Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Gearbest Page Spécial sur les nouveaux clients, Grande Réduction @GearBest! promotion
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Michel le Dimanche 10/06/2007 à 00:00
Découverte de parures vieilles de 82 000 ans
La découverte de petits coquillages marins perforés, dans la grotte des Pigeons à Taforalt (Maroc oriental), a mis en évidence une utilisation plus ancienne que prévu des objets de parure dans le nord de l'Afrique. Datant de 82 000 ans, ces ornements figurent parmi les plus anciens au monde (Le mot monde peut désigner :). Sachant que ces objets sont, avec l'art, les sépultures et l'utilisation de pigments, parmi les indices les plus concluants de l'acquisition (En général l'acquisition est l'action qui consiste à obtenir une information ou à acquérir un bien.) d'une pensée symbolique et de capacités cognitives modernes, cette étude amène les chercheurs à réviser leurs thèses sur l'origine de l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme...) moderne. Publiée dans la revue PNAS le 4 juin, elle a été menée par une équipe pluridisciplinaire composée de chercheurs du CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français (EPST).), en collaboration avec des scientifiques marocains, britanniques, australiens et allemands.


Nassarius gibbosulus de la Grotte des Pigeons, Taforalt, Maroc

Bien longtemps, il a été admis que les plus anciennes parures, alors datées autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent au genre Accipiter, soit...) de 40 000 ans, provenaient d'Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité occidentale du continent eurasiatique, voire comme une des...) et du Proche-Orient (Le Proche-Orient est une région d'Asie et d'Afrique comprenant les pays du sud-est du bassin Levantin (mer Méditerranée). On l'englobe souvent dans le...). Mais, depuis la découverte, en Afrique (D’une superficie de 30 221 532 km2 en incluant les îles, l’Afrique est un continent couvrant 6 % de la surface terrestre...) du Sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.), de parures et d'ocres gravées âgés de 75 000 ans, cette idée est remise en cause. Surtout avec la mise au jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le...) récente au Maroc, de parures remontant à de plus de 80 000 ans. Ces découvertes sont autant d'indices d'une culture (La définition que donne l'UNESCO de la culture est la suivante [1] :) matérielle symbolique beaucoup plus ancienne en Afrique qu'en Europe.

Datées de 82 000 ans, les parures exhumées par les archéologues dans la grotte des Pigeons à Taforalt (nord-est du Maroc) sont composées de 13 coquillages appartenant à l'espèce (Dans les sciences du vivant, l’espèce (du latin species, « type » ou « apparence ») est le taxon de base de la systématique. L'espèce est un concept flou dont il existe une multitude de...) Nassarius gibbosulus. Délibérément perforés, ces objets sont encore, pour certains, recouverts d'ocre rouge (La couleur rouge répond à différentes définitions, selon le système chromatique dont on fait usage.). Ils ont été découverts dans des restes de foyers, associés à d'abondantes traces (TRACES (TRAde Control and Expert System) est un réseau vétérinaire sanitaire de certification et de notification basé sur internet sous la...) d'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) humaine, sous la forme d'outils lithiques et d'ossements d'animaux (1). Ces mollusques proviennent d'une séquence stratigraphique (2) formée de sédiments cendreux. Sa datation, opérée de manière indépendante par deux laboratoires employant quatre techniques différentes, a confirmé un âge de 82 000 ans.

Sous la direction d'Abdeljalil Bouzouggar, chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier de chercheur tant les domaines de recherche sont...) à l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter...) national des sciences de l'archéologie et du patrimoine (INSAP, Maroc) et de Nick Barton de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux États-Unis, au moment où les...) britannique d'Oxford, une équipe multidisciplinaire mène une étude approfondie de ce site depuis cinq ans. Ont été particulièrement impliqués dans l'étude de ces coquillages, deux chercheurs du CNRS, Marian Vanhaeren et Francesco d'Errico qui ont ainsi révélé que les coquillages avaient été ramassés morts, sur les plages marocaines, qui, à cette époque, étaient situées à plus de 40 km de la grotte des Pigeons. Tenant compte de l'éloignement de la côte à cette période et de la comparaison avec les altérations naturelles de coquillages de la même espèce échoués sur les plages actuelles, les deux scientifiques en ont déduit que l'homme préhistorique avait choisi, transporté et très probablement perforé puis coloré en rouge ces coquillages pour une utilisation symbolique. De plus, certains coquillages montrent des traces d'usure, ce qui suggère qu'ils étaient durablement employés comme parure: ils étaient très certainement suspendus en colliers ou en bracelets ou bien cousus sur des vêtements.

Remarquant que ces parures appartiennent à la même espèce de coquillages et portent le même type de perforation que celles issues des sites paléolithiques de Skhul en Israël (3) et de Oued Djebbana en Algérie (4), Marian Vanhaeren et Francesco d'Errico confirment ainsi la validité de ces deux découvertes. Tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) semble donc indiquer qu'il y a 80 000 ans, les populations de la Méditerranée orientale et méridionale partageaient les mêmes traditions symboliques. D'autres sites marocains, encore inédits, confirmeraient l'utilisation des Nassarius gibbosulus à cette époque.

Par ailleurs, les deux chercheurs observent une différence remarquable entre les plus anciennes parures d'Afrique et du Proche-Orient d'une part, et de l'Eurasie d'autre part. Au contraire de l'Afrique et du Proche-Orient où ne figurent qu'un ou deux types de coquillages, en Eurasie, dès le début du Paléolithique supérieur, ces objets sont caractérisés par des dizaines, voire des centaines de types différents.


Notes:

(1) Parmi les outils lithiques associés aux coquillages, figurent des pointes bifaciales typiques de la culture (La Culture est une civilisation pan-galactique inventée par Iain M. Banks au travers de ses romans et nouvelles de science-fiction. Décrite avec beaucoup de précision et de...) Atérienne du Nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.) de l'Afrique. Elles furent probablement utilisées comme pointes de lance. Les restes d'animaux, quant à eux, correspondent à des déchets alimentaires et sont attribués, pour l'essentiel, à des chevaux sauvages et des lièvres.

(2) On appelle séquence stratigraphique, l'agencement des strates.

(3) Ces parures ont été attribuées par ces mêmes auteurs aux couches archéologiques du site datées de 100 000 ans sur la base d'analyses géochimiques des concrétions adhérentes aux coquillages. Toutefois, l'ancienneté des fouilles (effectuées dans les années 30) n'a pas permis de prouver de façon formelle la provenance stratigraphique de ces objets. Cette étude a donné lieu à une publication dans Science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire Le Robert, « Ce que l'on sait pour l'avoir appris, ce que l'on tient pour vrai au sens large. L'ensemble de...) en juin 2006.

(4) Issu d'une couche archéologique de plus de 40 000 ans, le coquillage recueilli sur ce site a été daté grâce aux outils lithiques retrouvés sur ce même lieu: cet outillage est caractéristique de l'époque s'étalant de 60 000 à 90 000 ans avant notre ère.


Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: CNRS
Illustrations © Marian Vanhaeren & Francesco d'Errico / CNRS 2007