Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Michel le Samedi 12/04/2008 à 00:00
Les moustiques « doubles mutants » ont la vie dure !
Des moustiques « double mutants », porteurs de deux gènes de résistance aux deux classes d'insecticides les plus utilisées dans le monde, ont été étudiés par des chercheurs du CNRS et de l'IRD. Ils montrent dans un article publié en ligne dans BioMed Central que ces mutations interagissent et augmentent le taux de survie des moustiques en absence d'insecticide (Étymologiquement, les insecticides sont des substances actives ou des préparations ayant la propriété de tuer les insectes, leurs larves et/ou leurs œufs. Ils font partie de la...). Ces travaux devront être pris en compte dans les stratégies de lutte contre les moustiques vecteurs de maladies.

Les équipes du CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français (EPST).) et de l’IRD s'intéressent aux mécanismes qui permettent aux insectes (Insectes est une revue francophone d'écologie et d'entomologie destinée à un large public d'amateurs et de naturalistes. Produite par l'Office pour les insectes et leur environnement (association loi de...) de résister aux insecticides. La plupart du temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.), quand les insectes parviennent à résister aux insecticides, grâce à une mutation génétique, cela s'accompagne pour eux d'un "fardeau" génétique: ils résistent bien aux insecticides mais sont plutôt "handicapés" pour le reste (survie, fécondité, échappement à la prédation…). Et quand ils se retrouvent dans un environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la...) sans insecticide, ils se reproduisent beaucoup moins bien que les insectes n'ayant pas muté, les insectes dits "sensibles". Donc jusqu'ici, ce fardeau était considéré comme un allié pour l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme...) dans sa lutte contre les insectes transmetteurs de maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.).

Dans les travaux publiés dans BioMed Central, les chercheurs ont comparé le taux de survie d’une lignée de moustiques portant les deux gènes de résistance à deux classes d'insecticides les plus utilisées sur la planète à chacune des lignées résistantes à une seule classe d’insecticide. Et ils ont montré que, contrairement à ce que l’on pouvait penser, les « doubles mutants » ne sont malheureusement pas doublement « handicapés ». Au contraire: leur fardeau génétique diminue. Ils sont donc résistants en présence des deux classes d’insecticides et plus en forme en leur absence…

Les stratégies mises au point (Graphie) pour lutter contre les moustiques exploitent à tour de rôle la vulnérabilité des moustiques « sensibles », en présence d’insecticides, et des moustiques « handicapés », en absence d’insecticides. Elles alternent habituellement deux sortes d’insecticides pour agir sur tous les moustiques. Mais désormais, il ne va plus être possible d’utiliser ces stratégies. Il est donc urgent de trouver d’autres solutions pour lutter contre ces moustiques.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: CNRS