Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Gearbest Page Spécial sur les nouveaux clients, Grande Réduction @GearBest! promotion
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Redbran le Dimanche 01/10/2017 à 12:00
Soixante ans après, Spoutnik reste une légende
Il y a soixante ans, le premier satellite artificiel Spoutnik était mis en orbite, devançant la chienne Laïka, Youri Gagarine et Alexeï Leonov dans la longue liste des légendes soviétiques de l'espace. Aujourd'hui, ce minuscule engin est encore dans toutes les mémoires, comme notre reporter Jeremy Wilks a pu le constater à Moscou () auprès de vétérans de l'époque, comme Alexeï Leonov, et de représentants du secteur spatial russe.

Nous avons eu l'autorisation exceptionnelle de visiter un lieu unique: le musée privé de RSC Energia, la société d'Etat russe à l'origine du premier satellite artificiel (Un satellite artificiel est un appareil issu de l'activité de l'Homme et mis en orbite par lui. Ces termes désignent donc un objet humain envoyé dans l'espace et animé d'un mouvement périodique autour...). Son nom officiel ? Spoutnik-1. L'un de ses exemplaires originaux construit en 1957 trône parmi les trésors de l'espace exposés sur place.

Notre guide, le cosmonaute Alexander Kalery, chef du département des vols d'essai chez RSC Energia, nous raconte que ses concepteurs voulaient un engin simple mais performant. "Il a été suggéré - après les premiers lancements réussis des fusées R7 - d'envoyer dans l'espace, le plus simple des Spoutnik (Tiré du mot russe ??????K (« compagnon de route » ou « satellite »), le terme Spoutnik désigne une série de satellites lancés par...): ce qui voulait dire, précise-t-il, qu'il n'était pas censé avoir le moindre équipement scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes scientifiques.), mais simplement des batteries, un système de régulation (Le terme de régulation renvoie dans son sens concret à une discipline technique, qui se rattache au plan scientifique à l'automatique.) thermique (La thermique est la science qui traite de la production d'énergie, de l'utilisation de l'énergie pour la production de chaleur ou de froid, et des transferts de chaleur suivant différents phénomènes physiques,...) et un module de transmission."

Message à toute la planète (Une planète est un corps céleste orbitant autour du Soleil ou d'une autre étoile de l'Univers et possédant une masse suffisante pour que sa gravité la maintienne en équilibre hydrostatique,...)

Spoutnik a été lancé le 4 octobre 1957, puis s'est mis à tourner autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent au genre Accipiter, soit constituent les 5 genres...) de la Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes....) au rythme d'un tour complet toutes les 98 minutes ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un acte. Cartographie géologique ; la minute de terrain est la carte originale, au crayon,...). En émettant son mythique "bip bip", l'appareil a permis à l'URSS d'envoyer un message à toute la planète.

"Je crois que c'était vraiment important, en particulier d'un point (Graphie) de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) émotionnel pour tous les Soviétiques, souligne Igor Komarov, directeur général de Roscosmos, parce que c'était une avancée énorme, c'était la démonstration (En mathématiques, une démonstration permet d'établir une proposition à partir de propositions initiales, ou précédemment démontrées à partir de propositions initiales, en...) des progrès technologiques et du succès des programmes qui étaient en cours sous la direction de Sergueï Korolev (Sergueï Pavlovitch Korolev (aussi cité comme Sergueï Koroliov ou dans sa forme anglaise Sergey Korolyov, en russe ?????? ???????? ???????) (13 janvier 1907, Jitomir,...) et d'autres scientifiques. Tous ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme un tout », comme...), insiste-t-il, ils ont réussi à bâtir un secteur spatial qui est un leader mondial dans de nombreux domaines."

Il y a soixante ans, la nouvelle s'est répandue dans le monde (Le mot monde peut désigner :) entier, à la vitesse (On distingue :) d'une fusée (Fusée peut faire référence à :). Ancien directeur du programme scientifique à l'Agence spatiale européenne (L’Agence spatiale européenne (ASE) (en anglais European Space Agency : ESA) est une agence spatiale intergouvernementale fondée le 31 mai 1975. Elle...), Roger-Maurice Bonnet se souvient: "C'était un événement majeur, c'était le début de la conquête spatiale par les Soviétiques, ce que personne n'attendait. On s'attendait à ce que ce soient les Américains évidemment qui d'ailleurs, ont suivi peu de temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) après, fait-il remarquer avant d'ajouter: Mais c'était une panique générale dans toutes les capitales occidentales de savoir que les Soviétiques étaient capables de faire une chose pareille."

