Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Vendredi 19/10/2007 à 00:13
Une mutation génétique régulant le métabolisme énergétique
Des chercheurs de l'Université d'Ottawa ont découvert une mutation génétique, qui pourrait être impliquée dans la régulation des niveaux d'énergie à l'intérieur du corps humain.

Cette étude, réalisée à l'Hôpital général d'Ottawa et publiée dans le journal PLoS ONE (PLoS One est une revue scientifique exclusivement en ligne couvrant tous les domaines de la biologie et de la médecine sans distinction, qui a été lancée à fin 2006. Un des objectifs de...), a porté sur le gène activant l'AMPK, protéine kinase activée par des agents mitogènes. Cette dernière, contrôle la quantité d'énergie contenue dans nos cellules en s'activant lorsque nos réserves diminuent, comme, par exemple, au cours d'un exercice physique (L'exercice physique est une activité physique pratiquée en principe régulièrement par un être humain pour entretenir sa santé, sa condition physique....). La mutation, retrouvée chez des membres de deux familles sans lien de parenté, a entraîné un redoublement d'activité de l'AMPK au niveau musculaire en période de repos, imitant ainsi un état d'activité physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un sens général et ancien, la physique...).


Représentation d'une section de la double hélice d'ADN

L'équipe, dirigée par les docteurs Mary-Ellen Harper, Robert Dent (Une dent est un organe enveloppé d'os, dur, blanchâtre, généralement composé d'une couronne libre et d'une ou plusieurs racines implantées dans la cavité...) et Ruth McPherson, en collaboration avec des chercheurs de l'Université Berkeley en Californie, a également trouvé que la mutation produit une diminution du gras emmagasiné dans les muscles, de même qu'une augmentation du glycogène musculaire. Cette découverte a donc des répercussions sur le traitement du diabète de type 2, car des niveaux de gras élevés emmagasinés dans les muscles ont été associés à la résistance à l'insuline (L'insuline (du latin insula, île) est une hormone peptidique sécrétée par les cellules β des îlots de Langerhans du pancréas. Elle a, avec le glucagon, un rôle majeur dans la...).

Les résultats sont également très intéressants pour les physiologistes de l'exercice (l'augmentation du glycogène musculaire augmente la capacité d'une personne à effectuer des exercices d'endurance) ainsi que pour l'industrie pharmaceutique (L'industrie pharmaceutique est le secteur économique qui regroupe les activités de recherche, de fabrication et de commercialisation des médicaments pour la médecine humaine ou vétérinaire. C'est une...) (la metformine, par exemple, est un médicament qui a pour effet d'augmenter l'activité de l'AMPK et couramment utilisé pour prévenir et traiter le diabète).

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: BE Canada numéro 322 (25/09/2007) - Ambassade de France au Canada / ADIT
 
Jeudi 23 Novembre 2017 à 00:00:06 - Vie et Terre - 0 commentaire
» Un bon odorat pour une bonne croissance
Mardi 21 Novembre 2017 à 12:00:21 - Physique - 0 commentaire
» Photosynthèse: de l’huile dans les rouages