Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Michel le Lundi 04/08/2008 à 00:00
Une avancée vers les circuits logiques moléculaires
La première jonction hautement conductrice entre une molécule organique et une électrode de métal vient d’être élaborée par une équipe internationale de physiciens. Ces travaux pourraient conduire au développement de circuits « électroniques moléculaires » plus petits et plus rapides que les transistors et portes logiques conventionnels.


Simulation numérique d’une jonction moléculaire

La plupart des dispositifs électroniques sont réalisés à partir d'une poignée de matériaux semi-conducteurs, le plus commun étant le silicium (Le silicium est un élément chimique de la famille des cristallogènes, de symbole Si et de numéro atomique 14.). Cependant, certaines molécules organiques telles que l'ADN semblent disposer de propriétés électroniques semblables aux semi-conducteurs traditionnels et des scientifiques pensent que certains types de molécules pourraient être utilisés à la place.

Cependant, il s’avère qu’il est très difficile de connecter une molécule individuelle à une électrode métallique de façon à ce que les électrons circulent facilement entre les deux. Ces jonctions sont essentielles pour réaliser des circuits réels comme des transistors ou des portes logiques.

Une barrière difficilement franchissable

Les tentatives précédentes ont toutes rencontré le problème de franchissement d’une barrière de potentiel significative à travers la jonction (La Jonction est un quartier de la ville de Genève (Suisse), son nom familier est "la Jonquille"). Inévitablement la conductivité est faible et les performances des circuits finis s’en ressentent en conséquence.

Une conductibilité plus élevée serait possible si les électrons pouvaient se déplacer de façon « balistique (La balistique est la science qui a pour objet l'étude du mouvement des projectiles.) » car tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) électron rentrant se déplacerait plus ou moins directement à travers la jonction. Ceci se produit dans de nombreux dispositifs à base de nanotubes de carbone (Le carbone est un élément chimique de la famille des cristallogènes, de symbole C, de numéro atomique 6 et de masse atomique 12,0107.) ou dans des contacts entre atomes (Un atome (du grec ατομος, atomos, « que l'on ne peut diviser ») est la plus petite partie d'un corps simple pouvant se combiner chimiquement avec une autre. Il est généralement...) individuels, mais n'a jamais été réalisé pour des jonctions molécule unique.

Jan van Ruitenbeek de l'université de Leyde aux Pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²),...) Bas en collaboration avec des collègues australiens, allemands et espagnols pourrait avoir résolu ce problème. Dans des expériences consistant à relier des molécules de benzène directement à des électrodes de platine (Le platine est un élément chimique de symbole Pt et de numéro atomique 78.), ces chercheurs ont constaté que la conductibilité atteignait la valeur maximum possible pour un canal unique d'électrons.

Les physiciens ont montré qu'il était possible d’apparier des électrodes de métal, (du platine dans ce cas), « directement » à « l’ossature » de carbone d'une molécule organique (La chimie organique est une branche de la chimie concernant la description et l'étude d'une grande classe de molécules à base de...) (ici le benzène), permettant ainsi aux électrons de se déplacer plus facilement à travers la jonction. En effet, la conductibilité de la jonction atteint alors la valeur de G0, qui est égale à 2e²/h, où e est la charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui...) de l'électron et h est la constante de Planck (En physique, la constante de Planck, notée h, est une constante utilisée pour décrire la taille des quanta. Elle joue un rôle central dans la...). C'est la conductibilité maximum possible pour un canal d'électron unique, soit environ 7,7. 10^-5 ohms^-1.

Les chercheurs considèrent le benzène comme un "point (Graphie) de départ" pour le développement de telles jonctions moléculaires et pensent étudier bientôt des composés organiques plus complexes. Le benzène est idéal pour ces premiers travaux parce que c'est un système simple qui peut être facilement étudié en utilisant des techniques comme la spectroscopie vibratoire, la substitution d'isotopes, ou des calculs fonctionnels de densité locale. L'équipe projette également d’étudier des métaux autres que le platine, relativement onéreux, pour généraliser l’emploi de leur technologie (Le mot technologie possède deux acceptions de fait :).

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: PhysicsWorld
Illustration: J. van Ruitenbeek
 
Jeudi 23 Novembre 2017 à 00:00:06 - Vie et Terre - 0 commentaire
» Un bon odorat pour une bonne croissance
Mardi 21 Novembre 2017 à 12:00:21 - Physique - 0 commentaire
» Photosynthèse: de l’huile dans les rouages