Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Isabelle le Vendredi 06/03/2009 à 00:00
L'importance des sols dans le changement climatique
Un nouveau rapport publié par la Commission souligne le rôle crucial que les sols peuvent jouer dans l'atténuation du changement climatique. Les sols renferment environ deux fois plus de carbone que l'atmosphère, et trois fois plus que la végétation. Les sols européens sont un gigantesque réservoir de carbone (Le carbone est un élément chimique de la famille des cristallogènes, de symbole C, de numéro atomique 6 et de masse atomique 12,0107.), puisqu'ils en contiennent quelque 75 milliards de tonnes, et une mauvaise gestion pourrait avoir des conséquences graves: ainsi, l'absence de protection des tourbières qui subsistent en Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité...) entraînerait des émissions de carbone équivalentes à celles que causerait la mise en circulation (La circulation routière (anglicisme: trafic routier) est le déplacement de véhicules automobiles sur une route.) de 40 millions de voitures (Une automobile, ou voiture, est un véhicule terrestre se propulsant lui-même à l'aide d'un moteur. Ce véhicule est conçu pour le transport terrestre de personnes...) supplémentaires sur les routes européennes. Le rapport susmentionné, qui fait la synthèse des meilleures informations disponibles sur les liens entre les sols et le changement climatique, insiste sur la nécessité de «séquestrer»le carbone dans les sols. Cette technique est compétitive sur le plan des coûts et immédiatement disponible, elle ne requiert pas de technologies nouvelles ou n'ayant pas encore fait leurs preuves, et offre un potentiel d'atténuation comparable à celui de n'importe quel autre secteur de l'économie. Comme le souligne la stratégie thématique en faveur de la protection des sols, il importe d'inverser la tendance actuelle à la dégradation des sols et d'améliorer les pratiques de gestion des sols pour parvenir à un taux de piégeage élevé du carbone dans les sols.

Stavros Dimas, membre de la Commission chargé de l’environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie...), a déclaré à ce propos: «S'ils sont bien gérés, les sols peuvent absorber des quantités considérables de carbone de l'atmosphère et nous donner ainsi davantage de temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) pour réduire les émissions et avancer sur la voie du développement durable. Toutefois, les sols européens ont besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est souvent fait un classement des besoins humains en trois grandes...) de toute urgence d'une protection renforcée, et la solution adoptée doit être fondée sur la coordination. Je me réjouis de ce rapport, qui renforce le message (La théorie de l'information fut mise au point pour déterminer mathématiquement le taux d’information transmis dans la communication d’un message par un canal de communication, notamment en présence...) communiqué lors de la conférence sur les sols et le changement climatique organisée par la Commission en juin 2008 et donne des indications claires quant à la voie à suivre.»

Interactions entre les sols et le changement climatique

On estime que les sols européens contiennent 73 à 79 milliards de tonnes de carbone. Près de la moitié de ce carbone est fixé dans les tourbières de Suède, de Finlande, du Royaume-Uni et d'Irlande. Les sols jouent un rôle décisif dans le changement climatique, puisque même une perte infime de 0,1 % du carbone des sols européens dans l'atmosphère équivaudrait, en termes d'émissions de carbone, à la mise en circulation de 100 millions de voitures supplémentaires sur nos routes - soit une augmentation de 50 % environ du parc (Un Parc est un terrain naturel enclos,[1] formé de bois ou de prairies, dans lequel ont été tracées des allées et chemins destinés...) automobile (Une automobile, ou voiture, est un véhicule terrestre se propulsant lui-même à l'aide d'un moteur. Ce véhicule est conçu pour le transport terrestre de personnes ou de marchandises, elle...) existant. Inversement, aux prix actuels, une augmentation équivalente de la quantité de carbone contenue dans les sols représenterait un gain de quelque 200 millions EUR.

