Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Lundi 06/07/2009 à 00:00
Phoenix: des indices sur le cycle de l'eau sur Mars
D'après les résultats préliminaires de la mission du module d’atterrissage martien Phoenix, la neige et les nuages de glace et d’eau jouent un rôle crucial dans l'échange d'eau entre l'atmosphère et la surface de Mars, ce qui porte à croire que la planète rouge (La couleur rouge répond à différentes définitions, selon le système chromatique dont on fait usage.) et la Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la plus grande et la plus massive des quatre...) se ressemblent plus qu'on ne le croyait jusqu'à présent.

La découverte surprise de neige (La neige est une forme de précipitation, constituée de glace cristallisée et agglomérée en flocons pouvant être ramifiés d'une infinité de...) martienne a été faite en 2008 par la station météorologique de confection canadienne embarquée sur l'atterrisseur (Un atterrisseur (lander en anglais) désigne en dans le domaine de l'astronautique un engin spatial embarqué dans un véhicule spatial destiné à se poser...) martien (Martien est un nom générique qui désigne plusieurs types de créatures imaginaires censées vivre sur mars. Selon la version la plus répandue, les martiens, également nommés « petits...) Phoenix. Cette découverte aide maintenant à expliquer l'évolution du cycle de l'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) sur Mars et à comprendre, tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) spécialement, les changements saisonniers, soient la progression en hiver (L'hiver est une des quatre saisons des zones tempérées.) et le retrait en été de la calotte glaciaire se trouvant aux pôles martiens. L'équipe scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes...) qui a contribué à l'article intitulé Mars Water-Ice Clouds and Precipitation explique comment la vapeur () d'eau est projetée en altitude (L'altitude est l'élévation verticale d'un lieu ou d'un objet par rapport à un niveau de base. C'est une des composantes géographique et biogéographique qui explique la répartition de la vie sur terre.) pendant la journée pour former, dans la basse atmosphère, des nuages de cristaux de glace (La glace est de l'eau à l'état solide.) qui ressemblent à des nuages cirrus sur Terre et comment, au cours de la nuit, l'eau précipite dans l'atmosphère pour se transformer en neige.


Vue d'artiste (Est communément appelée artiste toute personne exerçant l'un des métiers ou activités suivantes :) de l'atterrisseur Phoenix

« Ce phénomène est similaire au poudrin de glace observé dans l'Arctique (L’Arctique est la région entourant le pôle nord de la Terre, à l’intérieur et aux abords du cercle polaire. Elle se situe à l'opposé de...). Si on scrute le ciel (Le ciel est l'atmosphère de la Terre telle qu'elle est vue depuis le sol de la planète.) de nuit dans cette région, on peut voir de fins cristaux de glace tomber doucement vers nous », explique le scientifique en chef pour la station météorologique de Phoenix Jim Whiteway, de l'Université York. « On peut toujours voir les étoiles dans le ciel, mais c'est comme une faible chute de neige continuelle composée de cristaux de glace. »

Avant la mission Phoenix, les scientifiques ne s'attendaient pas à observer des précipitations sur Mars. Ils n'avaient pas, non plus, prédit que les nuages se formaient aussi bas. « Nous savions que la calotte glaciaire progressait aussi loin que le site d'atterrissage (L’atterrissage désigne, au sens étymologique, le fait de rejoindre la terre ferme. Le terme recouvre cependant des notions différentes suivant qu'il est employé dans le...) de Phoenix en hiver, mais nous ne savions pas comment la vapeur d'eau circulait entre l'atmosphère et le sol », déclare Whiteway. « Maintenant, nous savons qu'il neige sur Mars et que ce phénomène fait partie du cycle hydrologique de la planète. »

