Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Michel le Mercredi 12/12/2007 à 00:00
Il nous manque aussi de la matière normale dans l’Univers
On sait que quatre-vingt-quinze pour cent de l’Univers est inconnu des astronomes. Selon des théories actuelles, celui-ci serait constitué de 70% d’énergie sombre, 25% de matière noire, et de seulement 5% de matière normale. Mais ce n’est pas tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) ! Les astronomes ne peuvent réellement expliquer qu’environ 60% de cette matière normale (hydrogène, hélium et éléments plus lourds): pratiquement la moitié de cette matière est également manquante !

Si l’on fait le compte, on ne connaît qu’un peu moins de 2,5% de l’Univers (L'Univers est l'ensemble de tout ce qui existe et les lois qui le régissent.). C’est peu !

Des chercheurs de l'université de Boulder dans le Colorado ont utilisé un super calculateur du centre informatique (L´informatique - contraction d´information et automatique - est le domaine d'activité scientifique, technique et industriel en rapport avec le traitement...) de San Diego pour essayer de déterminer où cette masse (Le terme masse est utilisé pour désigner deux grandeurs attachées à un corps : l'une quantifie l'inertie du corps (la masse...) manquante pouvait bien se cacher, et ils pensent avoir trouvé où la chercher.

Le scientifiques ont réalisé une simulation d’un énorme morceau d'univers, d’un milliard (Un milliard (1 000 000 000) est l'entier naturel qui suit neuf cent quatre-vingt-dix-neuf millions neuf cent quatre-vingt-dix-neuf mille neuf cent quatre-vingt-dix-neuf...) et demi d’années-lumière de coté. A l’intérieur de ce gros bloc, ils ont observé qu'une grande partie du gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendants. Dans l’état gazeux, la...) cosmique se façonnait en un réseau embrouillé de filaments s'étendant sur des centaines de million (Un million (1 000 000) est l'entier naturel qui suit neuf cent quatre-vingt-dix-neuf mille neuf cent quatre-vingt-dix-neuf (999 999) et qui...) d'années-lumière. Entre ces filaments, n’existent que de vastes vides de forme plus ou moins sphérique dépourvus de toute matière.


Portion simulée de l’univers de 1,5 milliards d’a-l. de coté.
L’objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut...) lumineux au centre est un amas de galaxies (Un amas de galaxies est l'association de plus d'une centaine de galaxies liées entre elles par la gravitation. En deçà de 100, on parle plutôt de groupe de galaxies, même si la...)
d’une masse d’environ un million de milliard de fois celle du Soleil (Le Soleil (Sol en latin, Helios ou Ήλιος en grec) est l'étoile centrale du système solaire. Dans la...).
Entre les filaments, qui abritent la plus importante part de la masse de l’univers,
d’énormes étendues pratiquement vide (Le vide est ordinairement défini comme l'absence de matière dans une zone spatiale.) de matière

Leur simulation consistait à modéliser la façon dont la matière s’est agglomérée par gravité après le Big Bang (Le Big Bang est l’époque dense et chaude qu’a connu l’univers il y a environ 13,7 milliards d’années, ainsi que l’ensemble des modèles cosmologiques qui la décrivent, sans...). Elle a permis aux chercheurs de prédire que la matière manquante devait se cacher dans des nuages de gaz appelés WHIM (Warm-Hot Intergalactic Medium (Milieu intergalactique chaud-très chaud)). Si les prévisions de cette simulation sont correctes, la prochaine génération de télescopes devrait pouvoir détecter cette masse manquante dans ces filaments cachés (le télescope du pôle Sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.) de 10 mètres dans l’Antarctique (L'Antarctique (prononcé [ɑ̃.taʁk.tik] Écouter) est le continent le plus méridional de la Terre. Situé au pôle Sud, il est entouré de l'océan Austral (ou océan Antarctique) et bordé par...) ou le télescope de 25 mètres Cornell-Caltech Atacama (CCAT).

Le télescope du Pôle Sud devrait permettre d’observer la façon dont le rayonnement (Le rayonnement, synonyme de radiation en physique, désigne le processus d'émission ou de transmission d'énergie impliquant une...) de fond cosmique micro-onde (Les micro-ondes sont des ondes électromagnétiques de longueur d'onde intermédiaire entre l'infrarouge et les ondes de radiodiffusion. Le terme de micro-onde provient du fait que ces ondes ont une...) s’échauffe lorsqu’il traverse (Une traverse est un élément fondamental de la voie ferrée. C'est une pièce posée en travers de la voie, sous les rails, pour en maintenir...) des nuages de ce gaz. Le CCAT devrait être capable d’observer des époques reculées proches du Big Bang, et d’aider à déterminer comment les premières structures à grande échelle ont commencé à s’agglomérer.

Ainsi nous connaîtrions sans doute tout des 5% de matière normale dont se compose notre Univers. Quant à la matière noire et à l’énergie sombre, c’est une toute autre histoire…

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Universe Today et CU-Boulder News Release
Illustration: CU-Boulder