Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Samedi 24/02/2007 à 00:00
Rien ne peut interrompre les changements climatiques à court terme
Selon un groupe de spécialistes de divers pays, les conséquences sur la surface terrestre, sur les océans et sur l'atmosphère du réchauffement de la Terre imputable à l'augmentation des émissions de gaz à effet de serre sont telles qu'il faudra attendre plusieurs décennies avant qu'une réduction de ces émissions ait de l'effet.

Le 8 février, certains des auteurs du dernier rapport en date du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (Le climat correspond à la distribution statistique des conditions atmosphériques dans une région donnée pendant une période de temps donnée. Il se distingue de la météorologie qui désigne...) (GIEC), groupe qui a pour mission d'évaluer les changements climatiques tous les cinq ans, ont fait part de leurs conclusions devant la commission des sciences et de la technologie (Le mot technologie possède deux acceptions de fait :) de la Chambre des représentants.

"En somme, pour utiliser une analogie médicale, le GIEC a procédé au diagnostic (Le diagnostic (du grec δι?γνωση, diágnosi, à partir de δια-, dia-, „par,...) des signes vitaux de la planète Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse...) (...) et ce que nous avons découvert, c'est que la planète a de la fièvre et que son état pourrait bien empirer", a dit l'un des auteurs du rapport, M. Kevin Trenberth, du Centre national de la recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique...) atmosphérique des États-Unis.

Des rapports alarmants

Ce sont l'Organisation (Une organisation est) météorologique mondiale (OMM) et le Programme des Nations unies pour l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine....) (PNUE) qui ont établi le GIEC, dont peuvent faire partie tous les pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine. Comme la civitas qui subsiste le...) membres de l'ONU et de l'OMM. Ses rapports, déjà publiés en 1990, 1995 et 2001 et auxquels des centaines de climatologues du monde (Le mot monde peut désigner :) entier apportent leurs contributions, donnent un bon aperçu des connaissances actuelles de l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme prépubère est appelé...) en matière de climatologie et de changements climatiques.

Ces rapports reposent sur les conclusions des trois groupes de travail du GIEC et d'une équipe spéciale:

- le Groupe de travail I, qui évalue les aspects scientifiques du système climatique et de l'évolution du climat ;

- le Groupe de travail II, qui s'occupe des questions concernant la vulnérabilité des systèmes socio-économiques et naturels aux changements climatiques, les conséquences négatives et positives de ces changements et les possibilités de s'y adapter ;

- le Groupe de travail III, qui évalue les solutions envisageables pour limiter les émissions de gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendants. Dans l’état gazeux, la matière n'a pas de forme propre ni de volume...) à effet de serre (L'effet de serre est un processus naturel qui, pour une absorption donnée d'énergie électromagnétique, provenant du Soleil (dans le...) ou atténuer les changements climatiques ;

- l'équipe spéciale pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre (Une serre est une structure généralement close destinée à la production agricole. Elle vise à soustraire aux éléments climatiques les cultures produites pour...), qui est chargée de mettre en oeuvre le Programme du GIEC dans ce domaine.

Les données et leurs lacunes

Les principaux auteurs du rapport ont résumé leurs conclusions pour les membres de la commission parlementaire. Selon eux, les preuves de changements discernables et réguliers sont de plus en plus nombreuses. Elles comprennent l'augmentation des moyennes mondiales de la température de l'air (L'air est le mélange de gaz constituant l'atmosphère de la Terre. Il est inodore et incolore. Du fait de la diminution de la pression de l'air...) et des températures atmosphériques, des températures à la surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois frontière...) des eaux de mer (Le terme de mer recouvre plusieurs réalités.) et en faible profondeur, la fonte généralisée des neiges, la diminution de l'étendue et de l'épaisseur des banquises, la réduction de l'étendue et de la masse (Le terme masse est utilisé pour désigner deux grandeurs attachées à un corps : l'une quantifie l'inertie du corps (la masse inerte) et l'autre la contribution du corps à la force...) des glaciers et des petites calottes glaciaires et l'élévation à l'échelle mondiale du niveau des mers.

On comprend de mieux en mieux les phénomènes qui influencent les changements climatiques, car les données dont on dispose sont de plus en plus précises et couvrent des zones géographiques de plus en plus vastes, a précisé M. Trenberth.

De l'avis (Anderlik-Varga-Iskola-Sport (Anderlik-Varga-Ecole-Sport) fut utilisé pour désigner un projet hongrois de monoplace de sport derrière...) de Mme Susan Solomon, du laboratoire de recherche sur le système terrestre de l'Administration nationale des études océanographique et atmosphérique (NOAA), le réchauffement de la Terre va se poursuivre à court terme "même si l'on parvient à stabiliser les émissions de gaz à effet de serre au niveau actuel au lieu de continuer à les augmenter".

La plus grande incertitude est liée aux calottes glaciaires du Groenland (Le Groenland (prononcez /gʁɔɛn.lɑ̃d/, écrit Groënland dans la graphie française d'avant 1850, Grønland en danois (« terre verte »),...) et de l'Antarctique (L'Antarctique (prononcé [ɑ̃.taʁk.tik] Écouter) est le continent le plus méridional de la Terre. Situé au...), dont la fonte pourrait beaucoup changer le niveau des mers.

Epaisse de quelques 3,2 kilomètres, une calotte glaciaire est une couche de neige (La neige est une forme de précipitation, constituée de glace cristallisée et agglomérée en flocons pouvant être ramifiés d'une infinité de façons. Puisque les flocons sont composés de petites...) à l'échelle continentale comprimée et transformée en glace (La glace est de l'eau à l'état solide.) sous son propre poids (Le poids est la force de pesanteur, d'origine gravitationnelle et inertielle, exercée par la Terre sur un corps massique en raison uniquement du voisinage de la...) et qui s'étend. Du fait de son expansion, les bordures de la calotte s'amincissent, forment la banquise (La banquise est une étendue de mer gelée. Elle se forme durant l'hiver polaire, lorsque la température de l'eau de mer descend en dessous de...) et finissent par casser, donnant les icebergs, a expliqué l'un des co-auteurs du rapport, M. Richard Alley, de l'université de l'État de Pennsylvanie.


Iceberg géant de près de 120 km qui s’est brisé dans la Mer de Ross en mars 2000

Lorsque les températures montent, la partie inférieure des banquises, déjà en contact avec la mer, peut fondre très facilement, phénomène que les scientifiques ne comprennent pas encore très bien.

"Le nouveau rapport fait état d'une meilleure compréhension de nombreux aspects du réchauffement et de la diminution des couches de glace, mais il s'est produit des changements inattendus dans les fluctuations qui interviennent dans la glace pour lesquelles nous ne disposons pas de données scientifiques permettant de faire des prévisions exactes", a déclaré M. Alley.

Il est important de combler cette lacune, a indiqué l'un des chercheurs en chef du Centre national de la recherche atmosphérique, M. Gerald Meehl, car "une élévation supplémentaire du niveau des mers due à la fonte des glaces polaires pourrait ajouter, d'ici à la fin du XXIe siècle, de 10 à 20 cm aux prévisions maximales (60 cm), et on ne peut pas exclure une élévation encore plus forte du niveau des mers à l'avenir".

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: flashespace.com
Illustrations: NASA et ESA