L'occupation des sols influe considérablement sur les réserves de carbone de ces derniers. La plupart des sols européens accumulent du carbone: les sols couverts d'herbages et de forêts servent (Servent est la contraction du mot serveur et client.) de puits et peuvent piéger jusqu'à 100 millions de tonnes de carbone par an; les sols couverts de champs cultivés, en revanche, sont des émetteurs nets, et dégagent entre 10 et 40 millions de tonnes de carbone chaque année. Les pertes de carbone des sols se produisent lorsque des herbages, des zones forestières gérées ou des écosystèmes autochtones sont mis en culture (La définition que donne l'UNESCO de la culture est la suivante [1] :); ce processus de perte s'inverse (En mathématiques, l'inverse d'un élément x d'un ensemble muni d'une loi de composition interne · notée multiplicativement, est...), quoique lentement, en cas de retour à l'affectation (En algorithmique (informatique), une affectation est une opération qui permet d'attribuer une valeur à une variable.) initiale.

Certaines des conclusions du rapport sont préoccupantes. Du fait de la croissance démographique mondiale, les superficies d'herbages et de forêts mises en cultures augmentent constamment, et les sols qui sont actuellement des puits de carbone deviendront des émetteurs nets. La stratégie la plus efficace pour prévenir les pertes de carbone du sol au niveau mondial consisterait à mettre un terme à ces conversions - cette mesure risque cependant d'être incompatible avec la satisfaction de la demande mondiale de denrées alimentaires, qui ne cesse de croître.

Bien gérer les tourbières: un impératif absolu

Le rapport souligne l'importance que revêt la protection des sols à teneur élevée en carbone. Environ 310 000 km2 de tourbières vierges (soit la moitié de la superficie (L'aire ou la superficie est une mesure d'une surface. Par métonymie, on désigne souvent cette mesure par le terme « surface » lui-même (par exemple, on parle de la « surface...) de la France) ont d'ores (ORES, l'Opérateur des Réseaux Gaz & Électricité est le l'opérateur des réseaux de distribution d'électricité et de gaz...) et déjà disparu du fait de l'exploitation agricole ou forestière, de l'urbanisation ou de l'érosion. Plus de la moitié des tourbières restantes sont également en cours d'assèchement, ce qui pourrait entraîner des pertes de plus de 30 millions de tonnes de carbone par an (l'équivalent de 40 millions de voitures supplémentaires sur nos routes) pour le seul secteur agricole. L'option la plus réaliste pour gérer et améliorer les réserves de carbone contenues dans les sols consiste à protéger ces tourbières, dont la plupart sont situées en Europe du Nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.).

Pratiques agricoles: des améliorations sont nécessaires

Les pratiques de gestion des sols influent considérablement sur les réserves de carbone. Le rapport indique comment améliorer les pratiques agricoles de manière à réduire au minimum les pertes de carbone, non seulement au niveau des cultures et des résidus de culture, mais aussi en veillant à ce que les sols soient protégés contre l'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) et la pluie (La pluie désigne généralement une précipitation d'eau à l'état liquide tombant de nuages vers le sol. Il s'agit d'un...) par une couverture végétale permanente, en adoptant des techniques de labour moins agressives et en limitant le recours aux engins agricoles. Ces pratiques pourraient permettre de retenir entre 50 et 100 millions de tonnes de carbone par an dans les sols européens.

Intensifier la surveillance

L'analyse a souffert d'un sérieux manque de données à l'échelle européenne sur les réserves de carbone présentes dans les sols et sur leur évolution. Il importe dès lors d'améliorer de toute urgence la surveillance dans ce domaine afin de faire en sorte qu'une plus grande place soit accordée aux sols dans le cadre d'un accord futur sur l'atténuation du changement climatique.

Législation bloquée

La Commission a présenté en 2006, avec le soutien du Parlement européen, une proposition législative visant à protéger les sols européens, mais la proposition est actuellement bloquée au Conseil du fait de l'opposition de cinq États membres.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: communiqué de la Commission européenne
Illustration: NASA
 
Jeudi 23 Novembre 2017 à 00:00:06 - Vie et Terre - 0 commentaire
» Un bon odorat pour une bonne croissance
Mardi 21 Novembre 2017 à 12:00:21 - Physique - 0 commentaire
» Photosynthèse: de l’huile dans les rouages