Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Adrien le Mardi 06/02/2018 à 00:00
« Durcissement des artères »: comment s'accumulent les composés de calcium ?
La chef d'équipe Marta Cerruti, à l'aide d'outils fournis par le Centre canadien de rayonnement synchrotron (CCRS), a examiné les artères calcifiées de souris génétiquement modifiées, découvrant que le mécanisme par lequel l'organisme entraîne ce qu'on appelle communément le « durcissement des artères » n'est pas celui que les experts médicaux avaient présumé.

Précédemment, le collaborateur de longue date de la professeure Cerruti, Monzur Murshed (chercheur à l'Université McGill et coauteur de l'étude en question), et son équipe ont démontré que l'élastine, la matière qui donne aux artères l'élasticité nécessaire pour se détendre et se contracter en réponse à l'action de pompage (Le pompage est un phénomène aérodynamique qui intervient dans un compresseur. Il s'agit d'une instabilité aérodynamique qui donne...) du coeur et ainsi faciliter la circulation (La circulation routière (anglicisme: trafic routier) est le déplacement de véhicules automobiles sur une route.) sanguine, est un facteur déterminant de la calcification (La quasi-totalité du calcium de l'organisme est située dans le tissu osseux et dans les dents. De façon pathologique, des dépôts calcaires anormaux peuvent se produire en dehors de...) des artères. Leur étude a révélé que le collagène, élément essentiel à la minéralisation normale des os et des dents, n'est pas à l'origine de la calcification artérielle.

« La première matière de notre modèle génétique à s'être minéralisée est l'élastine, et non le collagène », dit la professeure Cerruti, précisant que ce mécanisme est bien différent de la minéralisation des os et des dents.

« Cette découverte m'a beaucoup surprise. La matière qui se minéralise dans les os et les dents étant le collagène, et comme celui-ci est aussi présent dans les artères, on croyait qu'il était doté de propriétés particulières qui favorisent ce processus. Mais comment se fait-il alors que la matière associée à la calcification artérielle soit plutôt l'élastine ? »

Au moyen de la technique de microcaractérisation à rayons X doux (SXRMB) du CCRS, l'équipe de la professeure Cerruti a découvert, chez les souris (Le terme souris est un nom vernaculaire ambigu qui peut désigner, pour les francophones, avant tout l’espèce commune Mus musculus, connue aussi comme animal de compagnie ou de laboratoire, mais aussi de nombreuses...) atteintes de la maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.), la présence de dépôts de phosphate (Un phosphate, en chimie inorganique, est un sel d'acide phosphorique résultant de l'attaque d'une base par de l'acide phosphorique.) de calcium au stade (Un stade (du grec ancien στ?διον stadion, du verbe ?στημι istêmi, « se tenir droit et ferme ») est un équipement sportif.) initial dans les couches des artères contenant de l'élastine.

Marta Cerruti, docteure en chimie (La chimie est une science de la nature divisée en plusieurs spécialités, à l'instar de la physique et de la biologie avec lesquelles elle partage des...), est titulaire de la Chaire de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension...) du Canada sur les interfaces biosynthétiques. Son équipe de chercheurs postdoctoraux et de doctorants à McGill tente de comprendre et de maîtriser les phénomènes de surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique,...), tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) particulièrement ceux qui se produisent à l'interface (Une interface est une zone, réelle ou virtuelle qui sépare deux éléments. L’interface désigne ainsi ce que chaque élément a besoin de connaître de...) des matériaux synthétiques et des molécules biologiques.

Dans le cas présent, la professeure Cerruti espère que les résultats de leur recherche permettront la mise au point (Graphie) d'un traitement capable de freiner l'accumulation de minéraux dans les artères des patients prédisposés à cette maladie.

La plus récente étude de l'équipe a été publiée dans l'édition du mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) de février 2018 de la revue Arteriosclerosis, Thrombosis, and Vascular Biology. Les auteurs concluent qu'une stratégie reposant sur une intervention au stade initial de la cristallisation du phosphate de calcium pourrait être efficace pour prévenir la calcification vasculaire. Selon eux, il serait possible de dissoudre de manière sélective ces cristaux naissants au moyen de médicaments bien ciblés. Les professeurs Cerruti et Murshed dirigent un groupe interdisciplinaire (Un travail interdisciplinaire intègre des concepts provenant de différentes disciplines.) dont le mandat et de vérifier si l'utilisation de certaines biomolécules personnalisées peut être efficace pour freiner la nucléation minérale ou la formation de cristaux dans les artères au tout début du processus.

Toujours selon l'article de recherche, il n'existe encore aucun traitement contre la minéralisation artérielle, principalement en raison d'un manque de compréhension du mécanisme moléculaire sous-jacent. La professeure Cerruti prévoit que son équipe retournera au CCRS afin d'affiner sa compréhension du stade initial de la minéralisation.

La chercheuse se montre prudente à ce moment-ci, mentionnant que l'article de son équipe ne fait qu'indiquer une piste qui pourrait mener à la découverte d'un médicament capable d'améliorer la santé des personnes atteintes d'une maladie contre laquelle il n'existe encore aucun traitement efficace.

« Si nous pouvions empêcher la nucléation, peut-être arriverions-nous à freiner la calcification des artères », dit-elle. « Quoi qu'il en soit, la résolution de ce sempiternel problème doit passer (Le genre Passer a été créé par le zoologiste français Mathurin Jacques Brisson (1723-1806) en 1760.) par une démarche interdisciplinaire. »

La professeure Cerruti mentionne qu'il est tout naturel que cette recherche sur le mécanisme de calcification des artères soit financée en partie grâce à une subvention (Une subvention est une aide financière, c’est-à-dire une somme d’argent, qui est allouée par une institution publique ou privée à une personne ou une organisation...) de la Fondation des maladies du coeur et de l'AVC du Canada.

L'article « Multidisciplinary Approach to Understand Medial Arterial Calcification », par Ophélie Gourgas, Juliana Marulanda, Peng Zhang, Monzur Murshed et Marta Cerruti, a été publié dans la revue: Arteriosclerosis, Thrombosis, and Vascular Biology (2017) : ATVBAHA-117.
DOI : 10.1161/ATVBAHA.117.309808

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Université McGill