Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Lundi 15/02/2010 à 00:33
Découverte chez la souris d'un médicament qui "brûle" les graisses
Des chercheurs de l'Albert Einstein College of Medicine (New York), ont montré qu'un médicament expérimental, inhibiteur de l'enzyme Fyn, faisait mincir des souris. Cette découverte pourrait permettre le développement chez l'homme d'un médicament visant à brûler les graisses. Ces résultats sont publiés en février dans la revue Cell Metabolism.

Le Dr Bastie et son équipe ont montré dans des études précédentes que les souris (Le terme souris est un nom vernaculaire ambigu qui peut désigner, pour les francophones, avant tout l’espèce commune Mus musculus, connue aussi comme animal de compagnie ou de laboratoire, mais aussi de nombreuses...) dépourvues de l'enzyme (Une enzyme est une molécule (protéine ou ARN dans le cas des ribozymes) permettant d'abaisser l'énergie d'activation d'une réaction et d'accélérer jusqu'à des millions de fois les réactions...) kinase Fyn brûlaient plus d'acides gras et consommaient plus d'énergie, ce qui les rendait plus minces. Ces résultats étaient corrélés avec une augmentation du taux d'AMPK dans les graisses et dans les muscles. Rappelons que l'AMPK est une enzyme qui joue (La joue est la partie du visage qui recouvre la cavité buccale, fermée par les mâchoires. On appelle aussi joue le muscle qui sert principalement à ouvrir et fermer la bouche et à...) un rôle clé dans la régulation du métabolisme énergétique. En réponse à une diminution de l'apport énergétique, l'AMPK active les voies métaboliques qui produisent de l'énergie (oxydation des acides gras) et inhibe celles qui en consomment (lipogenèse, néoglucogenèse). La protéine AMPK constitue donc une cible thérapeutique intéressante dans le cadre du traitement des maladies métaboliques.

Les scientifiques de l'Albert Einstein (Albert Einstein (né le 14 mars 1879 à Ulm, Wurtemberg, et mort le 18 avril 1955 à Princeton, New Jersey) est un physicien qui fut successivement allemand, puis...) College of Medicine ont donc cherché une molécule capable de modifier directement ou indirectement l'activité de la protéine AMPK. SU6656, un médicament inhibiteur de la kinase Fyn Les chercheurs ont découvert que le médicament expérimental SU6656 est capable d'inhiber chimiquement la kinase Fyn, chez des souris. Cette diminution de l'activité de la protéine Fyn s'accompagne d'une augmentation de l'oxydation des acides gras et d'une augmentation de l'activité de l'AMPK. Au final, les souris ont une augmentation rapide de leur dépense énergétique, et mincissent à mesure qu’elles perdent du poids (Le poids est la force de pesanteur, d'origine gravitationnelle et inertielle, exercée par la Terre sur un corps massique en raison uniquement du voisinage de la Terre. Elle est égale à l'opposé de la résultante des...). Les souris traitées par le SU6656 présentent un phénotype proche de celui des souris dépourvues de l'enzyme kinase Fyn.

Le médicament SU6656, qui fait partie des inhibiteurs des protéines kinase de la famille Src, agit directement sur la kinase Fyn et donc indirectement sur l'AMPK. Selon le Dr Bastie, ce n'est pas un candidat idéal pour des essais cliniques sur l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme...), car les protéines Fyn et AMPK sont également présentes au niveau du cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions du corps, dont la motricité...). Les effets d'un inhibiteur de la protéine Fyn sur le cerveau sont encore inconnus. Le défi pour les chercheurs sera donc de concevoir une molécule agissant sur Fyn ou sur l'AMPK, mais de manière spécifique au niveau des muscles et des tissus adipeux.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: BE Etats-Unis numéro 195 (12/02/2010) - Ambassade de France aux Etats-Unis / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/ ... /62275.htm