Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Redbran le Vendredi 12/05/2017 à 00:00
Ressources minérales: la pénurie n'était qu'un mythe
Des articles récents annoncent que les gisements de matières premières minérales (cuivre, zinc, etc.) seront épuisés d'ici quelques dizaines d'années. Une équipe internationale, dont fait partie l'Université de Genève (UNIGE), démontre au contraire que les ressources sont suffisantes pour répondre à la demande croissante qu'entraîne l'industrialisation, et ce durant plusieurs centaines, voire milliers d'années. Si le risque de pénurie existe, il ne vient pas de l'épuisement physique des différents métaux. Il faut plutôt en chercher les causes du côté de l'exploitation industrielle, de l'économie et des impacts environnementaux et sociétaux liés à l'utilisation de matières premières minérales. Une recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par...) à lire dans la revue Geochemical Perspectives.


Comparaison de l'évolution des estimations des réserves de cuivre, des ressources et de l'estimation théorique de la ressource finale à une profondeur de 3.3 km. Ces estimations sont basées sur des teneurs similaires à celles des gisements exploités aujourd'hui. Si des teneurs inférieures deviennent économiques, la taille des ressources pourrait augmenter considérablement. Notez l'échelle logarithmique (Une échelle logarithmique est un système de graduation sur une demi-droite [Ox), particulièrement adapté pour rendre compte des ordres de grandeur dans les applications....). © UNIGE

Des études récentes sur les matières premières minérales insistent sur l'attention qu'il faut porter aux ressources non renouvelables. Des scientifiques annoncent ainsi que les gisements qui contiennent des ressources importantes comme le cuivre et le zinc (Le zinc (prononciation /zɛ̃k/ ou /zɛ̃ɡ/) est un élément chimique, de symbole Zn et de numéro atomique 30.) seront épuisés dans quelques dizaines d'années si la consommation ne diminue pas. Prenant le contrepied de ces conclusions, une équipe internationale de chercheurs démontre que si les ressources en matières premières minérales ne sont pas infinies, elles sont suffisantes, du point (Graphie) de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) géologique, pour au moins quelques centaines voire milliers d'années, même en intégrant dans les estimations de consommation la croissance des besoins de la société. Pourquoi une telle différence ?

Calcul, économie et exploitation

"Il ne faut pas confondre les ressources minérales qui existent sur Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la plus grande et la plus massive des quatre planètes...) avec les réserves, à savoir les ressources minérales identifiées, mesurées et exploitables économiquement. Or, certaines études qui annoncent une pénurie proche se fondent sur des statistiques (La statistique est à la fois une science formelle, une méthode et une technique. Elle comprend la collecte, l'analyse, l'interprétation de données ainsi que la présentation de...) qui ne prennent en compte que les réserves, c'est-à-dire une infime partie des gisements qui existent", explique Lluis Fontboté, professeur au Département des sciences de la Terre de la Faculté des sciences de l'UNIGE. Définir des réserves est un exercice coûteux: il faut investir dans l'exploration (L'exploration est le fait de chercher avec l'intention de découvrir quelque chose d'inconnu.), le forage, les analyses, les mesures et les évaluations économiques. Les compagnies minières tendent donc à investir pour explorer et mesurer uniquement la quantité (La quantité est un terme générique de la métrologie (compte, montant) ; un scalaire, vecteur, nombre d’objets ou d’une autre manière de dénommer la valeur d’une collection ou un...) de minerai nécessaire à garantir l'amortissement des investissements dans les mines, et donc leur rentabilité économique. Mesurer des réserves plus larges reviendrait à faire de coûteux investissements improductifs, ce qui n'entre pas dans la logique (La logique (du grec logikê, dérivé de logos (λόγος), terme inventé par Xénocrate signifiant à la fois raison, langage, et raisonnement)...) économique des compagnies minières.

Le résultat est que la durée de vie (La vie est le nom donné :) des réserves est maintenue à un taux relativement constant, courant sur une durée d'environ vingt à quarante ans, selon les métaux. D'où le risque fréquemment évoqué d'une pénurie d'ici vingt à quarante ans. Mais ce calcul est évidemment faux, car il ne prend aucunement en compte la quantité réelle de métaux à disposition, notamment les ressources identifiés actuellement non économiques et les larges ressources non encore découvertes. D'autres études plus poussées essaient d'estimer les ressources globales réelles, mais c'est un exercice difficile car nos connaissances sur le contenu en gisements métallifères dans de grandes parties de la croûte terrestre (La croûte terrestre est la partie superficielle et solide du matériau dont est faite la Terre. C'est la partie supérieure de la lithosphère (qui constitue les...) restent très fragmentaires. Ces estimations sont donc généralement très conservatrices.

De plus, l'immense majorité des gisements exploités a été découverte en surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois frontière physique, et est souvent abusivement confondu avec sa mesure, sa...) ou dans les premiers 300 mètres, alors que nous savons qu'il en existent à des profondeurs plus grandes et que les techniques actuelles permettent d'exploiter des gisements métallifères jusqu'à 3000 mètres et plus. De nombreux gisements ne sont donc pas encore découverts, ni ne figurent dans les statistiques. On a bien sûr observé des pénuries de certaines matières premières minérales, notamment lors du boum de croissance de la Chine. Elles n'étaient pas dictées par un manque de métaux, mais par un problème d'exploitation. En effet, entre la découverte d'un gisement et son exploitation effective, quinze ans peuvent s'écouler. Si la demande s'accroît brutalement, l'exploitation industrielle ne peut y répondre instantanément, créant une pénurie temporaire.

Environnement et société

"Le véritable problème n'est pas l'épuisement des ressources, mais l'impact environnemental (L'impact environnemental est l'ensemble des modifications de l'environnement, qu'elles soient négatives ou positives, dues à un organisme ou à un produit.) et sociétal que provoque leur exploitation", précise le professeur Fontboté. En effet l'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) minière est indéniablement lié à une dégradation environnementale qu'il faut compenser, même si des techniques modernes peuvent la minimiser fortement. Les charges qui en découlent, y compris sociétales, doivent être réparties entre les pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine. Comme la...) industrialisés et les pays en voie de développement et entre les communautés locales proches des mines et le reste de la société. "Le recyclage (Le recyclage est un procédé de traitement des déchets industriels et des déchets ménagers qui permet de réintroduire, dans le cycle de production d'un produit,...) est important et indispensable, mais ne suffira pas à combler la forte demande émanant des pays en voie de développement. Il faut donc continuer à chercher et à exploiter de nouveaux gisements, y compris dans les pays industrialisés", explique le chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier de chercheur tant...) de l'UNIGE.

L'importance de la recherche

Mais comment protéger l'environnement tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) en maintenant l'exploitation minière ? La solution passe par la recherche. Pour poursuivre l'exploitation tout en minimisant les éventuels dégâts environnementaux, il faut mieux comprendre le processus de formation des gisements et développer de nouvelles techniques d'exploration et d'exploitation ayant un impact restreint sur la surface terrestre. De plus, "l'évolution rapide des technologies et des sociétés va probablement réduire les besoins en matières premières minérales, et donc la demande; en même temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.), ces nouvelles technologies créent de nouveaux besoins en métaux, comme par exemple les 60 composants d'un smartphone", ajoute le professeur Fontboté.

Cette nouvelle étude démontre ainsi que les difficultés liées à l'exploitation des matières premières minérales concernent l'économie, l'exploitation industrielle et l'environnement, mais que d'un point de vue purement géologique, la pénurie ne sera pas une menace si un effort conséquent dans l'exploration est fait.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: UNIGE Université de Genève