Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Adrien le Jeudi 03/05/2018 à 00:00
Les gènes impliqués dans l'infertilité masculine et féminine se dévoilent
L'équipe Génétique, Épigénétique et Thérapies de l'infertilité de l'Institut pour l'Avancée des Biosciences (IAB / CNRS UMR 5309) vient de découvrir 4 nouveaux gènes impliqués dans l'infertilité. Ces travaux ont été publiés dans 3 journaux, Nature Communication le 15 février, American Journal of Human genetics le 5 avril et EMBO Molecular Medicine le 16 avril 2018.


Figure: A. Modèle d'infertilité masculine. B. modèle d'infertilité féminine
© Christophe Arnoult, & Creative Commons

L'infertilité constitue actuellement un problème de santé publique majeur avec une incidence qui est en augmentation importante. Elle touche actuellement plus de 15% des couples dans les pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine. Comme la civitas qui subsiste le plus...) développés et 1 couple sur 7 consultent pour des problèmes de reproduction (source: Organisation (Une organisation est) Mondiale de la Santé). En France, de 10 % à 15 % de la population est concernée par l'infertilité et 50 000 à 60 000 couples consultent un spécialiste chaque année (source: Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for...) national de la Santé et de la Recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche...) Médicale) et 1 couple sur 2 sort du parcours de Procréation Médicalement Assistée (PMA) sans enfant. Afin de mieux répondre à cette problématique et de proposer de nouvelles stratégies thérapeutiques, il est nécessaire d'améliorer nos connaissances sur les causes de cette pathologie (La pathologie, terme provenant du Grec ancien, est littéralement le discours, la rationalité (λογία logos) sur la souffrance...) et de comprendre les mécanismes moléculaires impliqués.

Dans le cadre d'un travail collaboratif (Le travail est souvent naturellement collectif et collaboratif, c'est-à-dire qu'il fait interagir plusieurs acteurs pour la réalisation de tâches...) avec l'équipe du Dr A. Touré (Institut Cochin- CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français (EPST).) UMR 8104 & INSERM U1016, Paris) du Dr M. Bonhivers (Unité fondamentale (En musique, le mot fondamentale peut renvoyer à plusieurs sens.) Microbiologie (La microbiologie est la science qui étudie les micro-organismes (ou microorganismes).) et pathologie de Bordeaux CNRS UMR 5234), de l'équipe du Pr H. Zhao (Johns Hopkins University, Baltimore USA) et du Dr R. Zouari (Clinique des Jasmins, Tunis, Tunisie), L'équipe grenobloise du Dr. Christophe ARNOULT, Directeur de recherche au CNRS et du Pr. Pierre RAY, PUPH au CHU Grenoble Alpes, a découvert 3 nouveaux gènes impliqués dans l'infertilité masculine et 1 gène impliqué dans l'infertilité féminine grâce au séquençage à haut débit du génome appliquées à la reproduction (La Reproduction. Eléments pour une théorie du système d'enseignement est un ouvrage de sociologie co-écrit par Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron paru en 1970...).

Dans le cas de l'infertilité masculine, ils ont mis en évidence de nouveaux acteurs physiologiques spermatiques permettant la compréhension fine de l'agencement des éléments subcellulaires du flagelle (Le flagelle est génériquement un organite assurant la mobilité d'une cellule. Les procaryotes et les eucaryotes ont développé ce type d'organelle sur des principes architecturaux et fonctionnels très...). Les protéines codées par les gènes CFAP 43,44, et 69 sont des pièces essentielles de la structure du flagelle des spermatozoïdes. En absence de ces éléments, la croissance du flagelle est largement défectueuse et aboutit à des spermatozoïdes avec un flagelle absent ou cours et de calibre irrégulier. Ces spermatozoïdes sont immobiles et non fécondant, entrainant une infertilité totale des hommes portant des mutations délétères sur ces gènes. Ces travaux montrent la complexité moléculaire du flagelle des spermatozoïdes, mais aussi des parasites flagellés, qui présentent une très forte homologie dans les protéines du flagelle.

Dans le cas de l'infertilité féminine, l'équipe a découvert un nouveau gène de contrôle de la maturité ovocytaire. Le gène PATL2 code pour une protéine essentielle à la maturation des ovocytes et l'absence de la protéine PATL2 empêche les ovocytes de progresser au-delà du stade (Un stade (du grec ancien στ?διον stadion, du verbe ?στημι istêmi, « se tenir droit et...) « vésicule germinale » (VG). Contrairement aux femmes fertiles qui ovulent des ovocytes matures (stade M2) et fécondables, les ovocytes VG immatures ne sont pas fécondables et les femmes porteuses de délétions délétères sur le gène PALT2 sont infertiles. L'absence de ce gène dérégule l'expression du génome de l'ovocyte (L'ovocyte est la cellule sexuelle femelle des métazoaires. Seuls quelques-uns évolueront en ovules après maturation.) entrainant un blocage de sa maturation et l'impossibilité pour ce dernier d'être fécondé.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: CNRS-INSB