Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Adrien le Mardi 10/04/2018 à 00:50
Les tornades solaires ne sont pas des tornades  !
Contre toute apparence, les «tornades solaires» ne tournent pas. C'est la conclusion des travaux menés par une équipe de chercheurs européens comprenant une astronome de l'Observatoire de Paris - PSL, et rapportée le vendredi 6 avril 2018, à la conférence European Week of Astronomy and Space Science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire Le Robert, « Ce que l'on sait pour l'avoir appris, ce que...) (EWASS) à Liverpool.

Une récente analyse des tornades solaires, structures observées à la surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois frontière physique, et...) du Soleil (Le Soleil (Sol en latin, Helios ou Ήλιος en grec) est l'étoile centrale du système solaire. Dans la classification...), gigantesques par leur taille pouvant atteindre plusieurs fois celle de la Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la plus grande et la plus...), montre que ce phénomène a été mal décrit, car observé uniquement sur des images en deux dimensions.

Le phénomène a été observé pour la première fois au début du XXe siècle, à la surface du Soleil. Plus récemment, il a été filmé de près grâce à des instruments comme AIA équipant la sonde (Une sonde spatiale est un vaisseau non habité envoyé par l'Homme pour explorer de plus près des objets du système solaire et, pour certaines, l'espace qui est...) SDO de la NASA (La National Aeronautics and Space Administration (« Administration nationale de l'aéronautique et de l'espace ») plus connue sous son...) (Solar Dynamics Observatory), mais continuait d'être appelé "tornade (Une tornade (de l'espagnol tornado, dérivé du verbe tornar, tourner) est un vortex (tourbillon) de vents extrêmement violents, prenant naissance à la base d'un nuage d'orage (cumulonimbus) lorsque les conditions de cisaillement...)" par les scientifiques, à tort.

Les films montrent en effet un plasma ( En physique, le plasma décrit un état de la matière constitué de particules chargées (d'ions et d'électrons). Le plasma quark-gluon est un plasma qui...) très chaud, visible en lumière ultra-violette, qui en apparence tourne sur lui-même en formant (Dans l'intonation, les changements de fréquence fondamentale sont perçus comme des variations de hauteur : plus la fréquence est élevée, plus la hauteur...) des structures géantes, à l'image des tornades qui surviennent sur la Terre.

Pour appréhender plus en détail ce phénomène, les scientifiques ont alors cherché à obtenir une troisième dimension (Dans le sens commun, la notion de dimension renvoie à la taille ; les dimensions d'une pièce sont sa longueur, sa largeur et sa profondeur/son épaisseur, ou bien son...), en combinant des données observationnelles, recueillies depuis plusieurs années sur différents types d'instruments au sol (Tour solaire de l'Observatoire de Paris (L'Observatoire de Paris est né du projet, en 1667, de créer un observatoire astronomique équipé de bons instruments permettant d'établir des cartes pour la navigation. Il vient en complément de...), spectrohéliographe de l'Observatoire de Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur...), télescope solaire Thémis de l'Observatoire du Teide) et dans l'espace (satellites SDO, Hinode et IRIS).

En déterminant l'effet Doppler, ils ont pu calculer la vitesse (On distingue :) du plasma (40 kilomètres par seconde) ainsi que la direction de son mouvement, sa température et sa densité. Ils sont ainsi parvenus à "reconstruire" la structure magnétique complète qui soutient ces masses géantes. Ils en ont déduit qu'il s'agissait de structures bien connues par ailleurs et étudiées sous le nom de "protubérances".


Image composite d'une protubérance
Image composite d'une protubérance observée le 15 Juillet 2014 montrant en vert (Le vert est une couleur complémentaire correspondant à la lumière qui a une longueur d'onde comprise entre 490 et 570 nm. L'œil humain possède un récepteur, appelé...) les observations (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude appropriés. Le plaisir...) coronales de EIS, en rouge (La couleur rouge répond à différentes définitions, selon le système chromatique dont on fait usage.) celles en UV de IRIS et en bleue celles de Hinode/SOT (plasma à 10 000 degrés). Les contours blancs localisent les tornades dans l'image faite en He D3 par THEMIS. Le fond de l'mage en gris est donné par l'instrument SDO/AIA observant le plasma à 100 000 degréscrédits: droits réservés

Les tornades géantes solaires, désormais rebaptisées "protubérances en tornade",ont été observées pour la première fois sur le Soleil il y a environ un siècle. Elles avaient ainsi été nommées en raison du mouvement apparent de leur rotation, semblable à celui des tornades terrestres, mais cette perception était erronée. De fait, la comparaison avec des tornades terrestres s'avère abusive. Alors que celles-ci sont provoquées par des vents intenses, les protubérances-tornades solaires se forment à partir de gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendants. Dans l’état gazeux, la matière n'a pas de forme propre ni de volume propre : un gaz tend à occuper...) magnétisés enracinés sous la surface du Soleil, sans déplacement. Ce sont en fait les pieds des protubérances.

«Pour une fois, la réalité est beaucoup plus simple que ce que l'on a cru observer», commente Brigitte Schmieder, astronome (Un astronome est un scientifique spécialisé dans l'étude de l'astronomie.) de l'Observatoire de Paris - PSL.

