchauffement plus précoce que les scientifiques ne l'avaient envisagé jusqu'à présent.

De plus, cette synthèse unique de données à l'échelle globale montre que le réchauffement actuel n'a pas débuté de manière synchrone sur l'ensemble de la planète. En effet, le réchauffement a d'abord touché la région Arctique (L’Arctique est la région entourant le pôle nord de la Terre, à l’intérieur et aux abords du cercle polaire. Elle se situe à l'opposé de l'Antarctique. L'Arctique...) et les océans tropicaux, et ce dès les années 1830, avant d'atteindre les autres régions de l'hémisphère nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.). Dans l'hémisphère sud, comme en Australie ou en Amérique du Sud, le réchauffement n'est détectable dans les archives paléo-climatiques que près d'un siècle plus tard.

Il apparaît également que la région arctique s'est réchauffée à un rythme de 1°C par siècle depuis le début du XIXe siècle, donc deux fois plus vite que les continents de l'hémisphère nord et que les océans Indien et Atlantique. Dans l'hémisphère sud, le réchauffement a atteint au mieux 0,2°C par siècle durant la même période.

Ces données ont également permis de dater précisément le moment où le climat a dévié de son état naturel. Il s'avère ainsi que même si les températures ont augmenté dès le début du XIXe siècle, l'amplitude (Dans cette simple équation d’onde :) du réchauffement n'a excédé celle des fluctuations naturelles des températures qu'un siècle plus tard.

Seules les données paléo-climatiques permettent de détecter des changements de températures aussi ténus que ceux rapportés dans cette étude pour la période 1830-1900. L'incertitude sur l'estimation de ces changements découle principalement de la calibration de chaque proxy à la base des reconstructions paléoclimatiques. Le fait de sélectionner un grand nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de reconstructions paléoclimatiques issues de proxys et d'archives différents sur la base de critères de qualité définis par le groupe a permis aux chercheurs de tester et de valider, région par région, leur robustesse.

Enfin, les simulations réalisées avec les modèles climatiques prenant en compte les forçages solaires, volcaniques et anthropiques confirment, sauf pour l'Antarctique (L'Antarctique (prononcé [ɑ̃.taʁk.tik] Écouter) est le continent le plus méridional de la Terre. Situé au pôle Sud, il est entouré de l'océan Austral (ou...), ce que révèlent les données paléo-climatiques, tant sur la précocité que sur l'asymétrie du réchauffement lié à l'homme.

En montrant que l'incidence des gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendants. Dans l’état gazeux, la matière n'a pas de forme propre ni de volume propre : un...) à effet de serre (L'effet de serre est un processus naturel qui, pour une absorption donnée d'énergie électromagnétique, provenant du Soleil (dans...) sur les températures est détectable même à leurs faibles niveaux du début de l'ère industrielle, ce travail illustre l'extrême sensibilité du climat à de telles perturbations anthropiques.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: CNRS-INSU