Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Adrien le Jeudi 18/01/2018 à 00:00
Santé: la solution est-elle l'entraînement physique par intervalles à haute intensité ?
Les bienfaits de l'activité physique chez les personnes âgées ne sont plus à démontrer: la prévention du diabète de type 2, des maladies cardiaques et de l'ostéoporose ainsi que la diminution du risque de certains cancers ne sont que quelques exemples. Pourtant, peu de femmes âgées sont suffisamment physiquement actives alors que cette population présente une forte prévalence d'obésité abdominale, la plus dommageable pour la santé. C'est ce qui a motivé Inès Boukabous, étudiante à la maîtrise à la Faculté des sciences de l'activité physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un sens général et...) de l'Université de Sherbrooke, sous la direction de la professeure Eléonor Riesco, à vérifier l'efficacité d'une méthode d'entraînement que ces femmes pourraient trouver plus facile à adopter. Qui aurait pensé que cette méthode puisse être l'entraînement par intervalles à haute intensité !

Une première étude pour une population à haut risque

La Société canadienne de physiologie (La physiologie (du grec φύσις, phusis, la nature, et λόγος, logos, l'étude, la science) étudie le...) de l'exercice recommande aux personnes âgées de 65 ans et plus de pratiquer 150 minutes d'activité physique modérée ou élevée par semaine. « Cette recommandation (Les industries ne fonctionnent pas correctement sans normes garantissant l'interopérabilité, des organismes crées pour, promulguent des...) est rarement atteinte et l'on entend souvent dire que c'est une question de temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) et de motivation (La motivation est, dans un organisme vivant, la composante ou le processus qui règle son engagement dans une action ou expérience. Elle en détermine le déclenchement...) », mentionne Inès Boukabous. « Alors, pourquoi ne pas trouver une autre option ? » C'est ce qui l'a amenée à consacrer sa maîtrise aux effets de l'entraînement par intervalles à haute intensité, une méthode qui nécessite la moitié moins de temps, chez les femmes âgées de 60 à 75 ans, physiquement inactives et qui présentent une obésité abdominale. Cette population gagnerait particulièrement à s'activer, puisqu'elle est à haut risque de développer des maladies chroniques. « De plus, à notre connaissance, aucune étude n'avait encore comparé les impacts de cette modalité d'entraînement et ceux de la recommandation actuelle chez ces femmes, bien qu'elles soient parmi les personnes les moins actives », précise la professeure Eléonor Riesco.

Mêmes bienfaits, moitié moins de temps

Pendant huit semaines, sous la loupe (Une loupe est un instrument d'optique subjectif constitué d'une lentille convexe permettant d'obtenir d'un objet une image agrandie. La loupe est la forme...) de l'étudiante, deux groupes de participantes se sont mis à l'exercice. Le premier groupe a réalisé trois séances de 50 minutes de marche (La marche (le pléonasme marche à pied est également souvent utilisé) est un mode de locomotion naturel. Il consiste en un déplacement en appui alternatif sur les jambes, en position debout...) sur tapis roulant par semaine à 60 % de leur fréquence cardiaque de réserve. Précisons que la fréquence cardiaque de réserve est la différence entre la fréquence cardiaque maximale et la fréquence cardiaque de repos. Le second groupe a expérimenté un programme d'entraînement par intervalles à haute intensité à raison de trois séances de 25 minutes par semaine. Les participantes répétaient six fois un bloc d'une minute ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un acte. Cartographie géologique ; la minute de terrain est la carte originale, au crayon, levée sur le...) de marche sur tapis roulant à 90 % de leur fréquence cardiaque de réserve suivie de deux minutes à 40 %; la fameuse récupération active. Le reste de la séance était consacré à l'échauffement et au retour au calme. Des personnes âgées se sont bel (Nommé en l’honneur de l'inventeur Alexandre Graham Bell, le bel est unité de mesure logarithmique du rapport entre deux puissances, connue pour...) et bien entraînées à 90 % de leur capacité !

L'étudiante a été heureuse d'observer, chez les participantes des deux groupes, la diminution de la quantité des lipides dans le sang (Le sang est un tissu conjonctif liquide formé de populations cellulaires libres, dont le plasma est la substance fondamentale et est présent chez la plupart des animaux. Un humain adulte...), plus particulièrement du cholestérol LDL-C, souvent appelé le mauvais cholestérol. Elle a également constaté une réduction du risque de maladies cardiovasculaires sur 10 ans. Sans oublier qu'une amélioration de la capacité fonctionnelle (En mathématiques, le terme fonctionnelle se réfère à certaines fonctions. Initialement, le terme désignait les fonctions qui en prennent d'autres en argument. Aujourd'hui, le terme a...) et de la distance parcourue ont également été notées chez les deux groupes. Rappelons que les participantes au programme par intervalles à haute intensité ont accordé la moitié moins de temps à l'exercice et en ont retiré ces mêmes bienfaits.

Cependant, les femmes qui ont exécuté le programme par intervalles ont rapporté avoir eu plus de plaisir que lorsqu'elles avaient, par le passé, fait de l'exercice en continu. Inès Boukabous l'explique par le fait que l'entraînement par intervalles nécessitait moins de temps, mais aussi parce que le changement d'intensité permettait de ne pas se concentrer sur l'effort comme lorsque nous marchons à un rythme régulier. « Il y a aussi une question de défi. Voir qu'on y arrive, c'est très motivant », ajoute-t-elle. « Sans compter que ça leur procure le sentiment d'être en contrôle d'elles-mêmes en prenant conscience de leur capacité », renchérit la professeure Riesco.

Est-ce sécuritaire pour les personnes âgées ?

Une personne âgée ne se met pas à l'entraînement par intervalles à haute intensité n'importe comment du jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les...) au lendemain. Il est recommandé d'être encadré par un kinésiologue, le professionnel de la santé spécialiste de l'activité physique et de la prescription d'exercices. « Il pourra s'assurer qu'il n'y a pas de contre-indications, puis développer un entraînement adapté, progressif et qui respecte la capacité physique et l'état de santé de la personne », conclut la professeure Riesco.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Université de Sherbrooke