Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Jeudi 15/12/2016 à 00:00
Une preuve décisive apportée au modèle hiérarchique de formation des galaxies
Comprendre la formation des galaxies géantes telles que la Voie lactée est l'un des grands enjeux de l'astrophysique contemporaine. Deux modèles sont en compétition, dont le modèle hiérarchique qui stipule que les disques géants se forment par coalescence avec des galaxies plus petites et riches en gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendants. Dans l’état gazeux, la...). Celui-ci vient d'être encore renforcé par les travaux d'une équipe scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes scientifiques.) française menée par une jeune astrophysicienne de l'Observatoire de Paris (L'Observatoire de Paris est né du projet, en 1667, de créer un observatoire astronomique équipé de bons instruments permettant d'établir des cartes pour la navigation. Il...) au laboratoire Galaxies, Étoiles, Physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un sens général et ancien, la physique désigne la connaissance de la...) et instrumentation (Le mot instrumentation est employé dans plusieurs domaines :) - GEPI (Observatoire de Paris/CNRS/Université Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur...) Diderot). Ces travaux paraissent dans la revue Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, le 13 décembre 2016.

La plupart des galaxies sont constituées d'un large disque (Le mot disque est employé, aussi bien en géométrie que dans la vie courante, pour désigner une forme ronde et régulière, à l'image d'un palet — discus en latin.). C'est le cas de notre galaxie (Galaxies est une revue française trimestrielle consacrée à la science-fiction. Avec ce titre elle a connu deux existences, prenant par ailleurs la suite de deux autres Galaxie, cette fois au singulier.), la Voie lactée, et d'Andromède, sa plus proche voisine. Les galaxies spirales ((voir page de discussion)) représentent environ deux tiers des galaxies de l'Univers (L'Univers est l'ensemble de tout ce qui existe et les lois qui le régissent.) actuel. C'est dire si la compréhension de leur origine est aujourd'hui l'une des questions centrales de l'astrophysique (L’astrophysique (du grec astro = astre et physiqui = physique) est une branche interdisciplinaire de l'astronomie qui concerne principalement la physique et...).


Deux exemples parmi les nombreuses galaxies découvertes en paire grâce à la spectroscopie proche infrarouge (Le rayonnement infrarouge (IR) est un rayonnement électromagnétique d'une longueur d'onde supérieure à celle de la lumière visible mais plus courte que celle des micro-ondes.) de Hubble (Le télescope spatial Hubble (en anglais, Hubble Space Telescope ou HST) est un télescope en orbite à environ 600 kilomètres d'altitude, il effectue un tour complet de la Terre toutes les...), qui a permis de mesurer la distance entre chacun des membres du couple. Les images obtenues par Hubble sont si profondes qu'elles révèlent des ponts de matière entre les galaxies ainsi que des queues de marée, prouvant de façon irréfutable que ces galaxies sont en interaction (Une interaction est un échange d'information, d'affects ou d'énergie entre deux agents au sein d'un système. C'est une action réciproque qui suppose l'entrée en contact de sujets.) gravitationnelle. © STScI / Rodrigues (Rodrigues est la plus petite des trois îles de l’archipel des Mascareignes.) et al. 2016

Quand et comment ces disques se sont formés reste sujet à débat: ont-elles grandi par accrétion de gaz provenant de leur périphérie, ou par coalescence de petites entités ayant graduellement formé des galaxies plus massives ? Ce dernier scénario est connu sous le nom de «modèle hiérarchique» de formation des galaxies.

Une équipe d'astronomes de l'Observatoire de Paris en collaboration avec une chercheuse du Laboratoire d'astrophysique de Marseille (CNRS/Aix-Marseille Université) apporte de nouveaux éléments décisifs sur le mode de formation des disques galactiques.

Leurs travaux se sont basés sur l'observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude appropriés....) d'une centaine de galaxies lointaines ayant émis leur lumière il y a 8 milliards d'années, en mobilisant plusieurs techniques instrumentales, ce qui n'avait jamais été réalisé auparavant.

En premier lieu, des observations réalisées à l'aide du spectrographe KMOS à mode multi-intégral de champ (Un champ correspond à une notion d'espace défini:), nouvellement installé au Very Large Telescope (VLT) de l'ESO, ont permis d'étudier ces galaxies distantes et d'analyser leur mouvement interne (En France, ce nom désigne un médecin, un pharmacien ou un chirurgien-dentiste, à la fois en activité et en formation à...).


Formation des galaxies spirales © STScI / Rodrigues et al. 2016

Elles ont montré qu'il y a 8 milliards d'années, un grand nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de galaxies étaient animées d'un mouvement de rotation. Cette première observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et...) semblait plaider en faveur d'un scénario de formation par accrétion de gaz. Cependant, la résolution spatiale de KMOS n'étant pas suffisante, il n'était pas possible d'établir sans ambiguïté l'origine du mouvement de ces galaxies distantes.

L'équipe de chercheurs a donc ré-analysé ces observations cinématiques, en les combinant à l'imagerie (L’imagerie consiste d'abord en la fabrication et le commerce des images physiques qui représentent des êtres ou des choses. La fabrication se...) profonde délivrée par le télescope spatial Hubble. À la lumière de cette nouvelle analyse, elle a pu établir que leur cinématique était bien plus perturbée que ce que l'on pensait auparavant.

En parallèle, l'équipe a initié la première recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances...) systématique de compagnons physiquement liés à ces galaxies distantes, grâce au relevé spectroscopique proche infrarouge de Hubble coordonné par l'université de Yale.

Le résultat est surprenant et décisif. Près de deux tiers des galaxies distantes sont en voie de fusion (En physique et en métallurgie, la fusion est le passage d'un corps de l'état solide vers l'état liquide. Pour un corps pur,...). L'interaction avec un compagnon massif (Le mot massif peut être employé comme :) explique les structures singulières observées sur les images du télescope spatial Hubble, telles que des queues de marée et des ponts de matière.

Comme ces galaxies distantes sont les ancêtres des galaxies spirales actuelles, les observations attestent que les galaxies spirales ont reformé un nouveau disque après une fusion.

Ces résultats fournissent une nouvelle preuve essentielle en faveur du scénario hiérarchique de formation des galaxies, qui suppose que les petites galaxies fusionnent pour en former de plus grandes.

Référence

Ce travail de recherche a fait l'objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut...) d'un article intitulé «Morpho-kinematics of z1 galaxies probe the hierarchical scenario», par M.Rodrigues et al., paru le 13 décembre 2016 dans la revue Monthly Notices of the Royal Astronomical Society (arXiv:1611.03499).

Collaboration

L'équipe est composée pour:
- L'Observatoire de Paris / CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français (EPST).) / Univ. Paris Diderot, France
- M.Rodrigues (GEPI)
- F. Hammer (GEPI)
- H. Flores (GEPI)
- M.Puech (GEPI)
- Le Laboratoire d'astrophysique de Marseille (CNRS/Aix-Marseille Université).
- E. Athanassoula

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
 
Dimanche 19 Novembre 2017 à 00:00:05 - Vie et Terre - 0 commentaire
» Des cerveaux à bout de souffle ?
Vendredi 17 Novembre 2017 à 12:00:10 - Physique - 0 commentaire
» Matériaux: identification mécanique 4D ultra-rapide
Vendredi 17 Novembre 2017 à 00:00:11 - Vie et Terre - 1 commentaire
» Hydrater le manteau ne l'affaiblit pas toujours