Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Vendredi 20/10/2017 à 00:00
Médicament: haute cuisine nanoparticulaire

Photo: Illustration de Nicolas Bertrand
Une fois dans la circulation sanguine, les nanoparticules contenant un médicament partent à la recherche de leur cible. Leur efficacité est entravée par les réactions du corps, qui les considère comme des organismes pathogènes, et par des protéines du sang (Le sang est un tissu conjonctif liquide formé de populations cellulaires libres, dont le plasma est la substance fondamentale et est présent chez la plupart des animaux. Un humain adulte est doté d’environ 5 litres de...), qui se lient à leur surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois frontière physique, et est souvent abusivement confondu avec...).
Des chercheurs peaufinent une recette de nanoparticules plus efficaces pour la livraison des médicaments

Une équipe internationale vient de publier dans la revue Nature Communications une étude qui précise certaines règles à respecter pour créer des nanoparticules plus efficaces pour livrer des médicaments dans le corps. Les nanoparticules fabriquées selon ces règles seraient éliminées moins rapidement par l'organisme, ce qui prolongerait la durée d'action des médicaments qu'elles transportent, révèle cette étude dont le premier auteur est Nicolas Bertrand, de la Faculté de pharmacie (La pharmacie (du grec φάρμακον/pharmakôn signifiant drogue, venin ou poison) est la science s'intéressant à la conception, au mode...) et du Centre de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances...) du CHU de Québec - Université Laval.

La combinaison (Une combinaison peut être :) de nanoparticules - des assemblages d'atomes (Un atome (du grec ατομος, atomos, « que l'on ne peut diviser ») est la plus petite partie d'un corps...) faisant moins de 100 nanomètres de diamètre - et de drogues facilite le guidage de ces dernières vers les parties du corps où elles doivent agir. Cette nanotechnologie (Les nanosciences et nanotechnologies (NST) peuvent être définies a minima comme l'ensemble des études et des procédés de fabrication et de...) pourrait ainsi réduire les doses de médicaments administrées aux patients et, conséquemment, leurs effets secondaires. «Cette approche n'est pas une vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) de l'esprit, elle est déjà utilisée dans certains vaccins et dans certains traitements contre le cancer (Le cancer est une maladie caractérisée par une prolifération cellulaire anormalement importante au sein d'un tissu normal de l'organisme, de telle manière que la survie de ce dernier est...), mais il reste du travail à faire pour en améliorer l'efficacité», souligne le professeur Bertrand.

L'un des problèmes est que l'organisme cherche à se débarrasser rapidement des nanoparticules, comme il le fait avec des virus (Un virus est une entité biologique qui nécessite une cellule hôte, dont il utilise les constituants pour se multiplier. Les virus existent sous une forme extracellulaire ou...) ou des bactéries. Le foie (Le foie est un organe abdominal impair et asymétrique, logé chez l'homme dans l'hypocondre droit, la loge sous-phrénique droite, la partie...) et la rate (La rate (en grec ancien σπλήν (splēn), en latin lien, d'où les adjectifs splénique et liénal) est un organe fragile, profond,...) les capturent et les éliminent, ce qui limite leur durée d'action. Un autre problème est que certaines protéines du sang se fixent à la surface des nanoparticules, modifiant leurs interactions avec les cellules du corps.

Pour les besoins de leur étude, les chercheurs ont utilisé une nanoparticule prometteuse qui a atteint le stade (Un stade (du grec ancien στ?διον stadion, du verbe ?στημι istêmi, « se tenir droit et ferme ») est un...) clinique, le PEG-PLGA. Il s'agit d'un complexe de deux polymères, l'acide (Un acide est un composé chimique généralement défini par ses réactions avec un autre type de composé chimique complémentaire, les bases.) poly(lactique-co-glycolique) (PLGA), qui forme le coeur de la nanoparticule, et le polyéthylène glycol (PEG), qui en constitue l'enveloppe. «Dans ce système, les drogues sont placées dans la matrice de PLGA, comme des pépites de chocolat dans une pâte à biscuits, explique Nicolas Bertrand. On les entoure d'une enveloppe de PEG pour les protéger. Au contact des molécules d'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.), ces polymères se décomposent, ce qui permet le largage graduel de la drogue (Une drogue est un composé chimique, biochimique ou naturel, capable d'altérer une ou plusieurs activités neuronales et/ou de perturber les communications...)

Les chercheurs ont créé une gamme de nanoparticules PEG-PLGA qui se distinguaient par leur taille ou par la densité de PEG dans leur enveloppe. Par la suite, ils les ont injectées à des animaux de laboratoire et ils ont suivi ce qu'il en advenait dans les six heures (L'heure est une unité de mesure  :) suivantes. Résultats ? Peu importe la taille des nanoparticules, il existe un seuil - qui se situe à 20 chaînes de PEG par 100 nanomètres carrés - au-dessous duquel les nanoparticules sont rapidement éliminées. Des densités plus élevées de PEG n'augmentent pas le maintien des nanoparticules dans la circulation (La circulation routière (anglicisme: trafic routier) est le déplacement de véhicules automobiles sur une route.) sanguine. «Il semble donc exister une valeur optimale qui confère une propriété à l'architecture (L’architecture peut se définir comme l’art de bâtir des édifices.) des nanoparticules leur permettant de se maintenir de façon prolongée dans la circulation sanguine», constate le professeur Bertrand.

Contrairement à l'idée reçue, le système immunitaire inné jouerait un rôle mineur dans l'élimination des nanoparticules, ont découvert les chercheurs. Par contre, le maintien des nanoparticules dans le sang est affecté lorsque certaines protéines qui interviennent dans le transport (Le transport est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre, le plus souvent en utilisant des véhicules et des voies de communications (la route, le canal ..). Par assimilation, des...) des lipides se lient à leur surface. «Notre étude suggère des nouvelles avenues pour préparer des nanoparticules potentiellement plus efficaces comme vecteurs thérapeutiques. Elle fait aussi la lumière sur certains processus biologiques responsables de leur devenir dans l'organisme», résume le professeur Bertrand.

L'étude parue dans Nature Communications est signée par Nicolas Bertrand et l'étudiant-chercheur Philippe Grenier (Le grenier (latin granarium) est un local hors-sol destiné au stockage du grain. Il peut être intégré à un bâtiment, ou constituer une petite construction indépendante (grenier à...), de la Faculté de pharmacie, et par des chercheurs du MIT, de l'Université Harvard, de l'Université Stanford, du Brésil, de la Corée du Sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.) et de l'Arabie saoudite.

Une fois dans la circulation sanguine, les nanoparticules contenant un médicament partent à la recherche de leur cible. Leur efficacité est entravée par les réactions du corps, qui les considère comme des organismes pathogènes, et par des protéines du sang, qui se lient à leur surface.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Jean Hamann - Université Laval