Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Lundi 03/07/2017 à 00:00
L'influence de l'opinion d'autrui sur nos décisions au sein d'un groupe
Comment notre cerveau révise-t-il ses croyances lors de décisions de groupe dans lesquelles il est nécessaire d'intégrer l'influence des opinions d'autrui (information sociale) avec ses croyances initiales ? L'équipe de Jean-Claude Dreher à l'institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical Physics est un tel institut.) des sciences cognitives montre que l'adaptation de notre jugement lors d'une décision collective est réalisée à partir d'un calcul que le cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions du corps, dont la motricité volontaire, et constitue...) effectue en pondérant la confiance en son propre choix et la crédibilité qu'on accorde à l'information d'autrui. Cette étude a été publiée le 28 Juin 2017 dans la revue PLOS Biology.

Lorsque nous prenons des décisions dans un groupe, nous révisons souvent nos croyances initiales pour effectuer un meilleur jugement, en tenant compte de ce que les autres pensent. Malgré l'ubiquité de ce phénomène, nous savons peu de choses sur la façon dont le cerveau met à jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel....) nos croyances lorsque nous intégrons nos jugements personnels (information individuelle) avec ceux des autres (information sociale).


Figure: Grâce à l'IRMf, il a été montré que deux régions cérébrales sont impliquées lors d'une décision sociale pondérant la confiance en son propre choix et la crédibilité qu'on accorde à l'information d'autrui. Ce calcul pondérant ces deux quantités est effectué par deux régions: la partie du cortex frontal (Un frontal est un équipement informatique.) la plus en amont - et la plus récente du point (Graphie) de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) de l'évolution - nommée le cortex fronto-polaire (à gauche de la figure), surveille les changements de crédibilité qu'on accorde à l'information sociale tandis que le cortex cingulaire antérieur (représenté à droite de la figure) effectue une mise à jour (Une mise à jour, souvent abrégé en MAJ ou MàJ, est l'action qui consiste à mettre « à jour », ou bien...) de nos croyances. Les courbes au centre de la figure représentent le modèle Bayésien rendant compte du comportement observé. Ce modèle prédit les changements de nos jugements sous l'influence sociale: une estimation de la punition initiale est formée pour faire le premier jugement (gaussienne grise) et intégrée avec les jugements d'autrui (gaussienne bleue), compte tenu de leur crédibilité respective (variance), pour former une nouvelle estimation du jugement final (gaussienne rouge).
© Seongmin Park. Jean-Claude Dreher

Dans cette étude d'imagerie (L’imagerie consiste d'abord en la fabrication et le commerce des images physiques qui représentent des êtres ou des choses. La fabrication se faisait jadis soit à la main, soit par...) cérébrale fonctionnelle (En mathématiques, le terme fonctionnelle se réfère à certaines fonctions. Initialement, le terme désignait les fonctions qui en prennent d'autres en argument. Aujourd'hui, le terme a été...), Seongmin Park, Jean-Claude Dreher et leurs collègues ont étudié les mécanismes neurocomputationnels sous-tendant la façon dont nous adaptons nos jugements à ceux de groupes de différentes tailles, dans le cadre d'un jury effectuant des jugements pour des crimes. Les personnes placées dans le scanner (Un scanneur, ou numériseur à balayage est l'équivalent du terme anglais scanner, qui vient du verbe anglais to scan, signifiant « balayer » dans le sens de...) IRMf voyaient d'abord la description d'un scénario de crime, puis devaient juger du nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) d'années de prison d'un criminel et indiquer leur niveau de confiance dans ce choix. Après une brève période, le nombre d'années de prison décidé par les autres jurés était révélé et les sujets scannés avaient l'opportunité de réviser ou non leur punition initiale.

Les chercheurs ont d'abord testé différents modèles théoriques, et montré qu'un modèle d'inférence bayésienne (On nomme inférence bayésienne la démarche logique permettant de calculer ou réviser la probabilité d'une hypothèse. Cette démarche est régie par l'utilisation de règles...) rendait compte des changements de nos jugements mieux que les autres modèles. Dans un tel modèle bayésien, les degrés de croyance en son propre jugement et en celui d'autrui sont représentés par des probabilités. Leurs résultats montrent que les participants mettent à jour leurs croyances en pondérant les sources d'information individuelles et sociales en fonction de leurs crédibilités respectives.

Deux régions cérébrales effectuent deux types de calculs fondamentaux pour l'inférence bayésienne: la mise à jour de croyances est réalisée par le cortex cingulaire antérieur dorsal (dACC) tandis que le cortex polaire frontal (FPC) est engagé dans l'estimation de la crédibilité de l'information sociale. En outre, une connectivité accrue entre ces deux régions cérébrales reflète une plus grande influence de la taille du groupe sur la crédibilité relative de l'information sociale. Ces résultats fournissent une compréhension mécanistique des rôles computationnels du réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des informations. Par analogie avec un filet (un réseau est un « petit rets », c'est-à-dire un petit filet), on...) FPC-dACC dans l'adaptation du jugement à l'opinion d'un groupe. Ces résultats révèlent les mécanismes neurocomputationnels engagés lorsque le cerveau humain intègre les informations individuelles et sociales pour la prise de décision en groupe.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: CNRS-INSB