John Krige, historien des sciences et des technologies à l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical Physics est un tel...) de technologie (Le mot technologie possède deux acceptions de fait :) de Géorgie à Atlanta (La ville d'Atlanta est la capitale de l'État de la Géorgie, au sud-est des États-Unis. En 2007, Atlanta est une agglomération de...), rappelle pour sa part: "Spoutnik a été extrêmement important: il a lancé la conquête spatiale qui a opposé ( En mathématique, l'opposé d’un nombre est le nombre tel que, lorsqu’il est à ajouté à n donne zéro. En botanique, les organes d'une plante sont dits opposés lorsqu'ils...) les Etats-Unis et l'Union soviétique. Souvent, les gens minimisent son importance parce que c'était un satellite (Satellite peut faire référence à :), estime-t-il. Mais la menace majeure de Spoutnik, c'était le missile (Un missile est un projectile autopropulsé et guidé, constitué de :) qui l'avait envoyé dans l'espace, un missile balistique intercontinental (Un missile balistique intercontinental (abrégé en ICBM, qui provient de l'anglais intercontinental ballistic missile) est un missile balistique à longue portée...) que les Soviétiques avait développé, ils l'avaient testé le mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) précédent et pour la première fois de leur histoire récente, les Américains se sont sentis menacés," affirme-t-il.

Série d'exploits soviétiques

La course (Course : Ce mot a plusieurs sens, ayant tous un rapport avec le mouvement.) était donc lancée pour Sergueï Korolev et ses ingénieurs. Quelques semaines après Spoutnik-1, ils lançaient Spoutnik-2 avec à son bord, la chienne Laïka (Laïka (du russe : Лайка, « petit aboyeur ») est une chienne du programme spatial soviétique et le premier être...). Elle devint le premier être vivant dans l'espace même si elle périt au bout de quelques heures de vol en raison d'une hausse de la température (La température est une grandeur physique mesurée à l'aide d'un thermomètre et étudiée en thermométrie. Dans la vie courante, elle est...) dans l'habitacle.

L'époque était aux grandes ambitions comme le raconte Alexeï Leonov, illustre vétéran de cette période. "Sergueï Korolev a fixé comme objectif, la création d'un vaisseau spatial habité avec la fusée Vostok qui a été utilisée pour lancer le premier Spoutnik. Son équipe a commencé à étudier le recrutement d'un équipage parmi les gens qui travaillaient comme pilotes d'essai pour les avions de chasse, indique-t-il. En 1959, nous faisions déjà partie du premier groupe qui devait mener des tests," explique-t-il.

Alexander Kalery renchérit: "Le gouvernement a publié le programme de la future exploration (L'exploration est le fait de chercher avec l'intention de découvrir quelque chose d'inconnu.) spatiale. Ce document (Dans son acception courante un document est généralement défini comme le support physique d'une information.) évoquait des stations automatiques qui partiraient pour la Lune (La Lune est l'unique satellite naturel de la Terre et le cinquième plus grand satellite du système solaire avec un diamètre de 3 474...), des vols vers Mars et Vénus, le vol d'êtres humains dans l'espace, il parlait aussi des premiers pas de l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction,...) sur Mars, Vénus et la Lune et de la construction de stations sur place, énumère-t-il. J'attire votre attention sur le fait que nous n'étions alors qu'en décembre 1959 !" s'enthousiasme-t-il.

Les années suivantes, les Soviétiques accumulèrent les exploits: le premier homme, puis la première femme dans l'espace, la première sortie extravéhiculaire (Une sortie extravéhiculaire, ou activité extravéhiculaire, abrégée EVA (Extra-vehicular activity) est une activité réalisée dans l'espace – à l'extérieur d'un...),le premier engin à se poser sur la Lune, puis sur Vénus et le premier atterrissage (L’atterrissage désigne, au sens étymologique, le fait de rejoindre la terre ferme. Le terme recouvre cependant des notions différentes suivant qu'il est employé dans le...) en douceur sur Mars.

