Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Gearbest Page Spécial sur les nouveaux clients, Grande Réduction @GearBest! promotion
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Isabelle le Vendredi 14/04/2017 à 00:00
La neige fondante contient un cocktail toxique de polluants
Le printemps et les températures plus clémentes sont à nos portes. La neige fondra peu à peu, nous libérant enfin des griffes de l'hiver. Toutefois, cette neige libérera autre chose. En effet, des chercheurs de l'Université McGill et de l'École de technologie (Le mot technologie possède deux acceptions de fait :) supérieure de Montréal (Montréal est à la fois région administrative et métropole du Québec[2]. Cette grande agglomération canadienne constitue un centre majeur du commerce, de l'industrie, de la culture, de la finance et des...) ont découvert qu'en milieu urbain, un cocktail toxique de polluants atmosphériques provenant des gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendants. Dans l’état gazeux, la matière n'a pas de forme propre ni de volume propre :...) d'échappement des automobiles s'accumule dans la neige (La neige est une forme de précipitation, constituée de glace cristallisée et agglomérée en flocons pouvant être ramifiés d'une infinité de façons....) et est relâché dans l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques actuels, le terme environnement tend...) lors de la fonte.

"Nous avons découvert que la neige absorbait certains polluants organiques toxiques et cancérigènes appelés hydrocarbures aromatiques polycycliques", explique Yevgen Nazarenko, chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier de chercheur...) postdoctoral qui travaille avec Parisa A. Ariya, professeure au Département des sciences atmosphériques et océaniques ainsi qu'au Département de chimie (La chimie est une science de la nature divisée en plusieurs spécialités, à l'instar de la physique et de la biologie avec lesquelles elle partage des espaces...) de l'Université McGill, et l'équipe de Patrice Seers, professeur à l'École de technologie supérieure.

"Comprendre l'interaction (Une interaction est un échange d'information, d'affects ou d'énergie entre deux agents au sein d'un système. C'est une action réciproque qui suppose l'entrée en contact de sujets.) entre ces polluants et l'environnement, y compris avec la neige, revêt une importance cruciale si nous voulons réduire les centaines de milliers de décès prématurés que cause la pollution (La pollution est définie comme ce qui rend un milieu malsain. La définition varie selon le contexte, selon le milieu considéré et selon ce que l'on peut entendre par malsain [1].) de l'air (L'air est le mélange de gaz constituant l'atmosphère de la Terre. Il est inodore et incolore. Du fait de la diminution de la pression de l'air avec l'altitude, il est...), même légère, en Amérique (L’Amérique est un continent séparé, à l'ouest, de l'Asie et l'Océanie par le détroit de Béring et l'océan...) du Nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.). À l'échelle mondiale, la pollution de l'air est responsable de quelque huit millions de décès", affirme la Pre Ariya, auteure principale de la récente étude du groupe, publiée dans Environmental Pollution.

Une odeur qui ne ment pas 

Bien souvent, la variation du niveau de pollution se sent. Littéralement.

"L'hiver (L'hiver est une des quatre saisons des zones tempérées.), lorsqu'on sort tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) de suite après une chute de neige, l'odeur n'est pas la même. L'air est habituellement plus vif et ?sent propre". Cette odeur de propreté se dissipe peu à peu. Puis, lorsque le temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) se réchauffe, l'air prend une autre odeur. Ce constat est à l'origine de notre étude", explique M. Nazarenko.

Pour déterminer comment la neige capte les émissions polluantes de l'automobile (Une automobile, ou voiture, est un véhicule terrestre se propulsant lui-même à l'aide d'un moteur. Ce véhicule est conçu pour le transport terrestre de personnes ou de marchandises, elle est équipée en conséquence. C'est un...), les scientifiques l'ont exposée à des gaz d'échappement dans un globe de verre (Le verre, dans le langage courant, désigne un matériau ou un alliage dur, fragile (cassant) et transparent au rayonnement visible. Le plus souvent, le verre...) fabriqué dans leur laboratoire. Ils ont constaté que les gaz provenant de moteurs à essence réagissaient différemment au contact du froid (Le froid est la sensation contraire du chaud, associé aux températures basses.) et de la neige selon le mode d'injection (Le mot injection peut avoir plusieurs significations :) du carburant (Un carburant est un combustible qui alimente un moteur thermique. Celui-ci transforme l'énergie chimique du carburant en énergie mécanique.) dans le moteur (Un moteur est un dispositif transformant une énergie non-mécanique (éolienne, chimique, électrique, thermique par exemple) en une énergie mécanique ou travail.[réf. nécessaire]).

Des particules altérées par le froid

Les chercheurs ont aussi observé que la neige absorbe les particules fines présentes dans la pollution atmosphérique et modifie la concentration de différentes nanoparticules. Ces polluants, les plus petits que l'on retrouve dans l'air, ont été associés à plusieurs problèmes de santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.). À leur étonnement, les températures froides et l'interaction entre la pollution atmosphérique et la neige augmentent la quantité (La quantité est un terme générique de la métrologie (compte, montant) ; un scalaire, vecteur, nombre d’objets ou d’une autre manière de dénommer la valeur d’une collection...) relative des petites nanoparticules dans l'air pollué au-dessus du tapis neigeux.

Une fois piégés par la neige, les polluants atmosphériques peuvent subir des transformations chimiques qui donneront naissance à d'autres polluants avec différents degrés de toxicité (La toxicité (du grec τοξικότητα toxikótêta) est la mesure de la capacité d’une substance à provoquer...) et de cancérogénicité. Certains composés, parfois plus néfastes que les polluants de départ, se volatiliseront pour retourner dans l'air, alors que d'autres s'accumuleront dans la neige et se retrouveront dans les eaux de fonte.

"Ces rejets pourraient, à court terme, provoquer une augmentation de la concentration de certains polluants dans l'air, les sols et les eaux de surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet...) vers lesquelles s'écoulent les eaux de fonte", affirme Yevgen Nazarenko.

Les auteurs de l'étude estiment que de nouvelles études et une surveillance environnementale accrue pourraient permettre de repérer les polluants les plus néfastes et, à terme, réduire leur présence dans l'environnement en modifiant la composition des carburants et en optimisant les moteurs et les catalyseurs (En chimie, un catalyseur est une substance qui augmente la vitesse d'une réaction chimique ; il participe à la réaction mais il ne fait partie ni des produits, ni des réactifs et...) des voitures (Une automobile, ou voiture, est un véhicule terrestre se propulsant lui-même à l'aide d'un moteur. Ce véhicule est conçu pour le transport terrestre de personnes ou de marchandises, elle est équipée en...).

Cette étude a été financée par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, la Fondation canadienne pour l'innovation, Environnement et Changement climatique Canada et le Fonds de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche...) du Québec - Nature et technologies.

L'article "Role of snow in the fate of gaseous and particulate exhaust pollutants from gasoline-powered vehicles", par Yevgen Nazarenko et coll., a été publié dans le numéro d'avril 2017 de la revue Environmental Pollution.
- http://www.sciencedirect.com/science/ar ... 9116317778
- http://dx.doi.org/10.1016/j.envpol.2017.01.082

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Université McGill