Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Michel le Jeudi 27/09/2007 à 00:00
Les microbes s’endurcissent dans l'espace
Alors qu’il semble que le corps humain s’affaiblisse lors d’un séjour spatial prolongé, une expérience vient de montrer que des microbes dangereux deviennent plus résistants dans l’espace, et représentent à leur retour sur Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes....) une menace infectieuse plus importante.

Une colonie de Salmonella typhimurium, responsables de bien des intoxications alimentaires, avait été embarquée sur la navette spatiale Atlantis (La navette spatiale Atlantis (Orbital Vehicle-104 ou OV-104) est une navette spatiale appartenant à la NASA américaine. Elle fut la quatrième navette opérationnelle...) l'année dernière. Les bactéries sont rentrées sur Terre avec un potentiel infectieux multiplié par trois.

La découverte a été faite par des chercheurs de l'université de l'Arizona. En septembre 2006, une expérience spéciale était incluse à la mission STS-115 d’Atlantis. Les bactéries étaient placées dans trois conteneurs étanches. Dans le même temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.), une expérience de contrôle était réalisée sur Terre, reproduisant toutes les conditions de température, d’humidité et de manipulations de l’expérience spatiale.

Les microbes ont été activés en les insérant dans une chambre spéciale de croissance contenant les aliments nécessaires à leur multiplication (La multiplication est l'une des quatre opérations de l'arithmétique élémentaire avec l'addition, la soustraction et la division .). Ils se sont développés pendant 24 heures (L'heure est une unité de mesure  :), puis l'astronaute (Un astronaute est le nom donné à une personne qui voyage ou ayant voyagé dans l'espace. Le terme désigne généralement un professionnel,...) Heidemarie M. Stefanyshyn-Piper a stoppé leur prolifération par un procédé chimique qui les a préservés. Un autre groupe de bactéries continuait à se développer et à se multiplier.

Une fois les bactéries de retour sur Terre, les chercheurs ont mesuré leur virulence (La virulence désigne le caractère pathogène, nocif et violent d'un micro-organisme (bactérie ou champignon). La virulence d'un pathogène létal est facilement mesurable mais...). Ils ont constaté que les bactéries « spatiales » avaient modifié l'expression de 167 de leurs gènes et étaient devenues trois fois plus susceptibles de provoquer une maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.) que les bactéries restées sur Terre.

Les scientifiques ne sont pas certains de savoir expliquer le phénomène. Une protéine nommée Hfq, jouant un rôle dans la régulation des ARN, pourrait avoir provoqué des réponses cellulaires différentes dans les conditions physiques et mécaniques du vol spatial (Constantin Tsiolkovski (1857-1935) est considéré comme le père du vol spatial. Dès la fin du XIXe siècle, il décrit les technologies...).

La découverte des chercheurs est alarmante mais possède son bon coté. La salmonelle est une espèce particulièrement malveillante de bactérie. Comprendre comment la bactérie a réagi au vol spatial devrait fournir aux scientifiques de précieuses indications sur ses méthodes de multiplication et de production de sa dangereuse toxine (Une toxine est une substance toxique pour un ou plusieurs organismes vivants. Le Petit Larousse de 2009, toutefois, définit la toxine comme une...).

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Universe Today & ASU News Release
Illustration: Wikipedia