Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Adrien le Vendredi 07/11/2008 à 00:56
Des lubrifiants pour moteurs à partir de plantes ?
Un projet de recherche international, regroupant 20 équipes de 11 pays différents, parmi lesquelles une équipe de l'Université de Bonn, va tenter de donner un avenir à la production de lubrifiants pour moteurs en utilisant des plantes. Le projet est en partie financé par l'Union européenne, mais implique également des partenaires des Etats-Unis, du Canada, de Chine et d'Australie (L’Australie (officiellement Commonwealth d’Australie) est un pays de l’hémisphère Sud dont la superficie couvre la plus grande partie de l'Océanie. En plus de l’île-continent du même...).


Moteur classique à combustion (La combustion est une réaction chimique exothermique d'oxydoréduction. Lorsque la combustion est vive, elle se traduit par une flamme voire une explosion.) interne (En France, ce nom désigne un médecin, un pharmacien ou un chirurgien-dentiste, à la fois en activité et en formation à l'hôpital ou en cabinet pendant une durée variable...) V6 d'automobile (Une automobile, ou voiture, est un véhicule terrestre se propulsant lui-même à l'aide d'un moteur. Ce véhicule est conçu pour le transport terrestre de...)

Par le passé, la source des lubrifiants pour moteurs était le cachalot. Le crâne de cet animal (Un animal (du latin animus, esprit, ou principe vital) est, selon la classification classique, un être vivant hétérotrophe, c’est-à-dire qu’il se nourrit de substances organiques. On réserve aujourd'hui...) contient environ 2.000 litres de blanc (Le blanc est la couleur d'un corps chauffé à environ 5 000 °C (voir l'article Corps noir). C'est la sensation visuelle obtenue avec un spectre lumineux continu, d'où l'image que l'on en donne...) de baleine (La baleine est un mammifère marin de grande taille classé dans l'ordre des cétacés. Le terme s'applique à plusieurs espèces différentes dans les sous-ordres des...) ou spermaceti, un composé semblable à de la cire (Chimiquement, la cire est un ester de l'éthylène glycol et de deux acides gras ou un monoester d'acide gras et d'alcool à longues chaines. Le terme de cire a longtemps fait...), particulièrement adapté à l'emploi comme lubrifiant. Il s'agit d'ailleurs d'une des raisons pour lesquelles le cachalot était activement chassé, jusqu'au bord de l'extinction (D'une manière générale, le mot extinction désigne une action consistant à éteindre quelque chose. Plus...) de l'espèce. Des substances à base d'huiles minérales ont depuis longtemps remplacé le blanc de baleine.

Toutefois, la raréfaction de l'or noir réclame d'autres alternatives (Alternatives (titre original : Destiny Three Times) est un roman de Fritz Leiber publié en 1945.), comme l'utilisation de plantes génétiquement modifiées. Dans quelques années, les scientifiques devraient être en mesure de se servir de telles plantes pour produire des lubrifiants proches de celui obtenu à partir de spermaceti. Par rapport aux quantités de pétrole brûlées dans les moteurs de véhicules et les réacteurs d'avions, la consommation mondiale de lubrifiants pour moteurs est d'un ordre de grandeur 10 fois moins élevé. Il faut toutefois trouver des alternatives assez rapidement.

L'approche des chercheurs est prometteuse. Aujourd'hui, de nombreuses plantes produisent déjà des substances proches du blanc de baleine, des cérides. Ceux-ci recouvrent, par exemple, la surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois frontière physique, et est souvent...) des feuilles et y empêchent ainsi une trop forte évaporation. Toutefois, cette production est bien trop infime pour permettre l'emploi comme lubrifiant de moteur (Un moteur (du latin mōtor : « celui qui remue ») est un dispositif qui déplace de la matière en apportant de la puissance. Il effectue ce travail à partir d'une...). "Nous voudrions amener les plantes à produire de grandes quantités de cérides dans leurs graines", indique le coordinateur du projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours...), le professeur Stymne de l'Université de sciences agricoles de Suède. Il suffirait ensuite de presser ces graines pour en récupérer le contenu et le purifier.

Les scientifiques veulent concrétiser ce souhait à l'aide de deux variétés de plantes proches du colza. Les graines de "Crambe abyssinica" et de "Brassica carinata" sont, comme celles du colza, riches en huile (L'huile est un terme générique désignant des matières grasses qui sont à l'état liquide à température ambiante et qui...). Toutefois, cette huile se décompose si elle est exposée à de fortes températures et pressions. Son emploi dans un moteur est donc exclu. D'autres plantes oléagineuses ont aussi cet inconvénient. Une modification génétique pourrait corriger cela, selon Stymne: "Nous leur introduisons à cette fin des éléments du génome de l'arabette des dames, une autre plante (Les plantes (Plantae Haeckel, 1866) sont des êtres pluricellulaires à la base de la chaîne alimentaire. Elles forment l'une des subdivisions (ou règne) des Eucaryotes. Elles...) qui produit des cérides à la surface de ses feuilles pour les protéger du dessèchement."

Le projet présente de nombreux objectifs écologiques ambitieux: les cérides sont des produits naturels, présents de toute façon dans de nombreux végétaux locaux. En outre, les deux plantes étudiées ne peuvent pas se croiser avec d'autres plantes. La demande en lubrifiants étant plus faible que celle en carburants, les chercheurs pensent que, contrairement au biodiesel (Le biodiesel, biogazole ou B100 (B20, B5, B2, etc) est un carburant obtenu à partir d'huile végétale ou animale transformée par un procédé chimique appelé transestérification, afin...), la production de lubrifiants par les plantes ne rentrera pas en forte concurrence avec la production alimentaire. Le Prof. Dörmann de Bonn explique son enthousiasme pour ce projet: "Afin de produire des lubrifiants à partir de pétrole, on a besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est souvent fait un classement des besoins humains en trois...) de beaucoup d'énergie, alors que le traitement des cérides est bien moins compliqué".

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: BE Allemagne numéro 410 (5/11/2008) - Ambassade de France en Allemagne / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/ ... /56540.htm
Illustration: Wikipédia