Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Redbran le Lundi 19/03/2018 à 12:00
Découverte d’un nouveau supraconducteur
Des chercheurs de l’Institut de chimie de la matière condensée de Bordeaux (CNRS/Université de Bordeaux/Bordeaux INP) ont mis au point un supraconducteur, le premier représentant d'une nouvelle famille qui contient du silicium, élément non toxique, à la place des éléments toxiques habituels. Publiés dans Physical Review B, ces travaux permettront une plus large utilisation de ces supraconducteurs, par exemple dans les domaines de l’énergie ou de la médecine.


Cristal connecté à 4 fils pour la mesure de résistivité.
©Sophie Tencé

Les supraconducteurs sont des matériaux qui, en dessous d’une certaine température, possèdent la propriété exceptionnelle de conduire le courant électrique sans résistance et d’exclure tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) champ (Un champ correspond à une notion d'espace défini:) magnétique de leur intérieur (effet Meissner). Des chercheurs de l’Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for...) de chimie (La chimie est une science de la nature divisée en plusieurs spécialités, à l'instar de la physique et de la biologie avec lesquelles...) de la matière condensée de Bordeaux (CNRS/Université de Bordeaux/Bordeaux INP) ont mis au point (Graphie) une nouvelle classe de supraconducteurs sans élément toxique.

En 2008, la découverte de la supraconductivité dans des composés à base de fer (Le fer est un élément chimique, de symbole Fe et de numéro atomique 26. C'est le métal de transition et le matériau ferromagnétique le plus courant dans la vie quotidienne, sous forme pure ou d'alliages. Le...) a marqué l’émergence d’une nouvelle classe de supraconducteurs non conventionnels. Mais, jusqu’à présent, tous ces supraconducteurs à base de fer contenaient des éléments toxiques (phosphore, arsenic (L’arsenic est un élément chimique de la famille des pnictogènes, de symbole As et de numéro atomique 33, présentant des propriétés...), sélénium, tellure). Les chimistes ont synthétisé un nouveau composé chimique à base d’hydrogène et de fer, LaFeSiH, qui devient supraconducteur en dessous de 10 K (-263.15 °C). Ce supraconducteur est le premier représentant d'une nouvelle famille qui contient du silicium (Le silicium est un élément chimique de la famille des cristallogènes, de symbole Si et de numéro atomique 14.), élément non toxique, à la place des éléments listés précédemment.

Cette percée majeure ouvre une nouvelle voie de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique...) originale dans le domaine des supraconducteurs à base de fer peu coûteux et non toxiques. Une découverte intéressante pour le stockage de l’énergie, le transport (Le transport est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre, le plus souvent en utilisant des véhicules et des voies de communications (la...) du courant sans dissipation, la lévitation magnétique (trains) ou la génération de champs magnétiques intenses pour les applications médicales (IRM).


Structure cristalline du supraconducteur LaFeSiH.
Les atomes (Un atome (du grec ατομος, atomos, « que l'on ne peut diviser ») est la plus petite partie d'un corps simple pouvant se combiner chimiquement avec une autre. Il est...) de lanthane, fer, silicium et hydrogène sont représentés en gris, vert (Le vert est une couleur complémentaire correspondant à la lumière qui a une longueur d'onde comprise entre 490 et 570 nm. L'œil humain...), orange et rouge (La couleur rouge répond à différentes définitions, selon le système chromatique dont on fait usage.) respectivement.
©Sophie Tencé

Références publication:
F. Bernardini, G. Garbarino, A. Sulpice, M. Núñez-Regueiro, E. Gaudin, B. Chevalier, M. -A. Méasson, A. Cano, S. Tencé
Iron-based superconductivity extended to the novel silicide LaFeSiH
Physical Review B – Mars 2018
DOI: 10.1103/PhysRevB.97.100504

Contact chercheur:
- Sophie Tencé, ICMCB UMR5026, Université de Bordeaux, Bordeaux INP

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: CNRS-INC