Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Michel le Samedi 01/07/2006 à 00:00
Les fourmis « comptent » leurs pas pour retrouver leur chemin !
Selon une nouvelle étude, les fourmis de désert possèderaient un système interne, une sorte de podomètre, qui leur permettrait de se souvenir du nombre de pas qu’elles effectuent. Les insectes semblent se baser sur ce système pour retrouver leur chemin vers la fourmilière après avoir vagabondé. D'autres insectes (Insectes est une revue francophone d'écologie et d'entomologie destinée à un large public d'amateurs et de naturalistes. Produite par l'Office pour les insectes...) pourraient également posséder un système équivalent.

Certains types de fourmis semblent utiliser des indicateurs visuels ou laisser des traces (TRACES (TRAde Control and Expert System) est un réseau vétérinaire sanitaire de certification et de notification basé sur internet sous la responsabilité de la Commission...) odorantes pour retrouver leur chemin vers le nid (Le nid désigne généralement la structure construite par les oiseaux pour contenir leurs œufs et fournir un premier abri à leur progéniture. Les nids...). Mais les fourmis de désert ont une capacité remarquable de retracer leurs parcours depuis leur site de reproduction alors qu'elles se déplacent sur un terrain plat exempt de repères, et où toutes les odeurs s’évanouissent rapidement du fait des températures très chaudes.


Les fourmis sur échasses font de plus longs pas
que leurs consoeurs non équipées
Cliquer sur l’image pour visualiser une vidéo

Précédemment, des chercheurs avaient trouvé des preuves que les fourmis utilisent la position du Soleil (Le Soleil (Sol en latin, Helios ou Ήλιος en grec) est l'étoile centrale du système solaire. Dans la...) comme une boussole (Une boussole est un instrument de navigation constitué d’une aiguille magnétisée qui s’aligne sur le champ magnétique de la Terre. Elle indique ainsi le...). Cependant, comme le font remarquer Harald Wolf et son équipe de l'université d'Ulm en Allemagne, pour utiliser un tel instrument, les fourmis de désert auraient besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est souvent fait un classement des besoins humains en trois grandes...) d'un moyen de mesurer les distances.

Erreurs d’appréciation

Les chercheurs se sont intéressés à ce mystère en étudiant les fourmis sahariennes (Cataglyphis fortis): si la longueur (La longueur d’un objet est la distance entre ses deux extrémités les plus éloignées. Lorsque l’objet est filiforme ou en forme de lacet, sa longueur est celle de l’objet complètement...) des pattes des insectes était raccourcie, ceux-ci avaient toutes les peines du monde (Le mot monde peut désigner :) à retrouver leur chemin. Ils ont alors décidé de mesurer de combien les fourmis modifiées sous- ou sur- estimaient les distances. En premier lieu, les fourmis normales ont appris à apprécier la distance entre leur fourmilière et une source de nourriture, séparés par un tuyau en aluminium (L'aluminium est un élément chimique, de symbole Al et de numéro atomique 13. C’est un élément important sur la Terre avec...) de 10 mètres de long.

Après un certain temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.), les fourmis ont été retirées de la source de nourriture et temporairement immobilisées dans un matériau cireux. Les scientifiques ont ensuite coupé environ 1 millimètre des extrémités des pattes de quelques uns des insectes ou au contraire fixé des "échasses" de 1 millimètre faites de brins légers, aux pattes de quelques autres. Les fourmis ont été alors replacées sur le site de nourriture et donc autorisées à retourner vers leur nid, mais le long d'un autre tuyau en aluminium, qui n'était pas relié à ce nid.

Les chercheurs ont alors constaté que les fourmis sur échasses se sont déplacées une fois et demi plus loin que la distance normale et ont ensuite commencé à rechercher dans les deux sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine. Par une...) l’accès à la fourmilière. Les fourmis aux pattes raccourcies, par contre, ont commencé cette recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances...) dans les deux sens dans le tuyau après un déplacement, en moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres de l'ensemble...), de seulement la moitié de la distance normale au nid.

Un système interne

Wolf indique que ces résultats prouvent que les fourmis possèdent un système interne qui maintient d’une façon ou d’une autre le nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de pas qu’elles ont effectuées, mais il précise évidemment que les insectes ne savent probablement pas réellement "compter". Il soupçonne que ce compteur automatique (L'automatique fait partie des sciences de l'ingénieur. Cette discipline traite de la modélisation, de l'analyse, de la commande et, de la régulation des systèmes dynamiques. Elle a pour fondements théoriques...) de pas fait partie de leur système nerveux et qu'il se « remet à zéro » à chaque fois que les insectes reviennent à la fourmilière.

Le fait que les fourmis dont les pattes avaient été modifiées aient de nouveau correctement estimé la distance après un certain temps d'adaptation à leur nouvelle longueur, conforte les hypothèses du scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes...). Deborah Gordon, l’experte en fourmis de l’université de Stanford en Californie, trouve ces nouveaux travaux "très passionnants". « J’espère qu’ils en amèneront d'autres afin de savoir si ce comportement est général parmi les 10 à 12.000 espèces de fourmis", ajoute-t-elle.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: New Scientist
Illustration: Science