Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Adrien le Mercredi 14/02/2018 à 00:00
Gare au dard ! Neurobiologie du comportement défensif de l'abeille
Que se passe-t-il dans la tête d'une abeille qui transforme une paisible butineuse en combattante acharnée, prête à mourir pour défendre sa colonie ? Lorsque la colonie est menacée, les abeilles signalent le danger à leurs consoeurs par le biais d'une phéromone d'alarme, et usent de leur dard pour repousser l'intrus. Des chercheurs du Centre de Recherches sur la Cognition Animale, avec des collègues de l'Université Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du bassin parisien, entre les confluents de la...) XIII et de l'Université de Queensland (Australie), ont montré que la perception de la phéromone d'alarme augmente les niveaux de sérotonine et de dopamine dans le cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions du corps,...) des abeilles, ce qui les rend plus enclines à piquer (Le verbe « piquer » a de nombreuses acceptions :) un objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a...) identifié comme menaçant. Cette étude a été publiée le 31 janvier 2018 dans la revue Proceedings of the Royal Society of London B: Biological Sciences.


Figure: Schéma simplifié de cerveau d'abeille en vue frontale. OL: lobes optiques (recevant l'information visuelle perçue par les yeux composés) ; CB: cerveau central ; SOG: ganglion sous-oesophagien (recevant information gustative et mécanosensorielle en provenance des antennes et pièces buccales, entre autres). Les abeilles ont été divisées en 4 groupes selon leur comportement et la présence ou non de phéromone d'alarme lors du test. Les bulles de sérotonine (5HT) et dopamine (DA) marquent les régions du cerveau dans lesquelles une augmentation du niveau de ces molécules a été enregistrée. Les éclairs représentent les 2 types de stimulus présentés: le stimulus visuel, analysé par les lobes optiques (OL), et la phéromone d'alarme dont la détection passe par les lobes antennaires situés dans le cerveau central (CB).
© Morgane Nouvian

Les abeilles sont bien connues pour défendre férocement leur colonie, harcelant et piquant quiconque s'approche trop près à leur goût. Cette défense est collective: lorsque les abeilles repèrent une menace, elles libèrent une phéromone d'alarme produite par une glande associée au dard afin d'alerter les autres membres de la colonie. Les abeilles ainsi recrutées sortent de la ruche à la recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension...) de l'ennemi potentiel et se joignent à l'attaque. Cette réaction, bénéfique pour la colonie, peut néanmoins coûter la vie (La vie est le nom donné :) aux défenseuses lorsque leur dard s'arrache, bloqué dans la peau (La peau est un organe composé de plusieurs couches de tissus. Elle joue, entre autres, le rôle d'enveloppe protectrice du corps.) d'un mammifère.

Bien que ce comportement ait été décrit depuis longtemps, et les molécules chimiques intégrant la phéromone d'alarme aient été identifiées, les mécanismes neurophysiologiques expliquant le comportement d'attaque des abeilles restaient très mal connus. En particulier, le mode d'action de la phéromone d'alarme n'avait pas été élucidé.

Les chercheurs se sont penchés sur le rôle des amines biogènes dans le comportement défensif de l'abeille. Ces molécules ont des rôles multiples, y compris celui de neurotransmetteurs dans le système nerveux des abeilles, et sont aussi connues pour réguler l'agressivité de nombreuses espèces de vertébrés et invertébrés. Or, le possible lien entre leur régulation et une phéromone d'alarme n'était pas connu. Dans cette étude, un test comportemental a été utilisé dans lequel les abeilles peuvent choisir de piquer ou non un leurre (perçu comme menaçant) dans une petite arène circulaire. Les abeilles ont ensuite été divisées en 4 groupes selon leur comportement et la présence ou non de phéromone d'alarme lors du test, et la teneur en amines biogènes de leur cerveau analysée.

Il est ressorti de cette expérience que l'exposition à la phéromone d'alarme provoque une augmentation des niveaux de sérotonine et de dopamine dans certaines régions du cerveau (Figure). Cette augmentation, notamment celle de la sérotonine, est encore plus prononcée chez les abeilles qui ont réagi en piquant le leurre lors du test. Ce changement pourrait donc être responsable de l'agressivité accrue des abeilles.

Pour vérifier ce lien de cause à effet, les chercheurs ont ensuite artificiellement augmenté les niveaux de dopamine et de sérotonine de nouvelles abeilles, et observé leur comportement lors du test. Comme attendu, la proportion d'abeille attaquant le leurre a augmenté suite à ce traitement. A l'inverse (En mathématiques, l'inverse d'un élément x d'un ensemble muni d'une loi de composition interne · notée multiplicativement, est un élément y tel que x·y = y·x = 1, si...), les abeilles ayant reçu un bloqueur de l'action de ces molécules sont devenues moins agressives.

Ces expériences démontrent l'importance du rôle de la sérotonine et de la dopamine dans la régulation du comportement défensif de l'abeille et le contrôle de ces neurotransmetteurs par une phéromone d'alarme. Celle-ci assure la cohésion de la colonie pendant l'attaque en agissant sur les niveaux de sérotonine et dopamine des abeilles attaquantes. Ce travail dévoile ainsi pour la première fois les mécanismes neuraux sous-jacents aux attaques défensives des abeilles.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: CNRS-INSB
 
Jeudi 15 Février 2018 à 00:00:07 - Vie et Terre - 0 commentaire
» La face cachée des lésions cérébrales