La compétition acharnée entre l'URSS et les Etats-Unis prit fin le 20 juillet 1969 lorsque l'Américain Neil Armstrong (Neil Alden Armstrong, né le 5 août 1930 à Wapakoneta dans l'Ohio, est un astronaute, pilote d'essai, aviateur de l'United States Navy et professeur américain. Il est le premier homme à...) devint le premier homme à marcher sur la Lune.

Un même espoir

Soixante ans après son lancement, que reste-t-il de Spoutnik ? Il garde une place toute particulière dans la mémoire (D'une manière générale, la mémoire est le stockage de l'information. C'est aussi le souvenir d'une information.) des Russes d'après les visiteurs du Musée de l'astronautique (L'astronautique ou spationautique ou cosmonautique, est constituée par l'ensemble des sciences et des techniques visant à envoyer dans l'espace extraterrestre un véhicule habité ou non, à naviguer à...) à Moscou. "Le premier Spoutnik a été lancé en 1957 par l'Union soviétique, c'est tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) ce que je sais," nous indique un adolescent. Un autre visiteur précise: "Le pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la...) dans son ensemble a fait beaucoup pour remporter cette victoire et c'est très important pour l'histoire du monde." Un autre indique: "J'ai étudié cela à l'école et aujourd'hui, j'amène mes enfants [dans ce musée] pour leur faire découvrir les pages de notre histoire qu'ils devraient connaître: à savoir que notre pays a été le premier et qu'il a été à l'origine de l'exploration spatiale."

L'héritage de Spoutnik demeure: le cosmodrome de Baïkonour d'où il a été lancé sert encore aux astronautes en partance pour la Station spatiale internationale (La Station spatiale internationale (en anglais International Space Station ou ISS) est un habitat placé en orbite terrestre basse, occupé en permanence par un équipage international qui se...). Et l'agence spatiale (Une agence spatiale est un organisme d'État ayant pour but d'étudier l'Espace et de développer et gérer des programmes spatiaux) russe Roscosmos ne manque pas de projets comme sa capsule Fédération dédiée à l'espace lointain et son nouveau cosmodrome Vostochny dans l'est de la Russie.

Aujourd'hui, l'heure (L'heure est une unité de mesure  :) n'est plus à la compétition, mais à la coopération avec l'ESA et la NASA (La National Aeronautics and Space Administration (« Administration nationale de l'aéronautique et de l'espace ») plus connue sous son abréviation NASA, est l'agence gouvernementale responsable du programme spatial des...). "Je crois qu'aujourd'hui, peu importe le domaine dans lequel nous sommes les premiers, assure Igor Komarov, directeur général de Roscosmos. Ce qui compte, poursuit-il, c'est ce que nous voulons faire avec nos partenaires. Je pense à ces explorations qui seront vraiment des avancées importantes comme la mission ExoMars (ExoMars est le nom d'une mission spatiale de l'Agence spatiale européenne prévue pour 2016 dans le cadre du programme Aurora. Elle consiste à envoyer sur la surface de Mars un rover automatisé équipé d'instruments...): nous allons entamer sa deuxième étape en 2020 et aujourd'hui, nous sommes en phase (Le mot phase peut avoir plusieurs significations, il employé dans plusieurs domaines et principalement en physique :) de préparation active, souligne-t-il. Je pense aussi aux explorations de la Lune qui serviront d'étape préalable avant d'explorer l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques actuels, le terme environnement tend...) lunaire (Pour les homonymes, voir Pierrot lunaire, une œuvre de musique vocale d'Arnold Schönberg.) et sur la Lune, nous pourrons établir une station qui pourra être un lieu d'accueil et de vie (La vie est le nom donné :) pour des équipages," affirme-t-il.

De telles missions auraient certainement fait rêver les pionniers qui ont mis Spoutnik en orbite (En mécanique céleste, une orbite est la trajectoire que dessine dans l'espace un corps autour d'un autre corps sous l'effet de la gravitation.). Aujourd'hui, ils restent d'eux, ce même espoir d'emmener l'homme toujours plus loin dans l'espace.


Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: ESA