Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Lundi 20/03/2017 à 00:00
GBAR: une étape de plus dans l'exploration de l'antimatière
L'absence d'antimatière dans l'Univers compte parmi les énigmes que s'efforce de résoudre la physique. De nombreuses expériences étudient cette question en recherchant des asymétries entre les particules et les antiparticules correspondantes.


Installation du linac de GBAR dans sa casemate de radioprotection (La radioprotection désigne l'ensemble des mesures prises pour assurer la protection de l'homme et de son environnement contre les effets néfastes des...). Les électrons accélérés à 10 MeV sur une cible fourniront les positons nécessaire à la formation d'antihydrogène, les antiprotons venant du décélérateur ELENA. (Image: Max Brice/CERN)

GBAR (Gravitational Behaviour of Antihydrogen at Rest), nouvelle expérience basée au CERN, s'apprête à en explorer un des aspects: l'effet de la gravité sur l'antimatière. Il existe, certes, des théories prédisant un comportement conforme ou non à celui de la matière, mais on ne dispose pas encore de résultat expérimental concluant à cet égard.

GBAR mesurera l'effet de la gravité sur les atomes (Un atome (du grec ατομος, atomos, « que l'on ne peut diviser ») est la plus petite partie d'un corps simple pouvant se combiner chimiquement avec une autre. Il est...) d'antihydrogène. Située dans le hall du Décélérateur d'antiprotons (AD), l'expérience GBAR est la première d'un ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme un tout », comme...) de cinq expériences qui seront reliées au nouvel anneau de décélération ELENA. L'expérience a installé, le 1^er mars, son premier élément: un accélérateur linéaire. Contrairement à ce qui se passe dans le complexe du LHC, où les accélérateurs sont très longs et les particules très accélérées, dans le cas de l'antimatière, il s'agit, avec l'AD, de machines de petite dimension (Dans le sens commun, la notion de dimension renvoie à la taille ; les dimensions d'une pièce sont sa longueur, sa largeur et sa profondeur/son...) qui ralentissent les particules autant que possible. L'accélérateur linéaire de GBAR ne fait qu'1,2 mètre de long et servira à produire les positons, équivalent dans l'antimatière des électrons.

L'expérience utilisera des antiprotons fournis par ELENA et des positons créés par l'accélérateur linéaire pour produire des ions d'antihydrogène. Ceux-ci sont constitués d'un antiproton et de deux positons, et sont donc chargés positivement, ce qui les rend nettement plus faciles à manipuler. Au moyen de lasers, leur vitesse (On distingue :) sera ramenée à un demi-mètre par seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La seconde est une...), ce qui permettra de les conduire jusqu'à un point fixe (En mathématiques, pour une application f d’un ensemble E dans lui-même, un élément x de E est un point fixe de f si f(x) = x.). Puis, alors qu'ils sont piégés par un champ (Un champ correspond à une notion d'espace défini:) électrique, ils seront, par laser (Un laser est un appareil émettant de la lumière (rayonnement électromagnétique) amplifiée par émission stimulée. Le terme laser provient de...), privés de l'un de leurs positons, ce qui les transformera en atomes, électriquement neutres. La seule force (Le mot force peut désigner un pouvoir mécanique sur les choses, et aussi, métaphoriquement, un pouvoir de la volonté ou encore une vertu morale « cardinale » équivalent au...) s'exerçant sur eux à ce moment-là sera la gravité, et ils pourront faire une chute de 20 centimètres, pendant laquelle les chercheurs observeront leur comportement.

Les résultats pourraient s'avérer très importants. Comme l'explique Patrice Pérez, porte-parole de GBAR : « Le principe d'équivalence d'Einstein veut que la trajectoire d'une particule soit indépendance de sa composition et de sa structure interne (En France, ce nom désigne un médecin, un pharmacien ou un chirurgien-dentiste, à la fois en activité et en formation à l'hôpital ou en cabinet pendant une durée variable...) lorsque cette particule est sous l'influence des forces gravitationnelles exclusivement.Si nous découvrons que la gravité a un effet différent sur l'antimatière, cela voudra dire que nous ne savons pas grand-chose de l'Univers (L'Univers est l'ensemble de tout ce qui existe et les lois qui le régissent.). »

Cinq autre expériences sont installées auprès du Décélérateur d'antiprotons, dont deux, AEGIS et ALPHA, étudient aussi l'effet de la gravité sur l'antimatière.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Iva Maksimova Raynova - Copyright CERN
 
Jeudi 23 Novembre 2017 à 00:00:06 - Vie et Terre - 0 commentaire
» Un bon odorat pour une bonne croissance
Mardi 21 Novembre 2017 à 12:00:21 - Physique - 0 commentaire
» Photosynthèse: de l’huile dans les rouages