Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Isabelle le Vendredi 17/02/2017 à 12:00
La survie hivernale des colonies d'abeilles mellifères

© INRA
Survie des colonies en hiver: les couverts fleuris et les habitats naturels boisés améliorent la vitalité des abeilles mellifères

Une étude associant l’Inra, l’Acta et l’ITSAP-Institut de l’abeille décortique les mécanismes physiologiques impliqués dans la survie hivernale chez les abeilles mellifères. Les chercheurs ont montré qu’une protéine aux propriétés antioxydantes, la vitellogénine, est associée à une augmentation de 30% de la probabilité de survie des colonies en hiver (L'hiver est une des quatre saisons des zones tempérées.). La production de cette protéine de vitalité est favorisée par la qualité de l’environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques actuels,...) dans lequel les abeilles se préparent à l’hiver, notamment la présence de couverts fleuris implantés par les agriculteurs en automne (L'automne est l'une des quatre saisons des zones tempérées. Elle se place entre l'été et l'hiver.) et de ressources liées aux habitats naturels.

Une conséquence directe de l'intensification agricole est la raréfaction de la flore (La flore est l'ensemble des espèces végétales présentes dans un espace géographique ou un écosystème déterminé (par...) apportant des ressources alimentaires aux pollinisateurs. Notamment dans les zones de grandes cultures, le manque de ressources en fin de saison (La saison est une période de l'année qui observe une relative constance du climat et de la température. D'une durée d'environ trois mois (voir le tableau Solstice et Équinoxe ci-dessous), la saison joue un rôle...) peut compromettre chez l’abeille mellifère la constitution des réserves (miel et pollen) importantes pour la survie des colonies durant l’hiver. Pour remédier à cette situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un espace par rapport à son environnement proche ou...), le positionnement (On peut définir le positionnement comme un choix stratégique qui cherche à donner à une offre (produit, marque ou enseigne) une position crédible,...) des ruchers à proximité des rares plantes en fleurs en fin d’été et à l’automne est une pratique courante chez les apiculteurs présents dans les plaines céréalières.

Les colonies composées d’individus avec des forts taux de vitellogénine ont atteint des taux de survie hivernale d’environ 90 %

Restaurer les ressources florales en zone de grandes cultures représente donc un enjeu important pour les colonies d’abeilles. Cette étude menée par les chercheurs de l’Inra, en collaboration avec l’Acta et l’Itsap-Institut de l’abeille, a permis d’éclairer les mécanismes physiologiques à l’œuvre chez les abeilles bénéficiant de ces ressources florales. Dans les colonies proches de couverts en fleurs, les abeilles possédaient plus de corps gras, réserves énergétiques nécessaires à la survie hivernale. Elles présentaient également une augmentation du taux de vitellogénine, qui est un fort antioxydant favorable à la longévité des individus. Cette amélioration de la vitalité des abeilles a par ailleurs augmenté les chances de survie hivernale des colonies. Ainsi, les colonies composées d’individus avec des faibles taux de vitellogénine présentaient un taux de survie hivernale de 60 %, alors que les colonies composées d’individus avec des forts taux de vitellogénine ont atteint des taux de survie d’environ 90 %.

Nous avons ainsi montré que l’implantation (Le mot implantation peut avoir plusieurs significations :) par les agriculteurs de cultures intermédiaires à base de plantes produisant du nectar et du pollen (Le pollen (du grec palè : farine ou poussière) constitue, chez les végétaux supérieurs, l'élément fécondant mâle de la fleur : ce sont de minuscules grains...) dès le mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) de septembre (moutardes blanche et brune, trèfle d’Alexandrie (Alexandrie (grec :?λεξ?νδρεια, Copte : Rakot?, Arabe : ??????????, Al-?Iskandariya) est une ville d’Égypte de près de quatre millions d'habitants[1],...), vesces pourpre et commune, phacélie, tournesol) augmente la diversité des ressources collectées par les abeilles et par conséquent participe à l’amélioration de leur vitalité. Mais l’effet le plus significatif a été obtenu grâce aux milieux naturels, tels que les haies et lisières forestières.

Ce lien de cause-à-effet entre les ressources florales et la vitalité des abeilles constitue une preuve directe de l’intérêt des mesures de préservation des habitats naturels en zones agricoles. Mais lorsque ces habitats deviennent trop rares, une gestion appropriée des cultures intermédiaires permet d’associer des enjeux agronomiques (pièges à nitrates, lutte contre l’érosion des sols) à des enjeux de protection des abeilles.

Référence publication:
Alaux C., Allier F., Decourtye A., Odoux J.-F., Tamic T., Chariband M., Delestra E., Decugis F., Le Conte Y., Henry M. (2017) A ‘landscape physiology’ approach to assess bee health highlights the benefits of floral landscape enrichment and semi-natural habitats. Scientific Reports, 7:40568. DOI: 10.1038/srep40568

Contact scientifique:
- Cédric Alaux Unité « Abeilles et Environnement »
- Mickaël Henry Unité « Abeilles et Environnement »
- Fabrice Allier ITSAP- Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le...) de l’abeille

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: INRA