Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Isabelle le Mardi 18/04/2017 à 00:00
Etude complémentaire sur les risques de l'additif alimentaire E 171
Nanoparticules de dioxyde de titane dans l'alimentation (additif E 171): des effets biologiques qui doivent être confirmés.

Le E171 est un additif alimentaire utilisé en tant que colorant et constitué de particules de dioxyde de titane (Le dioxyde de titane est une substance composée d'oxygène et de titane.) (TiO2), partiellement sous forme nanométrique. Une étude publiée au mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) de janvier 2017 montre que l'exposition chronique de rats au E171 est susceptible de favoriser la formation de lésions colorectales précancéreuses. L'Anses a été saisie afin d'évaluer si cette publication est de nature à remettre en cause les conclusions de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) relatives à l'évaluation du E171, publiées en septembre 2016. Dans ses conclusions, l'Agence souligne que si les résultats présentés dans cette publication ne permettent pas à ce jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil...) de remettre en cause l'évaluation de l'Efsa, elle met en évidence des effets qui n'avaient pas été identifiés auparavant, notamment des effets promoteurs potentiels de la cancérogenèse. Par conséquent, l'Agence souligne la nécessité de conduire, selon des modalités et un calendrier (Un calendrier est un système de repérage des dates en fonction du temps. Ces systèmes ont été inventés par les hommes pour mesurer, diviser et organiser le temps sur de longues durées. Initialement conçus pour...) à définir, les études nécessaires à la parfaite caractérisation des effets sanitaires potentiels liés à l'ingestion de l'additif alimentaire E171.

En septembre 2016, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) a publié un avis (Anderlik-Varga-Iskola-Sport (Anderlik-Varga-Ecole-Sport) fut utilisé pour désigner un projet hongrois de monoplace de sport derrière lequel se cachait en fait un monoplace...) relatif à la réévaluation du E171, additif alimentaire constitué de particules de dioxyde de titane (Le titane est un élément chimique métallique de symbole Ti et de numéro atomique 22.) (TiO2), sur la base d'une revue détaillée des données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) de la littérature relatives aux nanoparticules de TiO2. Cet avis concluait que les expositions actuelles des consommateurs au E171 dans ses utilisations alimentaires ne sont pas de nature à entraîner un risque sanitaire, sans toutefois permettre l'établissement d'une dose journalière admissible.

Les auteurs d'une étude de l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical Physics est un tel institut.) national de la recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique,...) agronomique (Inra), publiée le 20 janvier 2017 et financée dans le cadre du Programme National de Recherche Environnement-Santé-Travail (PNR-EST) piloté par l'Anses concluent que l'exposition chronique de rats au dioxyde de titane (additif E171) par voie orale, est susceptible de favoriser la formation de lésions colorectales précancéreuses. Les résultats de l'étude ne permettent toutefois pas de conclure sur les effets du TiO2 sur l'Homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme...).

Au vu de ces derniers résultats, les ministères chargés de la consommation, de la santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.) et de l'alimentation ont saisi l'Agence d'une demande d'avis relatif à l'exposition alimentaire aux nanoparticules de dioxyde de titane. Ainsi, il a été demandé à l'Anses de réaliser une étude critique de cette publication et de déterminer si cette seule étude est de nature à remettre en cause les conclusions de l'Efsa relatives à la réévaluation du E171 de septembre 2016. L'Agence est également sollicitée pour proposer, si nécessaire, des recommandations sur les voies de travail prioritaires concernant la caractérisation et la toxicité (La toxicité (du grec τοξικότητα toxikótêta) est la mesure de la capacité d’une substance à...) du E171.

Cette nouvelle saisine s'inscrit dans les travaux de l'Agence déjà engagés en octobre 2016, sur l'impact potentiel pour la santé des nanomatériaux présents dans l'alimentation.

