Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Adrien le Mercredi 29/03/2017 à 00:00
Le mystère des écoulements sombres équatoriaux de Mars s'éclaircit !
L'un des processus géomorphologiques les plus intrigants de Mars a été réinterprété. Les écoulements équatoriaux actifs saisonnièrement appelés Recurring Slope Lineae (RSL) ont été identifiés en 2011 et l'explication jusqu'alors avancée impliquait de l'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) liquide (La phase liquide est un état de la matière. Sous cette forme, la matière est facilement déformable mais difficilement compressible.). La présence de ces RSL sur Mars était le principal argument de l'habitabilité actuelle sur la Planète Rouge (La couleur rouge répond à différentes définitions, selon le système chromatique dont on fait usage.). L'étude menée par une équipe internationale dirigée par des chercheurs du laboratoire Géosciences Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du bassin...) Sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.) (CNRS, Université Paris Sud) et de l'Académie des Sciences de Slovaquie (Comenius University), est basée sur des simulations numériques d'un processus exotique qui ne se produit qu'à très basse pression (La pression est une notion physique fondamentale. On peut la voir comme une force rapportée à la surface sur laquelle elle s'applique.), comme sur Mars. Cette étude a été publiée en ligne par la revue Nature Geosciences le 20 mars 2017 et sera présentée au congrès international Lunar and Planetary Science Conference à Houston (Houston est une ville du Texas au sud des États-Unis. Avec une population de plus de 2 000 000 habitants (Houstoniens) et 5 280 661...) le 24 mars 2017.

Ce processus est dû à l'éclairement solaire sur un matériau granulaire. Le sol agit alors comme une pompe (Une pompe est un dispositif permettant d'aspirer et de refouler un fluide.) qui peut déstabiliser les grains et provoquer un écoulement. La saisonnalité modélisée de ce mécanisme est cohérente avec toutes les observations disponibles. Cette étude montre que la planète Mars aujourd'hui, n'est pas aussi habitable qu'on pouvait le penser.


Exemple d'écoulement sombre saisonnier appelé Recurring Slope Lineae (RSL) dans les parois du cratère Garni sur Mars. La première image est prise au printemps, tandis que la seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La seconde est une unité de mesure du temps....) est prise durant l'été. Toutes les traces (TRACES (TRAde Control and Expert System) est un réseau vétérinaire sanitaire de certification et de notification basé sur internet sous la responsabilité de la Commission...) sombres semblent provenir des terrains rugueux. L'échelle de l'image entière est de 500 mètres. Crédit: Image MRO, HiRISE, NASA/JPL/University of Arizona.Figure: F. Costard, F. Schmidt.

En septembre 2015, sur la base de plusieurs publications, la NASA (La National Aeronautics and Space Administration (« Administration nationale de l'aéronautique et de l'espace ») plus connue sous son abréviation NASA, est l'agence gouvernementale responsable du programme...) a communiqué la découverte d'eau liquide sous forme de saumure (La saumure est de l’eau dans laquelle du sel est présent en très grande concentration.) (eau salée) sur Mars, présente dans des écoulements sombres, appelés Recurring Slope Lineae. Cette découverte a considérablement changé la vision de l'habitabilité de Mars. Auparavant, on pensait que Mars avait été favorable à la vie (La vie est le nom donné :) uniquement dans un lointain passé (quelques milliards d'années). Depuis l'observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude...) des RSL, une partie significative de la communauté scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et...) a considérée l'eau liquide comme une explication plausible. De nombreuses recherches ont été conduites pour affiner cette hypothèse et étudier l'habitabilité actuelle (chimie expérimentale, géomorphologie de laboratoire, astrobiologie...). L'argument principal pour la présence d'eau liquide reposait sur le fait que les RSL soient actifs aujourd'hui dans les endroits les plus chauds de Mars, c'est à dire les conditions les plus proches du point (Graphie) triple de l'eau. De plus, des signatures spectroscopiques ont été

reportées. Cependant, il ne s'agissait que de preuves indirectes (détection des sels mais pas d'eau liquide). En outre, des études récentes ont démontrées que ni les sources d'eau internes, ni les sources d'eau atmosphériques n'étaient réalistes. D'autre part, il n'y a aucune signature d'eau dans les mesures thermiques. L'origine de ces écoulements restait alors mystérieuse.


Schéma du mécanisme de pompe naturelle dans un environnement de gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendants. Dans l’état gazeux, la...) raréfié pour déstabiliser la pente. Crédit: F. Schmidt.

L'équipe de chercheurs a proposé un nouveau mécanisme basé sur la pompe de Knudsen qui ne requiert pas d'eau liquide. Ce mécanisme est seulement actif dans les endroits les plus chauds de Mars (figure 2). A cause des variations de température dans le sol, le gaz contenu dans les pores s'écoule. Durant les quelques minutes ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un acte. Cartographie géologique ; la minute de terrain...) après l'apparition de l'ombre (Une ombre est une zone sombre créée par l'interposition d'un objet opaque (ou seulement partiellement opaque) entre une source de lumière et la surface sur...) d'un rocher, l'écoulement de gaz est suffisamment rapide pour qu'il puisse déstabiliser le matériau granulaire et créer un écoulement. Ce processus a été modélisé numériquement et l'activité prédite est compatible avec les activités des RSL observées. Considérant que les RSL étaient les principales figures proposées pour justifier la présence d'eau liquide aujourd'hui sur Mars, ce nouveau processus de pompe naturelle semble écarter cette hypothèse. Ces nouveaux résultats ont un impact évident sur la possibilité de trouver de la vie actuellement sur la Planète Rouge, mais dresse aussi le portrait d'une planète inhospitalière pour l'exploration (L'exploration est le fait de chercher avec l'intention de découvrir quelque chose d'inconnu.) humaine.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: CNRS-INSU