Participation canadienne

La participation du Canada à la mission Phoenix a mis à profit l'expertise de l'Agence spatiale canadienne (L'Agence spatiale canadienne (ASC) ou en anglais Canadian Space Agency (CSA), est le service gouvernemental responsable du programme spatiale canadien....), du secteur privé et de la communauté scientifique des quatre coins du pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine. Comme la...). « La station météorologique du module Phoenix est un hommage au talent et à la vigueur du secteur spatial canadien », déclare Alain Berinstain, directeur de l'Exploration (L'exploration est le fait de chercher avec l'intention de découvrir quelque chose d'inconnu.) planétaire et de l'Astronomie (L’astronomie est la science de l’observation des astres, cherchant à expliquer leur origine, leur évolution, leurs propriétés physiques et...) spatiale à l'Agence spatiale (Une agence spatiale est un organisme d'État ayant pour but d'étudier l'Espace et de développer et gérer des programmes spatiaux) canadienne. « Ce n'est pas une mince tâche que de construire une série d'instruments scientifiques assez délicats pour pouvoir prendre des mesures très précises, mais assez robustes pour survivre à un voyage (Un voyage est un déplacement effectué vers un point plus ou moins éloigné dans un but personnel (tourisme) ou professionnel (affaires). Le voyage s'est considérablement...) vers Mars. La station météorologique du Canada a fonctionné comme un charme (Les charmes constituent un genre d'arbres et d'arbustes de la famille des Bétulacées (sous-famille des Coryloïdées) des régions tempérées de l'hémisphère...) tout au long de la mission en dépit de l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques actuels, le terme...) hostile de la planète rouge. Elle a recueilli des données d'une grande précision qui ont permis aux scientifiques canadiens de découvrir une nouvelle pièce dans le casse-tête martien. »

La station météorologique

Quelques heures après l'atterrissage de la sonde (Une sonde spatiale est un vaisseau non habité envoyé par l'Homme pour explorer de plus près des objets du système solaire et, pour certaines, l'espace qui est au-delà. Cela couvre...) Phoenix, la station météorologique a commencé à relayer vers la Terre les données de température et de pression (La pression est une notion physique fondamentale. On peut la voir comme une force rapportée à la surface sur laquelle elle s'applique.) prises au site d'atterrissage et à mesurer la poussière, les nuages et le brouillard (Le brouillard est le phénomène météorologique constitué d’un amas de fines gouttelettes ou de fins cristaux de glace, accompagné de fines particules hygroscopiques saturées d'eau, souvent de taille...) dans la basse atmosphère. Pendant la mission, on a enregistré une température maximale de moins 19,6 degrés Celsius et une température minimale de moins 97,7 degrés Celsius.

Le lidar (La télédétection par laser ou LIDAR, acronyme de l'expression en langue anglaise « Light Detection and Ranging », désigne une technologie de...) canadien à bord du module Phoenix (un instrument laser (Un laser est un appareil émettant de la lumière (rayonnement électromagnétique) amplifiée par émission stimulée. Le terme laser provient de l'acronyme anglo-américain « light amplification...) de la taille d'une boîte à chaussures) a sondé l'atmosphère martienne sur une base quotidienne pendant toute la durée de la mission pour un total ( Total est la qualité de ce qui est complet, sans exception. D'un point de vue comptable, un total est le résultat d'une addition, c'est-à-dire une somme. Exemple : "Le total des dettes". En physique...) d'environ 137 heures d'exploitation (approximativement une heure (L'heure est une unité de mesure  :) par journée martienne) émettant ainsi 49 423 600 impulsions laser. Juché au sommet du mât de la station météorologique, le capteur (Un capteur est un dispositif transformant l'état d'une grandeur physique observée en une grandeur utilisable exemple : une tension électrique, une hauteur de mercure, une intensité, la déviation d'une...) de vent (Le vent est le mouvement d’une atmosphère, masse de gaz située à la surface d'une planète. Les vents les plus violents connus ont lieu sur Neptune...) provenant de l'Université d'Aarhus au Danemark a mesuré la vitesse (On distingue :) et la direction des vents et a détecté la présence de plusieurs tourbillons de poussière au site d'atterrissage. Les vents au site d'atterrissage de Phoenix atteignaient généralement entre 3 et 5 mètres par seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La...), soit entre 11 et 18 km/h. Cette moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres de l'ensemble s'ils étaient tous...) a augmenté à environ 10 m/s, ou 36 km/h, pour les 50 derniers sols de la mission, lorsque l'hiver s'est installé. Les vents ont atteint une vitesse record de 16 m/s ou 58 km/h.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: flashespace.com
Illustration: NASA