Les conclusions et recommandations de l'Agence

Si les résultats de cette publication de l'Inra ne permettent pas à eux seuls de remettre en cause l'évaluation du E171 menée par l'Efsa, l'Anses souligne la nécessité de conduire, selon des modalités et un calendrier à définir, différentes études nécessaires à la parfaite caractérisation du danger associé au E171. Cette étude met en évidence des effets qui n'avaient pas été identifiés auparavant, notamment les potentiels effets promoteurs de la cancérogenèse du E171. Ces effets potentiels du E171, observés au niveau du côlon (Le côlon, aussi appelé "gros intestin", court du cæcum jusqu'au rectum et constitue la partie terminale de l'intestin, appartenant à l'appareil digestif. Il fait suite...), nécessitent donc d'être confirmés par des expérimentations complémentaires.

Par ailleurs, l'Anses rappelle l'existence d'autres études, financées par l'appel à projets PNR-EST piloté par l'Agence, en cours de publication et décrivant d'autres effets potentiels du TiO2. Ces études portent notamment sur le passage de la barrière hémato-encéphalique du TiO2. L'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme un tout », comme...) de ces résultats devra faire l'objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut être désigné par une...) d'un examen par l'Efsa dans le cadre de son travail d'évaluation des additifs alimentaires.

Nanomatériaux et risques associés: les recommandations de l'Agence

Cette nouvelle saisine fait suite à de très nombreux travaux portés par l'Agence au cours des dernières années sur la thématique des nanomatériaux et des risques associés. Ainsi, dans son avis du 15 avril 2014 relatif à l'évaluation des risques liés aux nanomatériaux, l'Anses pointait la disponibilité (La disponibilité d'un équipement ou d'un système est une mesure de performance qu'on obtient en divisant la durée durant laquelle ledit équipement ou système est opérationnel par la durée...) d'éléments toxicologiques suffisants pour envisager la classification de différents nanomatériaux, au titre du règlement relatif à la classification, à l'étiquetage et à l'emballage des substances et des mélanges dit CLP, dont le dioxyde de titane.

Par ailleurs, l'apparition de tumeurs pulmonaires chez le rat (Le mot « rat » désigne en français, dans le langage vernaculaire certains mammifères rongeurs, le plus souvent du genre Rattus ou au moins de la famille des...) après inhalation ou instillation de TiO2 a amené l'Anses, le 20 mai 2015, à soumettre à l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) une proposition de classement du dioxyde de titane en tant que substance cancérogène (Un cancérogène ou cancérigène ou carcinogène est un facteur provoquant, aggravant ou sensibilisant l'apparition d'un cancer. Cela peut être un produit...) de catégorie 1B (substance dont le potentiel cancérogène pour l'être humain est supposé) par inhalation, dans le cadre du règlement CLP. Une décision de l'ECHA est attendue pour le second semestre 2017.

Concernant les nanomatériaux, de nombreux travaux sont menés par l'Anses depuis 2006, tant sur l'alimentation humaine et animale que sur les produits de consommation ou l'exposition des travailleurs. L'Agence rappelle la nécessité de développer des protocoles d'étude de toxicologie pertinents (bonne caractérisation physico-chimique, protocole détaillé et reproductible, etc.) et des études d'exposition pour évaluer les risques sanitaires des produits contenant des nanomatériaux.

L'Anses recommande également de limiter l'exposition des salariés, des consommateurs et de l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques actuels, le terme environnement tend...), notamment en favorisant les produits sûrs, dépourvus de nanomatériaux, et équivalents en termes de fonction, d'efficacité et de coût. Dès lors que des dangers sont identifiés pour la santé humaine ou pour l'environnement, l'Agence recommande de peser l'utilité, pour le consommateur ou la collectivité, de la mise sur le marché de tels produits contenant des nanomatériaux, pour lesquels les bénéfices devraient être clairement démontrés.

Enfin, l'Agence recommande de renforcer la traçabilité des produits de consommation contenant des nanomatériaux, essentielle aux travaux d'évaluation des risques, notamment par l'amélioration du processus de déclaration mis en œuvre dans le cadre du portail national R-nano, afin d'assurer une meilleure description des nanomatériaux mis sur le marché, de leurs usages précis et des expositions de la population associées.

Pour plus d'information voir:
- AVIS de l'Anses relatif à une demande d'avis relatif à l'exposition alimentaire aux nanoparticules de dioxyde de titane.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: ANSES