Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Gearbest Page Spécial sur les nouveaux clients, Grande Réduction @GearBest! promotion
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Lundi 11/09/2017 à 00:00
Manger des protéines trois fois par jour rendrait nos aînés plus forts

Photo: Robert Dumont - UdeS
La perte de muscles est une conséquence inévitable du vieillissement qui peut engendrer une certaine fragilité, des chutes ou des problèmes de mobilité. Manger des protéines en quantité suffisante est un moyen d'y remédier. Mais il semblerait que répartir les protéines également aux trois repas serait associé à une plus grande masse (Le terme masse est utilisé pour désigner deux grandeurs attachées à un corps : l'une quantifie l'inertie du corps (la masse inerte) et l'autre la contribution du corps à la force de gravitation (la...) et force musculaire (La force musculaire est la capacité d'un muscle d'exercer une force contre une résistance. Afin de l'apprécier, il faut aussi considérer l'endurance musculaire.), chez les aînés. Ce sont les conclusions d'une étude menée à l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical Physics est un...) de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique désigne...) du Centre universitaire de santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.) McGill (IR-CUSM) en collaboration avec l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission...) de Sherbrooke et l'Université de Montréal (Montréal est à la fois région administrative et métropole du Québec[2]. Cette grande agglomération canadienne constitue un centre majeur du commerce, de...). L'équipe de chercheurs s'est penchée non seulement sur la quantité (La quantité est un terme générique de la métrologie (compte, montant) ; un scalaire, vecteur, nombre d’objets ou d’une autre manière de dénommer la valeur d’une...) de protéines consommée, mais aussi sur sa distribution aux repas chez les personnes âgées de 67 ans et plus, en se servant de l'une des bases de données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) les plus exhaustives au Québec. Les résultats de l'étude, qui a été publiée dans la revue American Journal of Clinical Nutrition (La nutrition (du latin nutrire : nourrir) désigne les processus par lesquels un être vivant transforme des aliments pour assurer son fonctionnement. La nutrition est...), apportent un éclairage nouveau sur l'alimentation des personnes dans une population vieillissante.

"Beaucoup de personnes âgées, particulièrement en Amérique (L’Amérique est un continent séparé, à l'ouest, de l'Asie et l'Océanie par le détroit de Béring et l'océan Pacifique; et à l'est, de l'Europe et de l'Afrique...) du Nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.), consomment la majorité de leur apport journalier en protéines aux repas du midi et du soir. Nous voulions voir si les personnes qui ajoutent une source de protéines au petit-déjeuner et qui auraient donc un apport équilibré en protéines aux trois repas, avaient une plus grande force (Le mot force peut désigner un pouvoir mécanique sur les choses, et aussi, métaphoriquement, un pouvoir de la volonté ou encore une vertu morale...) musculaire", dit l'auteure principale de l'étude, la DreStéphanie Chevalier, qui est scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et...) à l'IR-CUSM et professeure adjointe à l'École de nutrition humaine de l'université McGill.

Une base riche de données alimentaires

Pour obtenir ces résultats, la Dre Chevalier et son équipe ont collaboré avec la Dre Hélène Payette de l'Université Sherbrooke, qui dirige une étude longitudinale québécoise sur la nutrition et le vieillissement (La notion de vieillissement décrit une ou plusieurs modifications fonctionnelles diminuant progressivement l'aptitude d'un objet, d'une information ou d'un organisme à assurer ses fonctions.) de la population appelée NuAge (Un nuage est une grande quantité de gouttelettes d’eau (ou de cristaux de glace) en suspension dans l’atmosphère. L’aspect d'un nuage dépend de la lumière qu’il reçoit, de la...) (Nutrition as a Determinant of Successful Aging). Les chercheurs de l'IR-CUSM ont analysé les données de la cohorte NuAge, qui compte près de 1 800 personnes qui ont été suivies pendant trois ans. Ils ont donc passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble des configurations successives du monde et s'oppose au futur...) en revue les habitudes de consommation de 827 hommes et 914 femmes en santé âgés de 67 à 84 ans résidant au Québec en essayant d'établir des liens avec des variables comme la force, la masse musculaire ou la mobilité.

"L'étude NuAge est une des rares études à avoir recueilli des données aussi détaillées sur la consommation alimentaire parmi une large cohorte de personnes âgées. Nous sommes fiers que l'étude NuAge puisse contribuer à des recherches pertinentes de cette envergure (L'envergure est la distance entre les extrémités des ailes. Le terme est valable pour définir un oiseau, un chiroptère, un avion (ou planeur).) au Québec", dit la Dre Hélène Payette du Centre de recherche sur le vieillissement et professeure à la Faculté de médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la pratique (l'art) étudiant l'organisation du corps humain (anatomie), son fonctionnement normal...) et sciences de la santé de l'Université de Sherbrooke.

"Nous avons observé que les participants, hommes et femmes, qui consommaient des protéines de manière équilibrée durant la journée, avaient une plus grande force musculaire que ceux qui en consommaient davantage lors du repas du soir et moins le matin. Cependant, il semble que la distribution des protéines au cours de la journée n'a pas de lien avec la mobilité des participants", explique la première auteure de l'étude, DreSamaneh Farsijani, ancienne doctorante sous la supervision de la Dre Chevalier.

Un "boost" d'acides aminés  

Tous les tissus corporels, dont les muscles, sont composés de protéines qui elles-mêmes sont constituées d'acides aminés. Si les apports protéiques diminuent, la synthèse ne se fait pas correctement et cela entraine une perte de masse musculaire.

"Nos travaux de recherche sont fondés sur des données scientifiques qui démontrent que les personnes âgées ont besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est souvent fait un classement des besoins humains en trois grandes catégories : les besoins primaires, les besoins...) de consommer une plus grande quantité de protéines par repas car elles ont besoin d'un plus grand 'boost' d'acides aminés pour engendrer la synthèse protéique ", explique la Dre Chevalier, qui ajoute qu'un des acides aminés essentiels connu pour le renouvellement des protéines est la leucine. "Il serait donc intéressant, conclut-elle, de se pencher, lors de futures études, sur les sources de protéines et leur composition en acides aminés afin d'aller plus loin dans nos observations (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude appropriés. Le plaisir procuré explique la très grande...)."

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Université de Sherbrooke