Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Michel le Samedi 27/09/2008 à 00:00
Un aimant stellaire en hibernation
Des astronomes ont découvert un des plus bizarres objets célestes qui a émis 40 flashes en lumière visible avant de disparaître à nouveau. Il s’agit probablement d’un chainon manquant dans la famille des étoiles à neutrons, le premier cas décelé d'un objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction...) possédant un champ (Un champ correspond à une notion d'espace défini:) magnétique étonnamment puissant ayant montré une forte et brève activité en lumière visible.


Un candidat magnetar (vue d’artiste)

Cet objet étrange a initialement trompé ses découvreurs lorsqu'il s'est manifesté comme un éclat de rayons gamma, suggérant la mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus général, incluant par...) d'une étoile dans l'Univers (L'Univers est l'ensemble de tout ce qui existe et les lois qui le régissent.) lointain. Mais peu après, il a montré un comportement unique qui indique que son origine est beaucoup plus proche de nous. L'impulsion initiale de rayons gamma fut suivie d’une période de trois jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par rapport à...) d'activité pendant lesquels ont été observées 40 éruptions en lumière visible, suivi d'un bref épisode d'éruptions dans le proche infrarouge (Le rayonnement infrarouge (IR) est un rayonnement électromagnétique d'une longueur d'onde supérieure à celle de la lumière visible mais...) 11 jours plus tard, enregistré par le VLT (Very Large Telescope) de l'ESO. La source s'est ensuite rendormie.

"Nous avons affaire à un objet qui hiberne pendant des décennies avant d'entrer dans une brève période d'activité", explique Alberto J. Castro-Tirado, auteur principal d'un papier (Le papier (du latin papyrus) est une matière fabriquée à partir de fibres cellulosiques végétales et animales. Il se présente...) dans l'édition de cette semaine de Nature.

Le candidat le plus probable pour cet objet mystérieux est un « magnetar » situé dans notre propre galaxie (Une galaxie est, en cosmologie, un assemblage d'étoiles, de gaz, de poussières et de matière noire et contenant parfois un trou noir supermassif...) de la Voie lactée, à environ 15 000 années-lumière en direction de la constellation (Une constellation est un ensemble d'étoiles dont les projections sur la voûte céleste sont suffisamment proches pour qu'une civilisation les relie par des lignes imaginaires,...) du Petit Renard (Renard est un terme ambigu qui désigne le plus souvent en français certains canidés du genre Vulpes, proches du loup et du chien. Mais, par similitude physique, le terme est aussi employé pour désigner...). Les magnetars sont de jeunes étoiles à neutrons possédant un champ magnétique un milliard (Un milliard (1 000 000 000) est l'entier naturel qui suit neuf cent quatre-vingt-dix-neuf millions neuf cent quatre-vingt-dix-neuf mille neuf cent quatre-vingt-dix-neuf (999 999 999)...) de milliard de fois plus fort que celui de la Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la plus grande et la plus massive des quatre...). "Un magnetar effacerait l'information de toutes les cartes de crédit sur Terre depuis une distance égale à la moitié de celle séparant la Terre de la Lune (La Lune est l'unique satellite naturel de la Terre et le cinquième plus grand satellite du système solaire avec un diamètre de 3 474 km. La distance...)," dit le co-auteur Antonio de Ugarte Postigo. "Les magnetars restent tranquilles pendant des décennies. Il est probable qu'il y en ait une population considérable dans la Voie lactée, bien que seuls environ une douzaine ont été identifiés."

Certains scientifiques pensaient bien que les magnetars devraient évoluer vers une retraite paisible avec le délabrement de leurs champs magnétiques, mais aucune source appropriée n'avait été identifiée jusqu'ici comme preuve de ce schéma d'évolution. L'objet nouvellement découvert, connu sous le nom de SWIFT J195509+261406, et qui s’était manifesté initialement comme un éclat de rayons gamma (GRB 070610), est le premier candidat. L'hypothèse du magnetar pour cet objet est renforcée par une autre analyse, basée sur un autre ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui...) de données, parue dans la même édition de Nature.


Note:

Une étoile à neutrons est le vestige condensé d'une étoile massive (Le mot massif peut être employé comme :) dont la masse (Le terme masse est utilisé pour désigner deux grandeurs attachées à un corps : l'une quantifie l'inertie du corps (la masse inerte) et l'autre la...) se situe entre huit et quinze fois celle du Soleil (Le Soleil (Sol en latin, Helios ou Ήλιος en grec) est l'étoile centrale du système solaire. Dans la classification...), et qui a expulsé ses couches externes après une explosion (Une explosion est la transformation rapide d'une matière en une autre matière ayant un volume plus grand, généralement sous forme de gaz. Plus cette...) en supernova (Une supernova est l'ensemble des phénomènes conséquents à l'explosion d'une étoile, qui s'accompagne d'une augmentation brève mais fantastiquement grande de sa...). De telles étoiles ont un diamètre d'environ 20 kilomètres, et sont pourtant plus massives que le Soleil.

Les magnetars sont des étoiles à neutrons avec des champs magnétiques des centaines de fois plus intenses que les champs moyens des étoiles à neutrons. Le dégagement d'énergie pendant une éruption au cours d'une période d'activité peut s'élever à l'énergie libérée par le Soleil en 10 000 ans.


Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: ESO & Gilbert Javaux - PGJ Astronomie
Illustration: © ESO / L.Calçada