« Nous voyons qu'en dépit de l'apparence verticale (La verticale est une droite parallèle à la direction de la pesanteur, donnée notamment par le fil à plomb.) des tornades et des protubérances au bord du Soleil, le champ (Un champ correspond à une notion d'espace défini:) magnétique qui les soutient n'est pas vertical (Le vertical (rare), ou style vertical, est un style d’écriture musicale consistant en accords plaqués.), comme il semblait, mais horizontal (Horizontal est une orientation parallèle à l'horizon, et perpendiculaire à la verticale. Une ligne horizontale va « de la gauche vers la droite » ou vice versa.), parallèle au bord du Soleil. Leur apparente verticalité est un effet dû à la projection (La projection cartographique est un ensemble de techniques permettant de représenter la surface de la Terre dans son ensemble ou en partie sur la surface plane d'une carte.) de toutes les structures sur le plan du ciel (Le ciel est l'atmosphère de la Terre telle qu'elle est vue depuis le sol de la planète.).'' explique Nicolas Labrosse, chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier de chercheur tant...) à l'Université de Glasgow (School of Physics and Astronomy).

«Cet effet est similaire aux trainées d'un avion (Un avion, selon la définition officielle de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), est un aéronef plus lourd que l'air, entraîné par un organe moteur (dans le cas d'un...) laissées dans le ciel. Si l'avion vole toujours à la même altitude (L'altitude est l'élévation verticale d'un lieu ou d'un objet par rapport à un niveau de base. C'est une des composantes géographique et biogéographique qui explique la répartition de la...), sa trainée semble s'interrompre sur la ligne d'horizon (Conceptuellement, l’horizon est la limite de ce que l'on peut observer, du fait de sa propre position ou situation. Ce concept simple se décline en physique, philosophie, littérature, et bien d'autres...). Cela ne veut pas pour autant dire que l'avion s'est écrasé au sol.», précise Arturo López Ariste, chercheur CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français (EPST).) à l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter...) de Recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche...) en Astrophysique (L’astrophysique (du grec astro = astre et physiqui = physique) est une branche interdisciplinaire de l'astronomie qui concerne principalement la physique et l'étude des propriétés des objets de...) et Planétologie (Université de Toulouse).

« Ces protubérances-tornades peuvent être stables pendant plusieurs jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son...) et mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.), avant d'exploser et de provoquer des éjections de masse (Le terme masse est utilisé pour désigner deux grandeurs attachées à un corps : l'une quantifie l'inertie du corps (la masse inerte) et l'autre la contribution du corps à la force de gravitation...) coronale dont les conséquences dans l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques...) terrestre sont connues au titre de la météorologie spatiale», souligne Brigitte Schmieder. «Elles peuvent entrainer des perturbations dans les centrales électriques, les satellites (Satellite peut faire référence à :) et les réseaux de communications sur Terre».

Références

Le résultat de ces travaux a fait l'objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut être...) d'un ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme un tout »,...) de cinq publications:
- B. Schmieder, M.Zapior, A. Lopez Ariste, P. Levens, N. Labrosse, R. Gravet, "Reconstruction of a helical prominence in 3D from IRIS spectra and images"; A&A, 606, A30 (2017)
- B. Schmieder, P. Mein, N. Mein, P. Levens, A. Lopez Ariste, N. Labrosse, L. Ofman, "H alpha Doppler shifts in a tornado in the solar corona"; A&A, 597, 109 (2017)
- P. Levens, B. Schmieder, N. Labrosse, A. Lopez Ariste, "Structure of prominence legs: plasma and magnetic fields"; ApJ, 818, 31 (2016)
- P. Levens, B. Schmieder, A. Lopez Ariste, N. Labrosse, K. Dalmasse, B. Gelly, "Magnetic field in atypical prominences: Bubble, tornado and eruption"; ApJ, 826, 164 (2016)
- P. Levens, N. Labrosse, B. Schmieder, A. Lopez Ariste, L. Fletcher, "Comparison between UV/EUV line parameters and magnetic field parameters in a quiescent prominence with tornadoes"; A&A, 607, A16 (2017)

L'équipe européenne comprend

- Nicolas Labrosse, SUPA, School of Physics and Astronomy, University of Glasgow, UK
- Dr Peter Levens, SUPA, School of Physics and Astronomy, University of Glasgow, UK
- Dr Arturo López Ariste, Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie, Université de Toulouse, CNRS, CNES, France
- Dr Brigitte Schmieder, LESIA, Observatoire de Paris, PSL Research University, CNRS, Sorbonne (La Sorbonne est un complexe monumental du Quartier latin de Paris. Elle tire son nom du théologien du XIIIe siècle Robert de Sorbon, le fondateur du collège de Sorbonne,...) Universités, UPMC Univ. Paris 06, Univ. Paris-Diderot, Sorbonne Paris Cité, Meudon, France
- Dr Maciej Zapiór, Astronomical Institute, Academy of Sciences of the Czech Republic, Ond?ejov, Czech Republic

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS