Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Mardi 31/01/2017 à 00:00
Le cannabis, une menace pour la santé respiratoire ?
La fumée de cannabis cause certaines lésions pulmonaires ainsi qu'une désorganisation tissulaire qu'on n'observe pas chez les personnes qui fument uniquement du tabac. Il y a présentement plus de questions que de réponses au sujet des effets du cannabis sur le poumon Les discussions entourant la légalisation de la marijuana au Canada ont fait largement état des effets positifs de cette plante (Les plantes (Plantae Haeckel, 1866) sont des êtres pluricellulaires à la base de la chaîne alimentaire. Elles forment l'une des...) pour soulager la douleur (La douleur est la sensation ressentie par un organisme dont le système nerveux détecte un stimulus nociceptif. Habituellement, elle correspond à un signal d'alarme de l'organisme pour signifier une remise en...), réduire l'inflammation (Une inflammation est une réaction de défense immunitaire stéréotypée du corps à une agression : infection, brûlure,...) et calmer l'anxiété (L'anxiété est pour la psychiatrie phénoménologique biologique et comportementale, un état d'alerte, de tension psychologique et somatique, en rapport avec un sentiment désagréable de peurs,...), mais elles ont négligé un fait important: le poumon n'est pas conçu pour affronter des fumées complexes comme celle du cannabis. "Les effets de la fumée (La fumée, parfois appelée boucane en Amérique du Nord, est un nuage de particules solides émis par un feu ou un échauffement mécanique. Ces particules sont principalement de la suie (du carbone...) de cannabis sur la santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.) respiratoire devraient faire partie des discussions étant donné que c'est sous cette forme que cette plante est le plus souvent consommée et que le poumon est l'organe (Un organe est un ensemble de tissus concourant à la réalisation d'une fonction physiologique. Certains organes assurent simultanément plusieurs fonctions, mais dans ce cas, une fonction...) qui y est le plus directement exposé", signale le professeur Nicolas Flamand, de la Faculté de médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la pratique (l'art) étudiant l'organisation du corps humain (anatomie), son fonctionnement normal (physiologie), et cherchant à...) et du Centre de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique...) de l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical...) universitaire de cardiologie (La cardiologie est la spécialité médicale qui étudie le cœur et ses maladies. Le médecin qui s’en occupe s’appelle le cardiologue. Par extension, il...) et de pneumologie (En médecine, la pneumologie est la branche qui s'occupe de maladies des poumons et du tractus respiratoire. Elle est, en général, considérée comme une branche de la...) de Québec-Université Laval.

Le professeur Flamand et ses collaborateurs, Caroline Turcotte, Marie-Renée Blanchet et Michel Laviolette, ont publié cet automne (L'automne est l'une des quatre saisons des zones tempérées. Elle se place entre l'été et l'hiver.), dans la revue Frontiers in Pharmacology, une étude qui passe en revue les recherches menées au cours des quatre dernières décennies au sujet des effets du cannabis sur la structure et les fonctions des poumons. Cet exercice leur a permis de réaliser qu'il n'existe pas d'étude parfaite sur la question et que, dans les conditions actuelles, les problèmes méthodologiques sont nombreux et difficiles à contourner. "Les consommateurs de cannabis sont souvent des fumeurs de tabac ou d'autres drogues et il est difficile de départager les effets de chaque produit sur les poumons, souligne le professeur Flamand. Par ailleurs, il est difficile de comparer les études étant donné qu'on ne dispose pas d'information sur la qualité du cannabis consommé, notamment sur sa concentration en composés actifs appelés cannabinoïdes."

Néanmoins, les autopsies et les biopsies pratiquées sur des fumeurs de cannabis suggèrent qu'une exposition chronique à la fumée de cette plante cause certaines lésions pulmonaires ainsi qu'une désorganisation tissulaire qui n'est pas observée chez les personnes qui fument uniquement du tabac. Soulignons que la fumée du cannabis contient jusqu'à 20 fois plus d'ammoniac (L’ammoniac est un composé chimique, de formule NH3 (groupe générique des nitrures d'hydrogène). C'est une molécule...) et de 3 à 5 fois plus de cyanure (Les cyanures sont les composés de l'anion CN-, formé d'un atome de carbone lié par une liaison triple à un atome d'azote. L'ion CN-...) d'hydrogène (L'hydrogène est un élément chimique de symbole H et de numéro atomique 1.) et d'oxyde (Un oxyde est un composé de l'oxygène avec un élément moins électronégatif, c'est-à-dire tous sauf le fluor. Oxyde désigne également l'ion oxyde O2-.) d'azote (L'azote est un élément chimique de la famille des pnictogènes, de symbole N et de numéro atomique 7. Dans le langage courant, l'azote...) que la fumée du tabac.

Par ailleurs, la consommation de cannabis pourrait perturber le fonctionnement normal des poumons en interférant avec le système endocannabinoïde de notre organisme. Ce système de signalisation chimique régule (Les régules sont des alliages d'étain ou de plomb et d'antimoine.) des fonctions aussi diverses que le stress (Le stress (« contrainte » en anglais), ou syndrome général d'adaptation, est l'ensemble des réponses d'un organisme soumis à des...), la faim (La faim désigne la sensation, apparaissant après un certain temps sans manger, qui pousse un être vivant à rechercher de la nourriture.), le sommeil (Le sommeil est un état naturel récurrent de perte de conscience (mais sans perte de la réception sensitive) du monde extérieur, accompagnée d'une...), la mémoire (D'une manière générale, la mémoire est le stockage de l'information. C'est aussi le souvenir d'une information.), la douleur, l'immunité, l'inflammation ou l'humeur. Il repose sur des récepteurs présents dans la membrane de cellules qui, en s'associant à des endocannabinoïdes produits par l'organisme ou à des cannabinoïdes produits par les plantes, enclenchent une cascade de réactions cellulaires.

"La plupart des cellules des bronches et des poumons possèdent des récepteurs de cannabinoïdes auxquels pourraient s'associer les cannabinoïdes contenus dans la marijuana, avance le professeur Flamand. Le résultat pourrait être positif étant donné que l'activation (Activation peut faire référence à :) du système endocannabinoïde peut réduire l'inflammation et la douleur. Par contre, si la réponse inflammatoire est trop atténuée, il pourrait en résulter une vulnérabilité (En gestion des risques, la vulnérabilité d'une organisation ou d'une zone géographique est le point faible de cette organisation pouvant être défini par :) aux infections respiratoires, notamment chez les individus ayant un système immunitaire (Le système immunitaire d'un organisme est un ensemble coordonné d'éléments de reconnaissance et de défense qui discrimine le...) déficient."

Il y a présentement plus de questions que de réponses au sujet des effets des phytocannabinoïdes sur le poumon et les maladies pulmonaires, mais cela ne devrait pas empêcher la légalisation du cannabis, soutient le chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier de chercheur tant les domaines de recherche sont diversifiés et impliquent...). "Je pense même qu'en légalisant ce produit, le gouvernement facilitera la réalisation d'études scientifiques rigoureuses grâce auxquelles nous pourrons mieux comprendre comment les cannabinoïdes agissent dans le corps humain (Le corps humain est la structure physique d'une personne.). Les connaissances qui en découleront devraient nous permettre de mieux profiter des bénéfices qu'ils peuvent nous procurer tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) en limitant leurs effets négatifs."

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Jean Hamann - Université Laval